(Patrick Cohen) Dans la presse : pour quelques papiers en plus ou en moins....

(Bruno Duvic) On l'imagine dans un bureau sombre, des livres du sol au plafond. On le voit assis à sa table de travail, écumant, pestant contre son époque. Et soudain l'idée surgit dans l'esprit d'Alain Finkielkraut : et si j'envoyais une tribune à Libé , le journal qui représente bien souvent tout ce que je déteste ? La tribune est publiée en page 22 aujourd'hui dans Libération . Elle est intitulée « Si j'étais François Hollande ». Finkielkraut imagine une allocution dans laquelle le président de la République annoncerait son départ. Et c'est bel et bien un réquisitoire contre ce qui fait le fond de l'air en ce mois de septembre.

« Mes chers compatriotes,

Vous m'avez donné mandat en mai 2012, de mener une politique de redressement économique et de justice sociale. Peut-être ai-je trop longtemps tâtonné, peut-être vous ai-je déconcerté. Je souhaiterais m'expliquer aujourd'hui devant vous mais, bien que je sois seulement à mi-mandat, je constate que je n'ai plus le temps. Le temps s'est emballé et maintenant vous êtes sur les gradins du Colisée et vous criez à mort"

Suit une allusion au livre de Valérie Trierweiler :

"La contribution des temps modernes à la civilisation tient en un mot, écrit le « président » Finkielkraut : séparation. De l'Eglise et de l'Etat mais aussi de la vie publique et de la vie privée. Ce mur protecteur, aujourd'hui, ce n'est pas l'Etat qui le démolit. C'est vous, chers little big brothers and little big sisters. Vous qui succombez à l'attrait du voyeurisme.

Cette petite blague sur les sans dents, vous croyez vraiment à ça ? Etes-vous restés adolescents au point de considérer que la classe politique se divise entre ceux qui aiment les pauvres et ceux qui veulent les empêcher d'aller chez le dentiste ? Comment prouver son amour des pauvres sinon en prenant la pause ? (…)

Mon prochain ne vit pas dans un monde d'effusions mais dans un monde de dilemmes, parfois inextricables (…)

J'ai donc décidé de tirer ma révérence. Chers little big brothers, chez little big sisters, amusez-vous bien. Vive la République, vive la France, à bas les réseaux sociaux. »

Le fond de l'air est frais. Hollande, « Voyage au bout de l'enfer », titre L'Express . Dans son édito, Christophe Barbier appelle le président à annoncer qu'il ne se représentera pas en 2017, seul moyen, selon lui de sauver son quinquennat. Valérie Trierweiler se rappelle encore à son bon souvenir. Voilà l'ex première dame à nouveau reporter. Le site de Paris Match et sans doute l'hebdomadaire en kiosque demain, publie un récit écrit à Madagascar auprès du secours populaire.

Valérie Trierweiler à la Une du Canard enchainé , sous ce titre « Une ex première dame que mon dentier nous envie ».

Et l'affaire Thévenoud vient encore alourdir le climat.

« Incivique », titre à son propos à la Une Libération . Le plus sévère est peut-être Le Parisien aujourd'hui en France . C'est « l'homme qui scandalise les Français, le député qui fait mal à la gauche ». « Sa faute est effarante de grossièreté », écrit encore le quotidien.

« Phobie administrative ». Voilà comment le député de Saône et Loire justifie auprès du Canard enchainé tous les retards et impayés accumulés auprès des impôts et du propriétaire d'un appartement loué dans le Vème arrondissement de Paris. « Phobie administrative », venant d'un député et secrétaire d'Etat, l'affaire est curieuse. Cela dit, à en croire Rue89 ce matin, c'est une maladie plus courante qu'on ne croit. On découvre dans cet article de Rémi Noyon et Robin Prudent, le métier d'assistant administratif à domicile. C'est une assistante en l'occurrence qui témoigne. « Les questions relatives à l'administration peuvent donner (physiquement) la nausée », dit-elle. Exemple d'une dame de 70 ans qui depuis un divorce a cessé de remplir toutes ses obligations. « Elle met les courriers dans de grands sacs plastiques et les planque sous la table. Quand elle reçoit une lettre, elle n'arrive plus à manger. »

Profil : des personnes très anxieuses, qui ont des difficultés dans le rapport à l'autorité. Cette jeune maman qui a l'impression qu'elle va se faire engueuler comme une petite fille quand elle doit se rendre dans une administration. De jeunes adultes pas tout à fait sortis de l'adolescence, qui ont du mal à être autonomes. D'autres ont de vraies raisons d'angoisser, écrasées par l'administration. D'autres encore galvanisés par une position supérieures, se croient au-dessus de toutes ces considérations de paperasses.

