"Il se rêvait en prophète solitaire... Le voilà exaucé"... Le constat est signé Bruno Dély, dans Libération... Et l'on reparle de François Bayrou... "Bayrou : le centre en solitaire", titre le journal... qui note que le leader UDF lance aujourd'hui son Mouvement Démocrate, quand le plus gros de ses députés a rallié Sarkozy... Les mêmes mots, dans Le Figaro... "Bayrou prépare en solitaire son Mouvement Démocrate"... Le Figaro qui explique que "François Bayrou va compter ses amis... Dans la tourmente, celui qui est encore le président de l'UDF ne peut plus s'appuyer que sur une toute petite poignée de fidèles"... Oui, "il est bien seul, François Bayrou", confirme Patrick Fluckiger dans L'Alsace... "Les trois-quarts de ses parlementaires déserteront aujourd'hui la création de son nouveau parti... Quant à ses électeurs, ils se sont équitablement partagés, dimanche, entre les deux finalistes de la Présidentielle"... Pour l'éditorialiste, "les fondations sur lesquelles le troisième homme de la Présidentielle compte bâtir le Mouvement Démocrate tiennent plus du sable que du béton"... Dans La Croix pourtant... "beaucoup d'électeurs assurent vouloir suivre François Bayrou dans sa démarche au-delà des élections"... Et le journal catholique rapporte ces propos d'un fidèle... "24 de perdus (ce sont les députés)... 10.000 de retrouvés"... L'UDF... qui ne comptait que 33.000 adhérents jusqu'ici... assure avoir reçu, rien que par Internet, 10.000 pré-adhésions au Mouvement Démocrate en trois jours... des nouveaux adhérents qui sont jeunes, diplômés et attirés par des raisons de fond... "Beaucoup d'anciens socialistes qui ne veulent plus attendre que Dominique Strauss-Kahn finisse par imposer ses idées", explique, dans La Croix, Adrienne, militante de l'UDF, qui reçoit les nouveaux militants... "C'est à eux de décider ce que deviendra cette maison en construction", indique une proche de François Bayrou... Toujours dans La Croix, sur le même thème... un entretien avec Anne-Marie Comparini, députée UDF du Rhône... Elle fait partie de ceux qui restent fidèles au leader centriste... Elle explique... "Emprunter une voie nouvelle est toujours plus difficile"... Mais pour elle, "le futur Mouvement Démocrate ne doit pas être un culbuto, qui penche tantôt à droite, tantôt à gauche"... Bayrou ou le complexe du culbuto... C'est un peu aussi ce que dit Bernard Revel, dans L'Indépendant du Midi... "Avec une UDF sarkozyste d'un côté, et un bayrouisme penchant vers le PS de l'autre, le centre subit, qu'il le veuille ou non, la loi des clivages... On n'en a pas fini avec le combat droite-gauche"... Pour preuve... Dans Libération, deux entretiens... L'un avec Jean-Luc Benhamias... l'ex-secrétaire général des Verts quitte les écologistes et rejoint le nouveau parti de Bayrou... "Oui, je suis Bayrou, mais je ne passe pas à droite... L'autre avec Jean-Louis Bourlanges, député européen UDF, qui s'alliera à l'UMP pour les législatives, "histoire de ne pas rester le derrière entre deux chaises", dit-il... Le derrière entre deux chaises... ou plutôt : le derrière privé de siège... Parce que cette bataille du centre, c'est en filigrane, bien évidemment, celle des législatives... Une bataille où il n'y aura pas de cadeaux... Déjà, annonce La République des Pyrénées, "l'UMP défie Bayrou sur ses terres"... même si, concède le journal, on ne connaît pas le nom de celui ou celle qui affrontera, à Pau, l'élu centriste... Autre conséquence... A Rouen... c'est dans Libération... Alors que le maire UDF Pierre Albertini s'est rallié à l'UMP, l'une de ses adjointes se présentera aux législatives, sous la bannière du Mouvement Démocratique... Alors les législatives... Eh bien, elles permettent un retour des sondages... Ce matin, une enquête BVA pour la presse régionale... "Vers une chambre bleue", résume Le Dauphiné Libéré... Mais bon, avant ces scrutins... "il faut se mettre au travail", exhorte Le Courrier Picard... Et vos journaux explique que c'est ce que va faire Nicolas Sarkozy ce matin... Le Parisien-Aujourd'hui en France précise que "Sarkozy est rentré à Paris hier, à 22 h 40"... Alors donc le futur Président est rentré... Et Le Monde affirme que c'est pour "préparer son gouvernement"... Quelques indications à ce sujet dans Les Echos... "Sarkozy s'inspire en partie de cas étrangers"... Et le quotidien économique explique... "Comme en Espagne, le nouvel exécutif comptera autant de femmes que d'hommes... Comme en Allemagne, le ministère de l'Economie sera séparé de celui des Finances... Comme aux Etats-Unis, le Président pourrait s'entourer d'agences thématiques"... Et Les Echos précise qu'en matière de gouvernement, le contre-exemple c'est l'Italie... où, du chef du gouvernement au dernier des sous-secrétaires d'Etat, on compte 101 personnes... Les Echos qui est aussi allé voir ce qu'il en était, à l'étranger, du ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale... Alors ça n'existe qu'au Danemark, où c'est en fait un ministère aux Réfugiés, aux Immigrés et à l'Intégration... L'expérience avait été tentée aux Pays-Bas, mais en février dernier la nouvelle coalition a fait machine arrière... En Italie et en Grande-Bretagne, l'Immigration est rattachée au ministère de l'Intérieur... en Espagne, c'est à celui du Travail... La composition du gouvernement... les législatives... et dans un an, ce seront les municipales... C'est Le Monde qui regarde déjà... En fait, le journal s'est penché sur la carte de France du scrutin présidentiel... et constate que "le phénomène Royal menace l'UDF et l'UMP dans de nombreuses grandes villes"... Les journalistes du Monde expliquent en effet que la droite a enregistré des scores médiocres dans de nombreuses villes... A Bordeaux, la ville d'Alain Juppé, par exemple, la candidate socialiste a réalisé plus de 55% des voix... A Périgueux, chez le ministre UMP Xavier Darcos, elle en obtient 54%... 57% à Clermont-Ferrand... où, du coup, l'éventuelle candidature de Brice Hortefeux à la mairie en 2008 semble compromise... Caen, Cahors, Tarbes font également partie des villes UMP où Ségolène Royal arrive en tête... C'est également le cas, note Le Monde, dans la plupart des villes UDF... Blois, Rouen, Angoulême ou Drancy... Autant de bons résultats qui inquiètent Jean-Pierre Raffarin... Le sénateur UMP de la Vienne, ancien Premier ministre, explique que dès maintenant, il faut que l'UMP prépare son projet pour une nouvelle démocratie locale... Le phénomène Royal... Succès d'un côté, défaite de l'autre... Dans la presse, depuis plusieurs jours, c'est l'heure des comptes au Parti Socialiste... Ségolène Royal, responsable ou pas de l'échec à la Présidentielle ?... "Tous responsables, tous coupables", condamne Marianne... "Les dirigeants socialistes crient haro sur Ségolène Royal... Pourtant, lors de la campagne, aucun ne s'est privé de la critiquer, voire pire... Lequel, dans ces conditions, peut s'exonérer de la défaite ?", interroge Marianne... Marianne qui note qu'en 2002, c'était plus simple... "Jospin était l'unique auteur de son plantage"... Dans L'Humanité, c'est le deuxième volet de l'enquête sur "l'échec de la gauche"... Le journal dresse aujourd'hui la liste des "5 raisons de la défaite"... En résumé : "la gauche a sous-estimé la contre-offensive idéologique de la droite, et a échoué à susciter un projet progressiste partagé"... Dans la série "Je mets de l'huile sur le feu"... ce matin, dans Libération : Olivier Todd... Le démographe dénonce : "Royal a trop joué sur l'identitaire, au détriment de l'économie... DSK ou Fabius auraient pu gagner... parce que l'un et l'autre, chacun à sa façon, aurait ramené le débat sur le pouvoir d'achat"... Et Todd poursuit son analyse... "Face à la thématique identitaire, la gauche n'a qu'une seule réponse possible : l'économie... Or, avec l'aide de Jean-Pierre Chevènement, Ségolène Royal s'est déplacée à son tour sur le registre identitaire... Cela est apparu comme une légitimation du discours sarkozyste"... Même explication, dans Le Monde, d'Alexis Dalem... Il est chercheur en sciences politiques, co-rédacteur en chef de la "Revue Socialiste"... Il rappelle que le 25 août 2006, il avait écrit dans le même journal : "Si Ségolène Royal était désignée, sa défaite serait presque assurée... J'aurais préféré que les faits me donnent tort, dit-il... Mais aujourd'hui, seul un projet de transformation à gauche peut être crédible... C'est ce projet enfin sérieux qu'il faut enfin reconstruire"... Alors, pour finir... "L'opposition sans peine"... une chronique de Stéphane Denis, dans Le Figaro... en fait, quelques conseils au Parti Socialiste... "Vous avez perdu... Vous allez perdre encore... Mais votre défaite aux législatives se verra moins... Dans les semaines qui viennent, ne perdez pas une occasion de dénoncer le genre de la droite... Bien entendu, gardez le ton qui convient... Il ne s'agit pas d'aboyer... Soyez navré, avec un rien de gravité dans le regard... Soyez aussi irréductible... Qu'on sente que vous n'avez rien de commun avec ces gens-là... Ainsi, sans toucher à vous-même, passerez-vous l'été... Ensuite, comme vous serez toute petite, vous attirerez la sympathie... Dans six mois, on vous voudra plus nombreuse... A l'automne, il s'agira de vous trouver un nouveau chef... Soyez de braves, d'honnêtes sociaux-démocrates... Sur cette question du chef, conseille Stéphane Denis à l'opposition... il faudra être courageuse... Virez-la !... Virez-le !... Confiez votre sort à un talent qui, jusqu'ici, n'aura pas eu le premier plan... Regardez du côté britannique... Les conservateurs ont essayé trois chefs avant de trouver la tête qu'il fallait... Faites comme eux, et soyez optimistes"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.