La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Affaire « Baupin », dévoilée hier par France Inter dans une enquête conjointe avec Mediapart, suites ce matin dans la presse.

Hier, conseil d’agglomération dans une ville de la région parisienne, Aurore Berger est une élue Les Républicains, elle raconte sur sa page Facebook. « Séance de vote, pendant les dépouillements, je pars échanger avec certains élus. Je suis accueillie par « quand je te vois, j’ai envie de te faire une Baupin, un autre élu enchaine, quand on voit Aurore, on a le bâton de berger »

C’est gras, vulgaire, pathétique écrit elle. Mais surtout « quand ça t’arrive, tu ne sais pas comment réagir, tu es sidérée, bloquée » « une claque ? tout le monde te regarderait. tu ne ris pas ? tu n’es décidément pas faite pour la politique. Tu te regardes, tu te dis que tu n’aurais pas dû porter ce chemisier. Instinctivement, tu te couvres comme si c’était toi la coupable. »

Scène de la vie politique…et ça se passait donc hier soir, au soir même des révélations de France Inter mettant en cause Denis Baupin.

Et ça met un petit coup au moral, malgré tous les éditos, les titres, les belles déclarations d’intention que vous retrouvez dans vos quotidiens ce matin, même si certains se demandent, avec prudence tout de même, s’il ne s’agit pas aussi d’un règlement de compte, le Parisien réclame la « fin de la loi du silence », Libération relaie la tribune de 500 élues, militantes et responsables de tous bords qui appellent à « lever l’omerta pour que l’impunité cesse », « merci disent elles à celles qui ont osé briser la loi du silence, pour que la culpabilité change de camp, il faut parler »

Parler, c’est ce qui change tout, et sans doute, la tribune Bas les pattes de 40 femmes journalistes publiée déjà par Libération l’an dernier a t elle fait un peu avancer les choses…sauf que tout cela prend du temps…témoignages dans la presse ce matin, de ceux qui savaient, un peu beaucoup, et qui n’ont rien dit. Des membres d’europe écologie les verts notamment, jean sébastien herpin par exemple, secrétaire dans la région centre raconte dans son blog, cité par Le Monde, qu’en 2013, il signe une contribution pour son parti. Un élu du Nord lui lance « comment peux tu signer avec un violeur ? » Lui savait, moi pas dit il, mais petit à petit « autour d’un bon verre de vin, des camarades (femmes) parlent, se confient, je blêmissais, je savais que ça tomberait un jour ». Violeur ? l’accusation est lourde…Mais par ailleurs relayée dans d’autres cénacles…lors du congrès de l’association française de science politique à Paris en 2013, l’universitaire Vanessa jérôme produit un travail sur « l’inégalité des droits et questions sexuelles chez europe écologie les verts ». 2013, elle évoque déjà la rumeur, je la cite d’« une sorte de DSK des Verts, un élu qui se livrerait à du harcèlement sexuel, qui aurait même suscité l’intervention d ‘une dirigeante, proposant des importantes sommes d’argent aux salariées du siège pour qu’elles ne dépposent pas plainte », un élu qui semble bénéficier d’une forme de bienveillance écrit elle

DSK des verts ? Bienveillance ? c’était raconté par certains, et même écrit donc, en 2013…

Dans la presse également ce matin Hélène, une entreprise française qui a réussi hier un beau doublé