Et souvent, ils sont juste à côté de vous. Pour ces articles, les deux de Rue89 ont reçu le témoignage d'une collègue qui n'avait plus de carte vitale depuis trois ans.

A la rubrique affaires on relèvera encore la Une de La Provence . Après les municipales à Marseille, les comptes du PS vont-ils être rejetés ? Le dossier présenté à la commission des comptes de campagne est émaillé d'erreurs techniques dixit La Provence . Risque d'amende : 500.000 Euros.

Mais tout cela ne cache les difficultés de fond pour le gouvernement, qui a un mal fou à boucler son budget, c'est la manchette du Figaro : « Hollande et Valls dans le piège du budget ».

Quoi d'autre dans la presse, Bruno ?

La presse britannique à huit jours du referendum en Ecosse. Et le monde de la finance au bord du « nervous breakdown ».

A la Une du Telegraph , l'avertissement des banques : « Le Oui (à l'indépendance) serait un désastre pour l'économie »

Le Financial Times , édition Royaume Uni assure que les capitaux commencent déjà à fuit l'Ecosse.

L'appel désespéré de David Cameron à la Une du Scottish Daily Mail : « Ne brisez pas notre famille britannique »

La Reine ne souhaite pas intervenir : c'est la manchette du Times . « Ne m'entrainez pas dans ce débat ».

C'est bien connu tous les écossais s'appellent Mc quelque chose et dans les situations désespérés dans les jeux télés, on fait appel à un ami. D'où ce conseil sans doute à David Cameron à la Une du Sun : « Appelez un McFriend ».

Pourquoi cette velléité d'indépendance des régions ? Au-delà de l'Ecosse, les ambitions de la Catalogne et le succès en Falndres du parti autonomiste NVA... Sur Rue89 encore, réponse d'un chercheur belge, spécialiste de ces questions : « La longue paix en Europe a affaibli les Etats dont l'une des missions principales est de protéger les citoyens contre une invasion. Avec l'Union européenne, l'échelon étatique devient moins important." Ce qui peut renforcer les velléités d'indépendance, c'est quand une région vote durablement différemment du reste d'un pays. Ce qui est le cas de l'Ecosse, beaucoup plus à gauche que le reste du Royaume Uni. »

Et un reportage de La Croix , pour finir...

Pour quelques papiers de plus.... Parfois, les papiers en question recèlent la mémoire de l'Humanité.

Le 6 août, les chrétiens de Qaraqosh en Irak n'ont eu que quelques minutes pour fuir l'attaque de l'Etats islamique. Quelques minutes pour fourrer des affaires personnelles dans un coffre ou un baluchon. Le père Najeeb, lui, a emporté de précieux manuscrits.

Au Kurdistan irakien, Anne-Bénédicte Hoffner a rencontré des Dominicains qui se battent pour préserver la mémoire de toutes les populations menacées par la folie des hommes. Chrétiens, yézidis, Kakaï, Chabaks. Les Dominicains sont dans la région depuis le XVIIIème siècle. Et ils récupèrent, protègent, numérisent ces ouvrages, traces de religions qui n'auront peut-être plus de témoins vivants dans quelques années. Le père Najeeb raconte par exemple être tombé sur des livres fondateurs du yézidisme, « Le livre noir », « Le livre de de la révélation ». Des copies, rédigées en syriaque ou en arabe. On évalue à plus de 10.000 le nombre de manuscrits disparus en Irak dans les conflits de ces deux derniers siècles. Pour en retrouver trace, il faut parcourir le pays et même au-delà et gagner la confiance des habitants des villages, des représentants religieux, pour numériser ce patrimoine. 8.000 manuscrits ont été sauvés de la poussière et des rats. Des rats à deux pattes parfois.

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.