Les Bourses pleines... Chronique du bonheur, et santé reluisante... Bonne année ! C'est une habitude en janvier, les boursiers aiment bien saluer le Nouvel An, remplis d'espoir de gros gains... Eh bien, cette fois, c'est remplis d'optimisme qu'ils se souhaitent "Bonne année", car les marchés financiers se portent bien... Très bien... On peut même dire qu'ils démarrent en fanfare, comme le titre "La Tribune"... Dans l'euphorie, ajoute le même journal, qui rappelle que, depuis le 2 janvier, le CAC 40 a gagné 3.38%, sa meilleure performance depuis 7 ans. Plusieurs introductions sont dans les starting-blocks à Paris, si l'on en croit "La Tribune", dont celles de Pro Capital et Medica, qui pourraient faire leur entrée sur les marchés au premier semestre... Bref, tout va bien... "La Tribune" s'en félicite. Et la croissance alors ? Pas de problème : on l'attend vigoureuse aux Etats-Unis et en Asie, et enfin en reprise pour la zone Euro, assure "La Tribune", toujours aussi optimiste. "Tu parles !", semblent répondre les Français... Le sondage BVA publié aujourd'hui par "Les Echos" le montre clairement : "Croissance, reprise de l'emploi : non, les Français n'y croient pas"... 72% d'entre eux sont ouvertement pessimistes. La preuve : à la question "Pensez-vous que cette année, on va assister à une hausse des impôts et des prélèvements ?" : 76% des personnes interrogées répondent "oui"... La même proportion estime que le niveau de croissance sera faible... Et, n'en déplaise aux boursicoteurs heureux, plus de la moitié des personnes interrogées estiment qu'on n'assistera pas à une forte hausse du CAC 40. En revanche, le fantasme d'un crack immobilier, pour cette année, pourrait faire long feu... Malgré quelques déclarations alarmistes ici ou là, 70% des Français n'y croient pas. En tout cas, si le moral est au plus haut à la Corbeille, et finalement assez bas partout ailleurs... C'est-à-dire dans la vraie vie, chez les vrais gens... Pour les pauvres, la Bourse, c'est plutôt "la bourse ou la vie"... Alors, entre les deux, il y a le rêve... Un rêve à 8 chiffres, comme ce panneau affiché à la Une de "France Soir"... Un énorme gain à l'Euromillions... Le cafetier chez qui Monsieur ou Madame est venu faire fortune affiche fièrement le gain de son client : 75.888.514 euros... Et comme le titre "France Soir" : "les pauvres flambent, l'Etat encaisse". S'il est besoin d'un thermomètre pour mesurer le degré de blocage de la société française, écrit Serge Faubert dans le même journal, le Loto et ses déclinaisons européennes constituent à coup sûr l'instrument de choix... Que des millions de Français, de condition souvent très modeste, n'entrevoient d'autre espoir d'améliorer leur condition qu'en cochant des numéros sur une grille, en dit long sur la panne de l'ascenseur social. Aujourd'hui, les parieurs se pressent dans les cafés-tabac, comme jadis les fidèles à l'église... Le bulletin de jeu a remplacé le cierge. Grattage, tirage... mirage... Sous le titre "Une cagnotte de folie", "France Soir" nous explique que le magot de l'Euromillion... 100 millions à gagner pour vendredi prochain... Vendredi 13... La plus forte somme jamais proposée pour un jeu d'argent en France... Pour ce magot donc, certains sont prêts à tout... La semaine dernière, par exemple, dans le 18ème arrondissement de Paris, une personne a acheté pour 1.800 euros de tickets... Elle a tout perdu... Bien sûr, serait-on tenté d'ajouter. Enfin, comme le montre ce dessin, toujours dans "France Soir" : devant un débit de tabac, une grosse pancarte "Loto, Euromillions"... Et devant l'entrée, la foule... Une longue file d'attente... "Qu'est-ce qu'il y a comme monde !", s'exclame une passante... "Oui, lui répond la personne qui l'accompagne... Le RMI est arrivé". Alors, si vous n'avez pas la bourse pleine... Profitez-en : les soldes, c'est demain... Avec de très forts rabais, et beaucoup de marchandises... C'est "Le Parisien" qui nous met l'eau à la bouche, et qui nous dit que le cru 2006 des soldes d'hiver s'annonce exceptionnel. C'est un truc qu'on entend tous les ans, me semble-t-il... Alors, admettons que ce soit vraiment le cas cette fois... "Le Parisien" nous assure qu'on pourra trouver jusqu'à 80% de ristourne... Et que dans les magasins genre Printemps ou Galeries Lafayette... On pourra s'offrir le manteau Stella McCartney pour 1.115 euros seulement... Même pas trois RMI. Alors évidemment, comme d'habitude, ce sera la ruée, et quelquefois la bousculade... D'où cette idée de faire davantage de soldes dans l'année, comme l'a proposé Thierry Breton. Les associations de consommateurs sont plutôt pour... "Oui, mais il faut que les soldes restent solidement encadrés", rappelle