Bonjour... A bien y regarder, tout est une question de point de vue... Par exemple, si vous êtes dans le Poitou et que vous lisez La Charente Libre, vous verrez que le journal se félicite du cours des céréales, au beau fixe... C'est à la Une... Certes, la récolte ne sera pas grandiose, nous dit le journal, mais le marché mondial des céréales est tellement tendu que les cours se sont envolés... une bonne nouvelle pour les agriculteurs... Oui... Seulement voilà : si vous êtes à Marseille et que vous lisez La Provence, vous verrez que la hausse des cours du blé fait lever le prix du pain, et que donc la baguette pourrait bien s'envoler... Question de point de vue... Comme pour les caméras de surveillance... "Quelles limites ?", se demande Ouest-France... Tout cela à cause de l'alerte de la CNIL... la Commission nationale de l'informatique et des libertés... qui s'inquiète des caméras, de la biométrie, de la géolocalisation des salariés... "Nous sommes sous haute surveillance", nous dit La Montagne... "Les espions sont partout", s'écrie Sébastien Lacroix dans son éditorial de L'Union... "A bien y regarder, il faut être inconscient pour encore s'aventurer sur Internet... Derrière l'écran, grouillent des nuées d'espions virtuels qui épluchent nos emails, enregistrent consciencieusement les adresses des sites que nous consultons... quand ils ne notent pas nos codes, pourtant secrets, et nos horaires de travail... Sans le réaliser vraiment, dit encore Sébastien Lacroix, nous nourrissons cette armée de l'ombre, et lui dévoilons les tréfonds de notre vie privée, tic et toc compris"... Et l'éditorialiste de L'Union complète le tableau... "Dès la porte de l'immeuble franchie, des caméras de vidéosurveillance prennent le relais, nos téléphones portables sont d'ignobles mouchards, et bientôt, nous aurons sous la peau une puce décrivant par le menu détail notre allergie aux poils de chat ou l'évolution de notre taux de cholestérol... Vive la technologie !", s'écrie Sébastien Lacroix, qui note quand même que "derrière le progrès qui avance au galop, trottine la CNIL... au rythme du droit... avec ses petits moyens"... Mais attention, reprend La Charente Libre, "la CNIL n'a rien d'un organisme paranoïaque, qui verrait les Etats policiers proliférer... Elle met surtout en garde contre les risques d'un endormissement généralisé de la société face au décalage croissant entre les progrès technologiques et la faiblesse des garde-fous indispensables en matière de protection des libertés individuelles"... Gérard Noël, dans La Liberté de l'Est, rappelle "qu'il existe 25 millions de caméras au Royaume-Uni, pour un million dans l'Hexagone... Si l'efficacité du système a été confirmée ces dernières semaines avec le démantèlement d'un réseau terroriste sur le point de frapper la Grande-Bretagne, il convient de raison garder, s'écrie Gérard Noël, et de ne pas transformer nos cités en studios permanents d'un loft-story dont nous serions les acteurs involontaires"... Comme le résume Hervé Canet dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, "George Orwell, l'auteur de "1984" et le créateur de Big Brother, n'avait pas tout prévu... Mais il avait tout compris"... Evidemment, sur ce sujet, Plantu, le dessinateur du Monde, s'en donne à coeur joie... Son dessin du jour s'appelle "Vidéosurveillance à Bruxelles"... Un policier demande à un autre, devant les appareils de télé : "C'est quoi ce truc qui bouge sur tous les écrans ?"... Et l'on voit, chaque fois, un visage de Nicolas Sarkozy entouré d'étoiles européennes... "On dirait une tache qui ne part pas"... C'est Philippe Waucampt qui note, dans Le Républicain Lorrain... "Après la Journée sans voitures, peut-être faudrait-il instaurer une Journée sans Sarkozy... Car l'ubiquité du chef de l'Etat crée une telle mise en abysse qu'on le croirait sorti tout droit des effets spéciaux de "X-Men" ou "Matrix", comme ces créatures se scindant ou se démultipliant à volonté... Hier, c'était donc Sarko à Bruxelles"... Alors Bruxelles justement... Là aussi, c'est une question de point de vue... Nicolas Sarkozy, qui s'est invité au Conseil européen des ministres des Finances, a-t-il réussi à convaincre ?... La plupart des éditorialistes posent la question... "Oui", pour Le Figaro et pour Les Echos... selon lequel "Sarkozy a séduit"... "En partie", semble-t-il, selon Jean-Claude Kiefer, des Dernières Nouvelles d'Alsace... "En partie, dit-il, grâce à des concessions de dernière minute et à l'accueil chaleureux du président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker"... "La France n'est plus le pays de l'immobilisme, a-t-il dit... C'est une bonne nouvelle"... citation du Figaro, qui estime que "le Président de la République s'est montré convaincant"... Bernard Revel, dans L'Indépendant du Midi, voit lui aussi les partenaires européens rassurés par les bonnes paroles du Président français... "Pour le moment, dit-il, Sarkozy a le beau rôle... celui de l'architecte qui redessine à sa façon la maison France... Il n'a pas son pareil pour la décrire... Mais le chantier ne fait que commencer"... "C'était politiquement hasardeux", dit Paul Burel dans Ouest-France... "Mais côté communication, une fois encore, c'est plutôt bien joué... Débarquer dans une réunion de ministres des Finances avec tambour et trompettes, Nicolas Sarkozy ne pouvait espérer meilleur effet, au moins en France... Mais a-t-il pour autant réussi à faire passer le message auprès des grands argentiers européens sur la justesse de sa politique ?"