C'est quoi ce langage !... Vous le devinez... On parle du terme "dégueulasse", prononcé avant-hier par Fadela Amara... La secrétaire d'Etat à la Politique de la ville avait jugé "dégueulasse" donc l'instrumentalisation de l'immigration... Elle parlait, entre autres, de l'amendement sur les tests ADN... "Le mot (prononcé au micro de France Inter) a jeté le trouble dans la majorité et provoqué le malaise", indique Le Figaro... C'est "le test Amara", pour Libération... qui décrit l'ancienne présidente de 'Ni Putes Ni Soumises' comme "une nouvelle voix qui met à mal la politique d'ouverture de Sarkozy"... Le Parisien-Aujourd'hui en France titre "l'affaire Fadela Amara"... Bref, vous l'avez compris... c'est le mot... "l'insulte", disent les députés UMP... autant que le contexte qui font couler de l'encre... Alors le mot... "Certes, écrit Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré, on a assez dénoncé le politiquement correct de nos responsables pour ne pas saluer une telle franchise... Sauf que... on n'est peut-être pas tout à fait prêt à passer de la langue de bois à celle d'Audiard"... Alors c'est vrai, estime Jacques Camus, qu'"elle a poussé très loin les limites verbales de l'ouverture... Même le secrétaire général de l'UMP, note l'éditorialiste de La République du Centre... même le secrétaire général de l'UMP donc, Patrick Devedjian... dont on connaît les délicatesses de langage (n'est-ce pas lui qui avait traité une adversaire politique de "salope" ?)... a dû s'ériger en censeur, et s'est offusqué de l'insulte faite aux députés"... Alors s'interroge Jacques Guyon, "faut-il brûler Fadela Amara ?".... Dans La Charente Libre, l'éditorialiste constate qu'en tout cas, "on n'est pas loin du procès en sorcellerie pour celle qui est devenue la secrétaire d'Etat à la Ville de Nicolas Sarkozy"... Changement d'époque, constate Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi... "Naguère, un ministre fermait sa gueule ou démissionnait, selon la formule de Jean-Pierre Chevènement... Aujourd'hui, les députés de la majorité vont devoir s'y habituer : le propre des ministres d'ouverture, c'est de l'ouvrir"... "Le tout est de savoir, s'interroge Michel Noblecourt dans Le Midi Libre, qui résistera le mieux à l'épreuve d'endurance qui s'engage : la femme libre ou les adversaires de l'ouverture ?"... Oui, c'est bien le problème de l'ouverture... "Ca ne peut fonctionner que s'il y a reniement ou soumission... Ou alors c'est la rébellion"... L'analyse est signée Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... qui poursuit : "Fadela Amara doit trancher... Si elle reste après ce qu'elle a dit, c'est un peu minable... Si elle part, elle est en paix avec sa conscience, mais elle montre aussi combien cette politique qui prétend faire bouger les lignes est superficielle"... La démission... Elle a peu de chance d'arriver... C'est l'analyse d'Antoine Guiral, dans Libération... Il estime que "Sarkozy tient à sa gauche... et que la démission éventuelle d'un des ministres d'ouverture sur un coup de gueule serait un cauchemar pour le Président... C'est bien pour ça qu'il ne leur a fixé aucune ligne jaune, ni sur le fond ni sur la forme... Fadela Amara n'a donc a priori pas trop de raisons de s'en faire... Mais Sarkozy a, lui, tout lieu de s'inquiéter lorsque sa ministre brandit, comme hier, la menace de partir"... L'immigration... Thème du coup de gueule de Fadela Amara... Mais l'immigration, ce matin, c'est aussi beaucoup plus que cela dans les journaux... Aujourd'hui, en effet, s'ouvre la Cité de l'Immigration... "Un grand musée", selon Le Parisien.... qui, ce matin, vous fait visiter les lieux en avant-première... Petite galerie de photos dans les pages du journal, pour expliquer comment, génération après génération, les immigrés ont rejoint l'Hexagone... Remontée dans le temps, jusqu'à la figure emblématique de l'immigration polonaise du XIXème siècle... Marie Curie bien sûr... Au début du XXème, l'arrivée des Italiens... Puis les tirailleurs sénégalais, mobilisés durant la Première guerre mondiale... Les années 20 et 30 voient affluer de nombreux réfugiés politiques russes... ou encore les Juifs allemands, qui fuient le nazisme... L'après-guerre, ce sera les Espagnols, les Portugais... l'immigration post-coloniale des années 60... Image aussi des années 70 : celle des boat-people... La Croix aussi salue cette "Cité de l'Immigration qui veut donner une autre idée de la France"... "Elle ouvre ses portes après 20 ans d'attente, explique le quotidien... Et cette Cité, ce n'est pas un simple mémorial : c'est un lieu de vie... On y trouve à la fois des oeuvres d'artistes et des récits familiaux"... "Bien plus qu'un musée... un forum citoyen", note Libération... Libération qui remarque également l'absence d'inauguration officielle... La journaliste énumère... "Nicolas Sarkozy est en Russie... Brice Hortefeux, le ministre de l'Immigration, en Espagne... L'agenda du Premier ministre ne prévoit rien... Et quand on téléphone chez Xavier Darcos, au ministère de l'Education Nationale, la question suscite l'incompréhension... "La Cité quoi ?"