SON Barthès

Qui l’eut cru ? voilà deux nouveaux collègues de bureau, oui, Yann Barthès qui adorait se moquer entre autre de jean pierre pernaut dans son Petit journal, se retrouvera peut être dans le même couloir que lui de la tour ronde de TF1 dès la rentrée prochaine. « avec le transfert inattendu de Yann Barthès vers TF1, Vincent Bolloré a presque réussi, indirectement à faire de son rival un havre d’indépendance et d’impertinence » s’amuse Jérôme leffiliâtre dans Libération …selon le site spécialisé Pure media, la nouvelle émission de Barthès pourrait même s’appeler « temps de cerveau disponible », en référence à la célèbre formule de l’ancien boss de TF1 Patrick le Lay, c’est dire si l’esprit canal va bientôt pouvoir être baptisé « l’esprit Bouygues ». Sacré challenge pour l’icône de la jeune génération, le journaliste aura la charge d’une quotidienne sur TMC pour concurrencer Hanouna, et d’une hebdo sur la chaine mère cette fois sans doute le samedi soir face à Laurent Ruquier sur France 2n nous dévoile Cyril lacarrière dans l’Opinion. Avec l’autre prise de guerre du nouveau PDG du groupe Gilles Pélisson, Yves Calvi débauché de France 5 où il animait avec succès « c’est dans l’air », qui lui arrive sur LCI, c’est toute la stratégie de reconquête d’audience de la filiale de Bouygues qui est en marche. En même temps, TF1 n’avait pas franchement le choix, nous explique t il, en avril elle enregistrait la plus importante baisse d’audience de toutes les chaines françaises.

Ce matin hélène, coup de projecteur sur Alep, et ses derniers pédiatres

Ils sont 5, 5 pédiatres survivants en tout et pour tout à Alep, la deuxième ville de Syrie…bouleversant témoignage dans le Figaro ce matin, sous la plume de Delphine Minoui qui l’a rencontré d’Hatem, le docteur courage d’Alep, l’ami du Docteur Maaz mort fin avril lors des bombardements syriens et russes sur la ville. « Le docteur Hatem parle avec la maturité d’un vieux sage » raconte la journaliste, » il n’a que 29 ans, et déjà l’expérience effectivement d’un vieux médecin, lui qui depuis 5 ans, passe son temps à déplacer les couveuses en sous sol pour protéger les nouveaux nés, à soigner les enfants défigurés par les bombes, sans plus pleurer dit il…mais je veux qu’assad et Poutine sachent une chose prévient il, les pédiatres seront les derniers à quitter Alep ». Il reste 5 pédiatres dans la ville

On termine Hélène avec un homme qui suscite bien des regrets dans la presse, et une expo qui suscite quelque ironie

« Fin de Partie pour Michel Platini dans l’Equipe », qui pleure ouvertement son Platoche ! si Pascal Coquis dans les Dernières Nouvelles d’Alsace regrette que « Michel Platini ne soit plus depuis longtemps ce footballeur génial dont les posters garnissaient les chambres et les rêves des enfants du monde entier, mais un personnage politique comme un autre », l’Equipe assume « nous l’avons trop aimé pour ne pas ressentir aujourd’hui une très grande tristesse, un grand sentiment de gâchis, à voir sali, à terre, celui qui apparaissait il y a encore quelques mois pour un chevalier blanc » confesse jean philippe Leclaire Alors comment rebondir ? la Voix du nord a une idée « dur d’échapper à l’argent dans le foot reconnait Richard Gotte, mais pour s’en laver les mains, y a peut être une solution pour platini. Rendre les 1,8 million d’euros, je sais pas, au club de luzenac par exemple. Ou alors rejoindre la foule des bénévoles, anonymement. Oui ce serait bien ça, juste pour le foot »

On termine par Huang Yong Ping, artiste chinois qui a installé hier sous la grande nef du Grand palais à paris, dans le cadre de Monumenta, son immense serpent de métal. 980 tonnes, 254 mètres de long, 316 vertèbres si vous n’êtes pas séduit par l’œuvre, admirez au moins la prouesse technique s’amuse Sabine Gignoux dans La Croix ! qui donc n’a pas l’air totalement séduite. Et qui relève plus drôle, que l’œuvre baptisée Empires comprend aussi 305 conteneurs empilés, sur lesquels on peut lire China, Hamburg ou Us line, une métaphore assez transparente des échanges commerciaux à l’heure de la mondialisation. Mais aussi le sigle de la compagnie d’affrètement CMA CGM, principal mécène par ailleurs de la manifestation. Etre financé par ceux qu’on dénonce, l’œuvre aurait aussi pu s’appeler, « serpent qui se mord la queue »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.