Laetita Gayet.

Coups de force et grande farce

Jean-Claude Gaudin a été élu hier, président de la future métropole Aix-Marseille. Voilà pour l'information. Mais les dessous de la matinée d'hier sont racontés dans LA PROVENCE ce matin. 9h45.

Maryse Joissains la maire Les Républicains d'Aix en Provence préside la première assemblée... au bénéfice de l'âge. Opposée sur le sujet au maire de Marseille, elle lance les hostilités. "Bonjour Jean-Claude. Bienvenue chez vous. " Mais à 10h30... le ton monte.

Des recours avaient été déposés vendredi. "La réunion ne peut se tenir... même si certains se sont bourrés le mou entre eux. Ce n'est pas parce qu'on est à Marseille qu'on ne doit pas respecter une décision de justice. " Elle aura tenu une heure, écrit Alexandra Ducamp avant de montrer les crocs. Et quel crocs ! Maryse Joissains à Sylvia Barthélémy présidente UDI de l'agglo d'Aubagne... : "Toi, je vais te mettre des coups! " 11h15.

Gaby Charroux, député-maire PCF de Martigues se retire. "C'est un putsch. Je ne veux pas participer à cette mascarade. " Maryse Joissains claque la porte : "méthode de voyou ! " 12 heures, le vote. Fumée blanche sur le Pharo, Jean-Claude Gaudin est élu. C'est sûr, Labiche aurait aimé la journée d'hier poursuit Jean-Michel Marcoul. Tout y était vaudeville, trahison... Cela aurait pu être drôle. Ce fut pathétique. "Il ne nous est pas interdit d'être intelligents " a osé dire Jean-Claude Gaudin ponctué d'un "Seigneur prends pitié de nous ! " On l'a bien vu hier. Le clan marseillais n'était pas venu pour beurrer des tartines. C'était aussi du Audiard.

Après ce spectacle, la jeunesse peut-elle croire en la politique ?

Elle n'y croit pas tout simplement.

LA CROIX a mené l'enquête auprès des 16-25 ans. S'ils semblent optimistes quant à leur avenir, les jeunes ne comptent pas sur les politiques pour les soutenir. 83% des 16-25 déclarent ne pas leur faire confiance pour défendre leurs intérêts une fois élus. Et cette défiance s'est accentuée avec le temps. Mais gardons le positif de cette enquête : le jeune Français croit en son avenir.

Son avenir passera t'il par une plus grande mixité sociale dans les collèges ? Najat Vallaud-Belkacem y croit. La ministre de l'Education présente aujourd'hui, les expérimentations qui vont être menées à compter de la rentrée prochaine.

LE FIGARO note qu'elle compte pour cela, sur le sens de l'intérêt général des parents. La mixité est un apprentissage de la citoyenneté. Dans son entreprise de conviction, la ministre promet donc d'associer les familles afin d'aboutir à une mixité sociale désirée. Angélisme ou hypocrisie ? LE FIGARO pose la question et cite en exemple l'expérience menée aux Etats-Unis. Du busing où on vient chercher les élèves dans les ghettos pour les amener vers des établissements plus riches, aux magnets schools, ces écoles aimants qui dans les quartiers défavorisés ont pour mission d'attirer les classes moyennes, toutes ces expériences de déségrégations ont eu des résultats mitigés.

C'est bien simple conclut Hervé Favre dans LA VOIX DU NORD... la mixité sociales dans les écoles, plus on en parle, moins elle progresse !

Et pourtant, il y a des expériences qui fonctionnent.

A découvrir ce reportage de Benoît Floc'h dans LE MONDE. A Toulouse, une école d'ingénieurs, privée, forment des jeunes en difficultés. Pour une fois, c'est Caleb le professeur. Dans l'atelier d'usinage, il montre à Kouamé comment façonner une pièce sur un tour à métaux. Kouamé a commencé l'année en retard, alors Caleb, l'élève, le guide. Ici on forme des pièces métalliques. 50.000 par an.