... Bref, constate Catherine Coroller, "seule Christine Albanel, la ministre de la Culture, s'y rendra ce soir... mais pas pour l'inauguration, non : juste pour la visiter"... Oui, décidément, "le discret hommage de la France à ses immigrés", titre Le Monde... Et dans son éditorial, le journal constate que "cette Cité nationale de l'histoire de l'immigration nous livre une perspective en décalage avec le discours ambiant... Le débat actuel sur l'immigration semble en effet polarisé par les abus et dangers créés par l'entrée des étrangers en France... On ne parle que "fausses demandes d'asile", "fraudes au regroupement familial", "franchissement illégal de frontières" ou "communautarisme"... Un constat qui fait dire à L'Humanité que si ce nouveau musée s'ouvre aujourd'hui dans la plus grande discrétion, c'est parce que "il dérange Sarkozy et Hortefeux"... Et pour preuve de cette affirmation... L'Humanité titre ce matin : "Guerre ouverte aux immigrés"... Le journal s'est procuré une lettre du directeur général de la Gendarmerie Nationale... une lettre qui demande aux gendarmes donc d'intensifier les arrestations de sans-papiers... une lettre qui fait de la chasse aux immigrés une priorité... Et L'Humanité note que, "pour mener sa guerre, le général entend même réquisitionner les réservistes et les retraités, et faire rechercher les informations auprès de tous les services compétents, jusqu'aux travailleurs sociaux"... C'est "un détournement du service public"... La réaction est signée Pierre Willem, le porte-parole du syndicat UNSA-Police... "Les forces de l'ordre, rappelle-t-il, ne sont pas un appareil politique... Pour arrêter quelqu'un, il faut un motif... c'est-à-dire une infraction... Là, un contrôle d'identité est possible... et, le cas échéant, peut permettre de découvrir une personne recherchée ou une personne en situation irrégulière... C'est cela, et seulement cela, la loi"... C'est quoi ce langage !... Retour, là, sur d'autres mots... prononcés encore en partie sur France Inter... Souvenez-vous... hier matin... Bernard-Henri Lévy accusant Henri Guaino, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, "le mec qui fait les discours de Sarkozy", dixit BHL, d'être "raciste"... En cause : le discours de Dakar, maintes fois critiqué, prononcé par Nicolas Sarkozy et rédigé par Guaino... Réponse, hier, d'Henri Guaino au site Internet d'informations Rue89 : "Ce petit con prétentieux ne m'intéresse pas"... Et en filigrane, quelques interrogations tout de même sur le niveau de langage du philosophe et de la plume... C'est quoi ce langage !... Celui, bêtifiant, de la télé... celui censé s'adresser à la ménagère de moins de 50 ans... "On a retrouvé la ménagère de moins de 50 ans !", s'exclame Télérama, en Une, cette semaine... "Ménagère de moins de 50 ans"... D'autres l'appellent "Madame Michu"... Archétype du téléspectateur idéal, si l'on en croit les directeurs de chaîne, elle se contente d'informations simplistes et de fictions pépères... Eh bien non !, dénonce Télérama... Madame Michu ne ressemble pas vraiment à ça... Facile de la considérer comme une andouille, quand on n'a jamais vérifié l'information... Alors d'abord, sachez que pour les sociologues, cette brave femme n'existe pas... En fait, ce sont les publicitaires qui en ont fait une star... Pour eux, c'est la cible, parce que c'est elle qui fait les courses... Ils la décrivent "conservatrice", "terre à terre", "peu sensible à l'innovation"... et elle n'aurait que 3.000 mots de vocabulaire... Mais non, "elle est beaucoup plus intelligente qu'on ne l'imagine !", explique un chercheur... "3.000 mots, c'est peut-être ceux qu'elle utilise... Mais elle en comprend largement 10 fois plus... Et si elle ne s'intéresse pas à certaines informations, c'est peut-être parce qu'on ne les lui présente pas de manière intelligible"... Et à force d'être infantilisée et prise pour une idiote par la télé, eh bien Madame Michu se rebelle, constate le journaliste de Télérama... Pour preuve : les audiences calamiteuses de beaucoup des nouveautés de TF1, en cette rentrée... comme si, enfin, Madame Michu se révoltait contre le manque de culot des programmateurs de télé... Allez... Pour finir... ce petit encadré du Canard Enchaîné... Il va alimenter les rumeurs du jour... Il est intitulé : "Le fantôme de Cécilia"... où l'hebdomadaire rapporte que Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, a fait rechercher dans les annales quels sont les Présidents français ou étrangers qui ont divorcé... Pour l'instant, il n'y a qu'un seul nom sur la liste : l'ancien Premier ministre grec Papandréou... Mais la recherche est toujours en cours... Allez... Pour finir... ce petit encadré du Canard Enchaîné... Il va alimenter les rumeurs du jour... Il est intitulé : "Le fantôme de Cécilia"... où l'hebdomadaire rapporte que Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, a fait rechercher dans les annales quels sont les Présidents français ou étrangers qui ont divorcé... Pour l'instant, il n'y a qu'un seul nom sur la liste : l'ancien Premier ministre grec Papandréou... Mais la recherche est toujours en cours...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.