(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : avant la fin du monde

(Bruno Duvic) Essayons d'en profiter un peu avant ce 21 décembre de toutes les apocalypses selon le calendrier maya.

Dans la série superstition, cochez la date de mercredi prochain sur votre calendrier. Nous serons le 12/12/12 : 12 décembre 2012.

Et voyez vous, c'est une date de folie dixit Le Parisien car le 12 symbolise la perfection : 12 mois de l'année, 12 signes du zodiaque, 12 apôtres du Christ. Il y a aussi les 12 salopards mais on n’en parle pas dans le journal.

12/12/12, c'est un jour sacré pour les Aveyronnais et c'est la même la Une de Centre presse . Aveyron, département 12. Alors Le Parisien nous raconte que mercredi à 12h12, des dizaines de joyeux mabouls vont se réunir au carrefour St Etienne de Rodez pour un grand tintamarre. Cloches, sifflets, casseroles, cornes de brumes. Ca durera 12 minutes évidemment. Ensuite bistrot, menu de 12 plats à 12 Euros.

Dans cet article on apprend encore qu'en Dordogne il existe un village qui s'appelle la Douze.

Casse-croute géant mercredi prochain, le maire est ravi. Ce qui l'amuse moins c'est un autre appel lancé sur Facebook. Appel relayé par 140 personnes déjà. Pour la partouze du 12/12/12 à la douze.

Alors tout cela est prodigieusement intéressant me direz vous mais vous n'avez pas autre chose ? Le reste est assez sombre. Voyez par exemple cette affaire que révèle La Charente Libre . Au collège de Montmoreau, en Charente, deux classes d’élèves de 3ème ont dû plancher sur une drôle de rédaction. Je vous lis l'intitulé : "Vous avez décidé d'en finir avec la vie. Décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même"

Rédaction distribuée le 22 octobre. Les parents se sont inquiétés. "Un sujet comme ça, c'est quasiment de l'incitation" dit le président des parents d'élèves FCPE de Montmoreau. Selon une maman, l'enseignant est pourtant un très bon prof, très équilibré. Une réunion a été organisée au collège il y a quelques jours. L'établissement estime que les réponses données aux parents sont satisfaisantes.

On ne va pas mettre la crise à toutes les sauces, mais enfin dans le contexte actuel, le chiffre donné par le cahier Yvelines du Parisien résonne particulièrement. Le nombre de suicides a augmenté de 30% cette année sur le réseau SNCF en France. 393 personnes ont mis fin à leur jour de cette manière entre janvier et octobre. La moitié en ile de France.

Du sombre à la Une : la pauvreté en manchette de La Croix et des Echos .

« Un Français sur huit vit dans la pauvreté » titre Ouest France . La conférence nationale contre la pauvreté s'ouvre ce matin. C'est Jean Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental qui accueille cette conférence. Interview au Parisien ce matin. A plusieurs reprises, dans la presse, il a alerté sur cette société française qu'il sent déprimée, fracturée, angoissée. « Le mythe de la mixité sociale et de l'égalité des chances a explosé » dit-il encore ce matin.

Quelles solutions concrètes contre la pauvreté ? Jean-Paul Delevoye donne quelques pistes qui auront leurs partisans et leurs détracteurs. « Les personnes handicapées bénéficient de quotas dans les entreprises. Pourquoi ne pas mettre en place des clauses imposant dans chaque région ou département un pourcentage d'activités pour les gens au chômage ? »

Et sur la question du logement : « On peut imaginer des habitations en dehors des normes actuelles de construction, incompatibles avec l'urgence de la situation. Pourquoi pas des villages de bungalows pour les mal logés ? On a intérêt à vite trouver des outils de régulations publiques, sinon cela se fera par la violence et des mobilisations citoyennes qui trouvent légitimes de contester la loi comme à Notre Dame des Landes. »

Du concret, en voici dans Libération . Reportage de Pascale Nivelle à St Flour dans le Cantal. En 2007 le maire a réuni tout le monde dans cette commune où le taux de chômage très bas cache une vraie misère sociale. Il n'y a pas de demandeurs d'emplois car ils sont partis. Les pauvres ici, viennent de la ruralité, un milieu où on ne demande rien. Alors un contrat social a été lancé à St Flour. Plutôt que d'aider gratuitement les personnes qui en ont besoin, on leur demande une implication personnelle et financière. Le cœur du système, c'est l'épicerie sociale. On peut en bénéficier, à condition de s'engager dans un suivi. Voici Franck par exemple, 28 ans chômeur, 5 enfants. Il sort de l'épicerie après avoir rempli 5 cabas pour 11 Euros seulement. Mais avant de faire ses courses, il est passé dans le bureau de l'assistante sociale. Objet de la discussion, le budget tabac de Franck. 300 Euros mensuels, le quart de ses revenus. Il a un trimestre pour moins fumer.

Quoi d'autre dans la presse ?

« 43.000 nouveaux professeurs pour quoi faire ? » Question à la Une du Figaro, alors que le gouvernement lance une campagne de recrutement dans l'Education nationale. Editorial d'Yves Thréard : « Les dysfonctionnements de la machine éducative ne seront pas résolus par l'arrivée de milliers de professeurs supplémentaires. Cette antienne, ressassée par les syndicats et la gauche à des fins électorales, est battue en brèche par toutes les études. »

Bientôt la fin du monde et déjà « Le retour du spectre ». Titre de la chronique de Jean Marie Colombani sur slate.fr . « Le retour de la momie » à la Une de Libération . Bref, « Au secours Berlusconi revient ! » comme s'exclame La Nouvelle République .

Retour du cavalier, démission du professeur Mario Monti, l'homme qui avait inspiré confiance à l'Europe. « L'Italie est en pleine tourmente politique » résument Les Echos . Il y aura certainement des législatives anticipées. Selon le site Internet de La Repubblica , ce pourrait le 24 févier ou même peut être le 17. Le président de la République Giorgio Napolitano a promis de s'exprimer dans les 8 jours. Déjà, selon le site de La Stampa , le monde catholique, de l'église proprement dite aux syndicats et hommes politiques de l'ancienne démocratie-chrétienne, défendent le bilan de Mario Monti.

Dans la famille Berlusconi, je voudrais la fille, Barbara. Dans L'Equipe , interview sur 2 pages de cette jeune femme chargée de la stratégie du Milan AC, le club de foot de Berlusconi. Elle assume une politiqué d'austérité pour l'équipe qui a beaucoup plus vendu de stars qu'elle n'en a recruté l'été dernier.

A propos de football, dans L'Humanité , l'appel de l'ancien joueur Emmanuel Petit. « Il y a urgence, le foot amateur se meurt ! Les clubs amateurs n'ont plus les moyens de poursuivre leur mission sociale. Ils sont de plus en plus frappés par une crise du bénévolat. De nombreux clubs disparaissent. »

Deux grandes gueules, dans Le Parisien , pour finir. Michel Sardou : surprise, la taxe à 75% ne le choque pas plus que cela. "Si c'est du provisoire, qui dure moins longtemps que la vignette. On est quand même tous conscients qu'on est dans la merde. Et ce n'est pas mon genre de partir à l'étranger. Si t'es pas content tu ouvres ta gueule."

Eh bien il y en a qui partent. Pour des raisons fiscales ou pour le charme du dépaysement allez savoir. En tout car Gérard Depardieu s'est donc installé en Belgique. Et en titre dans Le Parisien , cela donne ceci : après Astérix chez les Belges, voici « Obelix chez les Belges. ». Il lui reste 11 jours pour profiter de ses sesterces avant la fin du monde.

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.