Isabelle Faujour, de l'UFC-Que Choisir... "Si une troisième période de soldes voyait le jour dans l'année, nous veillerons à ce qu'ils ne deviennent pas des pseudo-soldes permanents". "De toute façon, trop de soldes tue les soldes, estime Robert Rochefort, directeur du CREDOC, lui aussi interviewé par "Le Parisien" : "A force de casser les prix, on brouille la notion de juste prix". "Bref, doit-on brader les soldes ?", comme l'écrit habilement Patrick Fluckiger, dans l'Alsace... La question est pour l'instant sans réponse, mais dans tous les cas de figure, analyse de son côté Jorge d'Hulst dans "Libération Champagne", on s'aperçoit qu'il ne suffit pas de baisser les prix pour attirer les grandes foules, et donc pour relancer la consommation. Une consommation qui peine à redémarrer, des prévisions économiques plutôt floues finalement, à force d'osciller entre optimisme et pessimisme des uns et des autres... Voilà dans quel contexte Dominique de Villepin va présenter sa feuille de route pour 2006 aujourd'hui, à l'occasion de ses voeux à la presse... Bataille de l'emploi, nous explique "La Croix"... Réduction de la dette publique... 2006, année de l'égalité des chances... Ce seront probablement les trois grands axes que le Premier ministre développera, en ce début d'année qui, on le sait maintenant, sera "utile". "Dominique de Villepin lance son année utile", titre d'ailleurs "Le Figaro", qui croit savoir que 7 mois après son installation à Matignon, le Premier ministre a résumé devant ses proches ce que sera son attitude pour 2006 : se bouger et prendre des risques... Il paraît d'ailleurs que c'est dans la bonne humeur que Villepin et son équipe préparent ce début d'année. Bon : pas d'annonce précise à attendre aujourd'hui de la part du Premier ministre, ni de premier bilan... Ce serait prématuré, explique un proche... Non : on aura plutôt droit à une sorte de message de volonté... Un discours destiné à motiver les troupes... Que ce soit les Français dans leur ensemble, ou l'équipe du Premier ministre, dans la perspective de l'année 2007... Celle qui viendra après "l'année utile". D'ailleurs c'est sous le titre "Un premier bras de fer" que "Le Parisien" annonce les voeux de Dominique de Villepin... Pendant un an, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur vont jouer à qui sera le meilleur présidentiable... Coup d'envoi du duel aujourd'hui, estime "Le Parisien", avec l'exercice des voeux. Et "Le Parisien" résume la situation avec ces trois titres : "Villepin veut des résultats", "Sarkozy cultive sa différence", et "Chirac occupe le terrain". Il est vrai qu'en multipliant les annonces à l'occasion de ses voeux, et en mettant en garde contre les ambitions, Chirac a clairement indiqué qu'il entendait rester le maître du jeu, jusqu'au bout du quinquennat... D'où cette analyse d'un conseiller du président de l'UMP... Analyse livrée dans "Le Parisien"... "Le principal problème de Villepin, ce n'est pas Sarkozy, c'est Chirac... En termes d'image, comme de calendrier... Car tôt ou tard, il lui faudra se différencier et tuer le père... Comme Brutus avec César, c'est toujours le plus proche qui trahit". Nicolas Sarkozy qui, sur ce thème, en connaît un rayon, présentera ses voeux à la presse, lui, après-demain... On est plutôt impatient puisqu'à la mi-décembre, il avait dit... "Vous verrez : vous ne serez pas déçus !". On verra... Oui... Janvier 86... Année terrible... C'est aussi celle de la disparition de Coluche, en juin... Balavoine donc... Le trimestriel "Chorus" lui consacre sa Une et un dossier spécial de 20 pages... Avec toute sa biographie... Un récit passionnant... "Daniel Balavoine : héros polychrome". En ligne avec nous : Fred Hidalgo, directeur de la rédaction de "Chorus"... Bonjour... Il y a une phrase-clé dans cette grande bio écrite par Daniel Pantchenko : "Gare à l'image cultissime qui masque la forêt"... Quelle forêt ? Quelle place il tient, finalement, Daniel Balavoine, dans l'histoire de la chanson française ? Merci, Fred Hidalgo... C'est donc à lire dans "Chorus"... Où vous verrez, bien sûr, cette photo si célèbre du chanteur, interpellant le futur candidat Mitterrand le 19 mars 1980... Avec cette phrase, prononcée par le chanteur, à l'adresse du patron des socialistes : "Ce que je peux vous dire, Monsieur, c'est que le désespoir est mobilisateur, et qu'alors il devient dangereux et entraîne le terrorisme... Il faut que les grandes personnes qui dirigent le monde soient prévenues que les jeunes vont finir par virer du mauvais côté parce qu'ils n'auront vraiment pas d'autre solution"... Prémonitoire, voire prophétique. Bonne journée... A demain...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.