Elles sont toutes vendues à des clients. Cela finance la moitié du budget de l'école. Il existe une vingtaine d'école de production en France. Mais très peu s'adressent à des jeunes en difficulté explique le directeur. Ici, nous accueillons des migrants, des gamins un peu agités, des décrocheurs. Depuis 2011, sur les 197 jeunes formés, 120 ont obtenu leur CAP. Et parfois au bout, il y a même un contrat. Walid est un petit gars des quartiers. 15 jours avant son CAP, on ne savait pas où on allait. Walid est doué... mais compliqué. Lorsqu'il a fait un premier stage chez Airbus, il a tout de suite compris. Là, il y est pour 18 mois. Et maintenant, ses copains nous demandent : "Eh Walid, comment il a fait pour entrer chez Airbus ? "

Où vas tu jeunesse ?

Elle essaie donc d'avancer.

LIBERATION décrit l'expérience menée à Marseille. Une cellule citoyenne de tranquilité publiques où des ados absentéistes ou auteurs d'incivilités sont convoqués avec leurs parents pour éviter la case justice. "D'ici Noël, c'est le collège Karla, le centre social et ta chambre. On va te suivre. On va tout savoir. "

Extrait de l'injonction de Caroline Pozmentiers... adjointe à la sécurité publique de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille//

Où vas tu jeunesse ?

Celle du sport va essayer de se refaire une virginité après le scandale dans l'athlétisme. Une fois de plus écrit Yves Harté dans SUD-OUEST, le grand étalage des turpitudes humaines vient salir ce que dans une innocence d'enfant, nous aurions aimé voir épargné : le sport. Parce que le sport, c'était le défi entre jeunes, des luttes loyales au-dessus des basses passions. Mais on en est bien loin.

Relevé sur SLATE, cette déclaration d'une athlète russe. 99% de l'équipe nationale était dopée. A décharge, pour lutter contre le dopage, il faut aussi combattre la pauvreté. SLATE toujours, reprend une étude américaine, où on avait constaté que les joueurs de baseball les plus dopés venaient d'Amérique du Sud. Tant que les gains dépasseront les risques de sanctions, le dopage continuera. Si la Russie a été accusée de généraliser le dopage, c'est aussi parce qu'elle n'a pas su transformer les niveaux de vie de ses habitants.

Quoi d'autre dans la presse ?

Voilà qui ne va pas plaire encore une fois à la Russie//

La Une de CHARLIE HEBDO//

Moscou avait déjà qualifié de blasphématoire la semaine dernière... deux dessins publiés dans CHARLIE...

Et bien là... accrochez vous...

On y voit un avion...

Une bombe dans l'arrière train... et ce titre...

"Crash dans le Sinaï : Enfin la sextape !"

Allez pour terminer...

Cette petite phrase que vous allez entendre, toute la journée et encore demain. "My name is Bond... James Bond " Difficile de passer à côté de la sortie du dernier opus de l'espion préféré de sa majesté. Que dire de Spectre ? On laissera les critiques s'en charger. LES ECHOS le trouve en petite forme. En même temps, 007 a permis à Daniel Craig d'être riche. 50 millions d'euros encaissé pour le 24ème Bond. D'être connu, car sinon, Craig n'est pas franchement bankable. Ca a permis aux grandes marques de montres et de voitures de s'en mettre plein les poches.

Le mot de la fin pour le site de L'OBS. James Bond est aussi l'espion le plus bourrin du monde. Il se bourre la gueule du matin au soir. Il déglingue toutes les bagnoles qu'on lui confie. Il est inefficace. Il ne peut même pas protéger M sa patronne. Et après 24 films, il n'arrive toujours pas à se débarrasser du Spectre et du Smersh, faut être bourrin quand même !

Oui mais quand même. "My name is Bond... James Bond "

Bonne journée !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.