... Là, Paul Burel est plus dubitatif... "Sans doute, dit-il, faudra-t-il plus qu'un appel à une application intelligente du Pacte de stabilité pour les convaincre... La marge de manoeuvre de Nicolas Sarkozy semble singulièrement limitée"... "Si Nicolas Sarkozy connaît un état de grâce en France, ce n'est pas le cas en Europe", constate Patrick Fluckiger, dans L'Alsace... "Bruxelles le soupçonne de vouloir continuer à vivre au-dessus des moyens du pays, en reculant jusqu'en 2012 la date d'équilibre du budget national"... Daniel Ruiz, dans La Montagne, y voit "un exercice à hauts risques, au moment où la dette s'accroît au premier trimestre, où la Sécurité Sociale s'enfonce, et où l'INSEE annonce un dérapage des dépenses publiques... Résultat : les Européens grognent, et n'ont pas envie d'accéder à la demande de dérogation de la France quand autant de signes inquiétants s'accumulent dans notre ciel"... Or, reprend Jean-Louis Gombeaud dans Nice Matin, "les autres membres de la zone euro craignent que notre mauvais exemple fasse tache d'huile dans leurs propres opinions publiques... "Si la France le fait, pourquoi pas nous ?"... Et du coup, Jacques Camus a vu Nicolas Sarkozy obligé de lâcher du lest, et de concéder que des recettes supplémentaires seraient affectées à la réduction de la dette et du déficit pour être au rendez-vous de 2010... "Sarkozy parie sur le choc fiscal favorisant la croissance", explique l'éditorialiste de La République du Centre... "En tout cas, la France ne pourra plus jongler avec les déficits, pour avoir trop jonglé avec les mots... Sur ce plan, reprend Jacques Camus, le charme sarkozyen n'a pas subjugué les grands argentiers communautaires, pour qui un euro est un euro"... D'autant plus qu'aujourd'hui, c'est le paquet fiscal qui est examiné par l'Assemblée Nationale... Or, Jean-Louis Gombeaud note encore, dans Nice Matin, que "même en restant dans l'enveloppe des 15 milliards pour 2008, il est clair que le déficit ne pourra pas se réduire avant 2009... Et 2009, c'est loin", dit-il... Libération détaille "ce que Sarkozy aurait dû faire"... Le journal met en avant 4 secteurs... pouvoir d'achat, services publics, recherche, désendettement... où, selon lui, ces 13 milliards d'euros auraient été mieux utilisés... "plus directement utiles à la croissance et à la modernisation du pays"... Pour L'Humanité, c'est clair... "Les allègements et cadeaux proposés par le gouvernement vont coûter cher à la collectivité, et bénéficier à quelques dizaines de milliers de familles... Le paquet fiscal, c'est pour les riches"... L'Humanité qui titre : "Main basse sur les finances publiques"... A part ça, si vous voulez vous faire quelques frissons écologiques, lisez le supplément du Monde Economie, sur le désastre écologique chinois... "La Chine devance désormais les Etats-Unis comme premier émetteur de CO² de la planète... Selon un récent rapport de la Banque Mondiale et de l'Agence chinoise de l'environnement, censuré par Pékin, nous dit Le Monde, la pollution causerait 750.000 décès prématurés chaque année dans l'Empire du Milieu... C'est le revers de la médaille d'une croissance galopante... Mais après tout, nous dit encore Le Monde, ces catastrophes écologiques incitent les autorités chinoises à programmer des investissements massifs dans les technologies environnementales... Et cela pourrait permettre aux industries locales de devenir exportatrices sur le marché mondial du business vert"... Enfin... il est à la Une du Figaro... Il sera demain à la Une de bien d'autres quotidiens... Lui, c'est Harry Potter... dont le cinquième volume des aventures cinématographiques sort en salles demain... Il est temps que ça se termine d'ailleurs, car Harry Potter n'a plus rien d'un potache, malgré ses lunettes rondes... Il ressemble à un jeune adulte... Il faut dire que Daniel Radcliffe, qui l'incarne, a maintenant 18 ans... Et c'est l'adolescent le plus riche d'Angleterre... Sa fortune est estimée à 25 millions d'euros... loin derrière la mère d'Harry Potter, la romancière J.K. Rowling, dont le septième et dernier "Harry Potter" sort le 21 juillet en librairie... Tout cela est orchestré avec la baguette magique du marketing...

Denis ASTAGNEAU

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.