Le 18 juin prochain, ce ne sera pas seulement l'anniversaire de l'Appel du même nom : l'Appel du 18 Juin du général de Gaulle... Non : cette année, le 18 juin, ce sera aussi le début des épreuves du Bac... avec, comme toujours, la philo pour commencer, les épreuves écrites de philosophie... Un bon souvenir, le Bac Philo, Dominique de Villepin ?... Vous vous souvenez de votre sujet ? (...) L'amour, la mort, la connaissance, l'inné, l'acquis, la conscience, le désir, la liberté, le bonheur... En ce moment, pour les lycéens, c'est l'heure des révisions... grosse pression... Et grosse pression également pour ceux qui préparent les sujets, ainsi que le raconte Claudine Proust dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui nous propose un voyage "au coeur des secrets du Bac"... Un petit côté James Bond... Elle s'est rendue à la Maison des Examens d'Arcueil, un grand bâtiment gris qui ne ressemble à rien... C'est là que l'on prépare le Bac, dans une ambiance ultra-sécurisée : des bureaux plus surveillés qu'un camp militaire américain. Tous les agents sont soumis à un contrôle biométrique, avec reconnaissance de la main lors de l'accès aux étages... Les profs qui viennent rédiger les sujets s'engagent à la confidentialité pour cinq ans, sous peine de révocation... Bref, tout est fait pour éviter les fuites et les risques de triche... Idem à l'imprimerie, qui reproduit les sujets... Son adresse est tenue secrète, et c'est tout juste si l'on ne vous bande pas les yeux pour vous y conduire, explique la journaliste, qui a toutefois pu rencontrer ceux qui y travaillent... lesquels sont priés de signaler si l'un de leurs proches passe l'examen : ils sont alors provisoirement mutés... Et après, ils vont où, les sujets, d'ici le 18 juin ?... "Dans un coffre-fort aussi protégé que la Banque de France", répond le responsable des lieux... Avec le Bac, on ne lésine pas sur la sécurité... Pour la sécurité de l'acteur Christian Clavier, on ne lésine pas non plus... Le Canard Enchaîné a fait les comptes : pour protéger sa villa en Corse, l'Etat a déjà dépensé au moins 400.000 €... C'est Brigitte Rossigneux qui raconte... Cela fait maintenant dix mois que deux pandores montent la garde jour et nuit devant le domicile d'un des personnages les plus considérables de la République : Christian Clavier donc... Décision prise après qu'en août dernier, quelques nationalistes corses ont osé fouler le gazon de l'acteur ami du chef de l'Etat... Deux gendarmes mobiles font donc le pied de grue en permanence, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24... ce qui veut dire qu'au final, ce sont donc sans doute douze personnes qui sont mobilisées pour protéger les lieux... Et rien qu'en prenant en compte les salaires, tout cela aurait donc déjà coûté 400.000 €... "Un peu cher le mètre carré de pelouse", commente la journaliste du Canard Enchaîné... Histoire de gros sous également avec, aujourd'hui, une manifestation de commerçants devant l'hôtel George V, à Paris... Ils sont très en colère contre une princesse... C'est qui, la princesse ? La princesse, c'est la femme du ministre de l'Intérieur d'Arabie Saoudite... C'est à lire dans France-Soir : "Contes et mécomptes d'une princesse saoudienne à Paris"... Sous la plume de Samy Mouhoubi, vous lirez donc ce conte de fées qui vire au véritable cauchemar... Au total, ce sont une trentaine de commerçants des quartiers cossus de la capitale qui sont rouges de colère contre Maha al-Sudairi (c'est le nom de la princesse). Achat de bijoux, de vêtements, de lingerie, notes de pressing : au total, la dame refuse aujourd'hui de payer 15 millions d'euros, qu'elle doit pourtant aux commerçants... lesquels vont donc faire le siège de l'hôtel George V, où la princesse est réfugiée... Elle aura de l'allure, la manif... "Des commerçants qui fulminent contre l'immunité diplomatique dont jouit la femme d'un cheikh pourtant loin d'être sans provision"... joli jeu de mots de mon