La Voix du Nord et Télérama disent le présent de la Commune aimée des jeunesses historiennes et des jeunesses engagées, gilets jaunes et zadistes. Usbek et Rica porte le livre d'un américain philosophe et réparateur de motos, Matthew B. Crawford, qui défend la route et la voiture contre nos modernités liberticides.

On parle de liberté...  

Et un titre barre la Une du Figaro:  "Les églises chrétiennes inquiètes pour leur liberté", le journal dévoile un texte commun des représentants catholiques protestants et orthodoxes, contre la loi sur le séparatisme qu'il faudrait disent-ils réécrire. Et le pasteur Clavayroli, président de la Fédération protestante de France, Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France et le Métropolite Adamakis accusent le pouvoir de contrevenir à ses propres principes, et de renoncer à la séparation de l'Eglise et de l'Etat, en voulant surveiller et parfois interdire des associations cultuelles.  

"Par sa logique interne ce projet de loi risque de porter atteinte aux libertés fondamentales que sont la liberté de culte, d'association, d'enseignement et même à la liberté d'opinion malmenée déjà par une police de la pensée qui s'installe de plus en plus dans l'espace commun. L'État en vient à s'immiscer dans la qualification de ce qui est cultuel et dans son fonctionnement. Les pouvoirs publics disposent déjà des moyens de poursuivre, de dissoudre, de fermer ; ils n'ont pas besoin d'en revenir  à un contrôle de type concordataire." Le Concordat, les chrétiens ont de la mémoire, est un régime où l'Etat autorise et domine les cultes...  

Mgr de Moulins-Beaufort portera aujourd'hui ses inquiétudes à Matignon.  le Figaro se réjouit que les églises prennent Emmanuel Macron au mot, qui dans une conférence au collège de Bernardins avait demandé aux catholiques de faire entendre leur voix, et d'être intempestif.  Mais ce n'est pas seulement la liberté de ton qui intéresse le journal; dans son éditorial, le Figaro fustige le péché d'équivalence entre les cultes, "on prive de liberté des religions paisibles, dont celle du père Hamel et des moines de Tibhirine  pour combattre l'islamisme".  

Et deux de nos débats se chevauchent, sur la liberté et sur les religions. Le patron de de Charlie Hebdo Riss fustige les jeunes français qui selon un sondage récent s'opposeraient à la critique des religions, ces jeunes ne savent pas ce que les intégrismes préparent dit Riss en substance, sous un titre délibérément vieux ronchon, "il leur faudrait une bonne Saint-Barthélemy". Ce massacre de protestants qui eut lieu en France au temps où la monarchie s'était donnée aux catholiques ultras...  

Mais la liberté n'est pas une vieille histoire, et chaque jour pour certains est un combat. Libération et Mediapart, relaient celui des associations et d'un migrant érythréen, qui va devant la justice pour faire établir qu'un policier, en novembre, a brisé son crâne en lui tirant dessus avec son lanceur de balle de défense, quand il voulait retrouver son campement de fortune près de Calais. Libération encore nous raconte la liberté de la presse qui se dissipe dans des pays de l'Est, quand en Hongrie s'est organisé un bloc de media d'Etat au profit du premier ministre Orban, et ce modèle inspire les conservateurs nationalistes polonais au pouvoir, et aussi le premier ministre populiste slovène Janez Jansa qui aime insulter les journalistes et qui va présider à partir de juillet le conseil des ministres de l'Union européenne, pauvre Union qui n'avait pas imaginé que la démocratie pouvait céder la place, à l'autoritarisme, et se demande comment combattre le poison en son sein.   

Une ONG américaine, Freedom House, constate dans son rapport annuel que moins d'un terrien sur cinq vit dans un pays  libre, on le lit sur Slate et Atlantico, en 2020 la plus grande démocratie du monde l'inde, a cessé pour l'ONG d'être un pays pleinement libre, en raison de la répression contre la presse et les opposants du pouvoir qui fait des musulmans un bouc émissaire. Est-ce loin.     

On parle aussi de la Commune de Paris... 

Et ce matin la Voix du Nord sur deux pages et Télérama dans un riche dossier -lisez cliquez les deux! -expriment le présent de cette révolution qui gouverna Paris au printemps 1871, avant d'être balayée et réprimée par la république alors conservatrice. La commune, lirez-vous a retrouvé une vigueur symbolique, auprès des jeunesses historiennes et des jeunesses engagées, elle s'est faufilée dans l'imaginaire d'une économie ravagée par la crise et les inégalités comme Paris en 1871 était ravagé par la défaite, elle a inspiré des gilets jaunes et des zadistes qui inventent des territoires autonomes  libérés de l'autorité, comme la Commune s'était affranchie de l'Etat, elle a pour elle aussi la commune que sa si courte vie ne lu a pas laissé le temps de décevoir, comme les révolutions après elle... Mais est-ce si simple.  Télérama rappelle aussi le drame du peintre Courbet, auquel les vainqueurs imputèrent la mise à terre de la colonne Vendôme, et rappelle encore la haine que la Commune inspira à quelques belles plumes, même Flaubert mais en réalité lui n'aimait personne, dégouté par la fange où barbote le commun  des hommes -cet isolement aussi nous parle. 

Vous pouvez aussi acheter le forcément engagé hors-série de l'Humanité sur la Commune, le forcément érudit numéro spécial de l'Histoire sur cet instant pionnier de la démocratie directe, et vous pouvez sur le site les Jours suivre la commune au Présent, racontée sur le mode du journalisme, j'en passe et forcément pardon j'en oublie...  

Et on parle enfin de voiture...

Et de la moto et de la liberté que la conduite inspire et que nos dogmes veulent éliminer, vous lisez sur le site Usbek et Rica un compte-rendu réjoui et à peine gêné d'un ouvrage réactionnaire mais qui semble fort juste au site des modernités... "Prendre la route, une philosophie de la conduite", écrit par un américain philosophe ET réparateur de motos, Matthew B. Crawford, qui vient questionner l'idéologie du progrès, le mythe de la voiture propre écolo mais en réalité ruineuse pour l'environnement, le mythe de la voiture autonome, qui nous ôtera notre choix, notre liberté, et globalement un progrès qui masquerait le lucre et une société de surveillance, un complexe sécuritaire industriel fait de caméras de règles d'interdits...   

Je  lis dans Sud-Ouest qu'entre Bordeaux et Arcachon on proteste car la nationale pourrait être remplacée par une autoroute à péage, on veut nous empêcher. Je lis dans l'Yonne républicaine que le McDonald's d'Auxerre est fermé, on y mangeait en terrasse.   

Il reste pourtant des raisons d'espérer. L'Echo républicain se réjouit des reliques de Sainte Bernadette qui arrivent en Eure-et-Loir, terre où la foi est incarnée. La Vie tendrement accompagne des bonnes sœurs de Seine-et-Marne qui ont joué le jeu des youtubeurs Mc Fly et Carlito, les voilà influenceuses avec les influenceurs du président Macron. Le Figaro, le Parisien et l'Equipe nous disent pourquoi comment ca se passera bien ce soir pour le Paris-Saint-Germain. A chaque fois, il s'agit de croire.

Contact
Thèmes associés