La mémoire européenne s’efface, quand la pandémie a tué ceux qui témoignaient du temps où le fascisme nous dévorait. Mediapart enquête sur de jeunes fascistes français musclés. Réforme ranime Jacques Ellul qui nous avertissait contre notre toute-puissance. Sheila revient, le Figaro, Abba aussi, le Parisien.

On parle de deux héros...

Deux officiers français morts il y a 80 ans, que l'Indépendant nous rappelle,  ils venaient de l'Aude, ils s'appelaient Etienne Erminy et André Rotelle, lieutenant et sous-lieutenant au 24e régiment de tirailleurs sénégalais, qui dans l'entre-deux-guerre était une fierté de Perpignan... Le 10 juin 1940, dans l'Oise, le régiment dut se rendre, submergé par l'offensive allemande... Les vainqueurs nazis voulurent s'en prendre aux soldats africains, des officiers français s'interposèrent pour les protéger, ils furent saisis  et abattus chacun d'une balle dans la nuque , on dit que le lieutenant Erminy, un ancien de la belle équipe de rugby de Quillan, tenta de s'évader... Les tirailleurs africains furent tués après eux, l'indépendant me dit que 1500 soldats noirs, blessés ou prisonniers,  furent ainsi abattus entre les 10 et 11 juin 40, par les nazis, pour qui faire combattre des nègres était de la part de la France une infamie raciale

Sur le site du Point, vous lisez un autre officier, Charles N'Tchorere était capitaine, il venait du Gabon il avait fait la Grande guerre  il fut abattu le 7 juin 1940 à Airaines près d'Amiens et son cadavre profané par des soldats allemands qui n'en revenaient pas d'avoir été freinés, perdant 8 chars par une poignée d'hommes commandés par un officier africain... Le capitaine N'Tchorere avait une foi inébranlable en la destinée de la France, il l'écrivait à son fils qui lui aussi mourut dans ce printemps atroce...

Peut-on s'inspirer de nos premiers martyr combien de temps garderont-nous leur mémoire? L'indépendant me dit que le confinement a empêché les collégiens de Trèbes d'accomplir le parcours de mémoire qui rendait hommage aux lieutenants Erminy et Rotelle, faites lire le journal aux enfants, cela suffira-t-il?

Le New York Times raconte ce matin comment la pandémie a frappé la mémoire de l'Europe, en tuant des anciens qui témoignaient du temps où le fascisme nous ravageait. Disparu en Italie Gildo Negri, résistant antifasciste, contaminé dans la maison de retraite qu'il quittait pour parler aux lycéens, il est parti le 25 avril, le jour où auraient se tenir les célébrations du 75e anniversaire de la libération, cérémonie annulées en raison du virus... Mort en Belgique l'écrivain Henry Kichka, survivant de la Shoah. Mort en Espagne, Jose Maria galante qui avait été torturé par le régime de Franco, et mort aussi son tortionnaire, l'ancien policier Antonio Gonzalez Pacheco, que Galante aurait voulu voir juger.  Et sans eux les confusion peuvent plus facilement s'installer.

Et un journal  rêve au départ des français issus de l'immigration...

Et ce journal est  chic et de papier bien blanc, il s'appelle l'Incorrect, il publie ce juin un bon papier  sur Poppa Chubby « le dernier grand bluesman du Bronx », et un autre sur Kraftwerk, mythique groupe allemand, et une interview du politologue Jean-Yves Camus... et à l'abri de ce bon boulot fait passer  un projet de nettoyage ethnique qui va bien au-delà de la politique prônée par le Rassemblement national, la "remigration", le départ de de nos compatriotes notamment musulmans qui portent dit le journal « une culture incompatible avec la nôtre» et qu'il faudrait donc amener à partir, je cite, "humainement, mais fermement et massivement", et l'Incorrect s'amuse  "sauvez des vies, rentrez chez vous", et explique que la remigration, après tout, s'inspirerait des rêves d'aAfrique des esclaves noirs en Amérique, et de l'exode des Israelites esclaves de Pharaon: est-on plus faux ?

Je lis dans Mediapart une enquête sur les zouaves, des jeunes fascistes français plus rustiques et musclés qui s'organisent entre Paris et Reims, dans des bagarres de rue, des affrontements de hooligans, des voyages en Ukraine pour entendre du Heavy metal nazi, on s'amuse chez ces jeunes gens à affubler un bébé d'un masque de Hitler. Il ya quelques jours, les Zouaves sont allés attaquer un bar du XXe arrondissement de Paris, fief des de l'ultra gauche antifasciste, les ANTIFAS, ces mêmes antifa que le président des Etats-Unis désigne comme un ennemi.

Etrange rencontre.

Dans Charlie Hebdo, je lis un beau texte alarmé de l'écrivain Salman Rushdie, qui avertit l'Amérique où il vit des tendances despotiques d'un président Trump en proie au narcissisme et à la peur. Il en a vu d’autres Rushdei, chez lui en Inde, au Pakistan voisin, il dit que cela n'arrive pas qu'aux autres.

Je lis dans le Figaro que IBM, le géant de l'informatique, renonce à la technologie de la reconnaissance faciale, de peur qu'elle soit utilisée à des fins liberticides. De qui se méfie IBM?

Cette prudence aurait ravi un homme disparu il y a 26 ans, qui pour beaucoup est un prophète. Le théologien et philosophe Jacques Ellul, mort en 1994, qui dénonçait l'emprise de la technique sur nos vies et dont le journal protestant Réforme publie un texte inédit: Ellul parle de la limite que l'homme doit s'imposer, il faut abdiquer dit-il notre prétention à nous croire infinis, et nous rappeler que Prométhée, n’est pas un modèle mais un imbécile, si nous l'avions suivi, l'humanité aurait péri...

Et on parle de chansons...

Et je gambille d'aise de découvrir dans le Parisien que ABBA prépare un nouveau disque, et dans le Figaro que Sheila, oui Sheila, elle aussi travaille, forte de 57 ans d'amour avec son public, elle se souvient du temps où grande jeune fille blanche, elle dansait avec ses copains noirs de Black devotion. C’est approprié ces temps-ci.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.