confrère... Mais bon, qui sait : peut-être cette princesse saoudienne est-elle en fait touchée par la crise ? Nombreux exemples, ce matin, d'une crise financière qui continue chaque jour de produire ses effets... Pour preuve : la Une de La Tribune, qui fait état du triste moral des patrons de PME... "Une PME sur cinq craint aujourd'hui de disparaître"... résultat d'une enquête de la CG-PME... Toujours dans La Tribune : la chute des exportations en France... "Elles ont chuté de 25% par rapport au plus-haut de 2008"... conséquence du ralentissement mondial... Conséquence donc de la crise... Car en France, on a le droit d'employer le mot... ce qui n'est plus le cas, par contre, en Russie... C'est à lire dans Libération : "Un responsable régional russe vient d'interdire à ses fonctionnaires d'utiliser les mots 'crise financière' dans leurs discours, sous peine d'être limogés"... "La crise est dans leur tête, pas dans l'économie", assure-t-il... La méthode Coué poussée à ce point-là, ça devient juste du mensonge... Alors à quand la fin de la crise ?... Ce matin, Le Parisien rapporte les propos de Brice Hortefeux, le ministre du Travail... "Lorsqu'on me parle de la crise, dit-il, je réponds par un proverbe ivoirien : 'Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil finira toujours par briller'"... Une citation qui ferait sans doute un malheur pour le Bac de philosophie... Brice Hortefeux, élu dimanche au Parlement européen... Mais il ne siègera pas : il reste au gouvernement... "Tous les candidats élus ne siègeront pas", titre ainsi France-Soir ce matin... qui nous explique qu'outre Brice Hortefeux, un autre élu a également annoncé qu'il n'irait pas siéger au Parlement européen : c'est Jean-François Kahn, élu sous les couleurs du MoDem dans l'Est... Estimant qu'il avait failli à sa mission d'obtenir au moins deux sièges pour sa liste, il a démissionné en faveur de celle qui était seconde : l'eurodéputée sortante Nathalie Griesbeck... Tous les journaux, ce matin, continuent d'analyser les conséquences du scrutin de dimanche... Nombreux dossiers sur le PS qui, après le fiasco, se réunissait hier soir en conseil national... "Martine Aubry donne six mois à son parti pour changer de cap... Après la défaite, rien ne change au PS", commente Le Figaro... Tandis que Libération lance cet appel à sa Une : "Gauche européenne : changez tout"... Le journal s'interroge : "Comment réinventer une gauche qui puisse gagner ? Une gauche plus sociale, plus libertaire et plus écolo ?"... "Ecolo" : on retrouve le mot un peu partout ce matin dans les journaux... "Les politiques, tous écolos", titre ainsi à sa Une La Croix... Ainsi également dans France-Soir, qui nous rappelle ce que Nicolas Sarkozy a lui-même rappelé hier, à savoir que c'est quand même lui qui a inventé le Grenelle de l'Environnement. Mais ce Grenelle n'a pas que des avantages : il provoque aussi du chômage... Pourquoi donc du chômage ? C'est à lire dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace : c'est l'histoire de la société Osram, qui fabrique des ampoules. Conséquence du Grenelle de l'Environnement : la lampe à incandescence est en voie d'être prohibée. L'entreprise va donc licencier. Elle a proposé à ses salariés des baisses de salaire pour éviter les suppressions d'emplois. Certains ont dit oui, d'autres ont dit non. Et ce ne sont que ceux qui ont dit non qui vont être licenciés. Pour le reste, j'ai noté cette bonne nouvelle dans Libération: Nadine Morano a finalement décidé de retirer sa plainte contre la femme qui avait écrit "hou la menteuse" sur un site Internet, en marge d'une vidéo qui montrait la secrétaire d'Etat... Mauvaise nouvelle, par contre pour les promeneurs de Loire-Atlantique... la buse a encore frappé ! Quatrième attaque de promeneur par le rapace en quelques semaines. L'une des victimes a failli perdre un oeil. Mais pourquoi donc les buses attaquent-elles les promeneurs ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.