Dans ce monde fou et foutu... Portons ce matin, les yeux au-delà de l'infamie pour deviner un autre monde possible. Un monde où, comme l'écrivait en 2004 dans le MONDE DIPLOMATIQUE, l'Uruguayen Eduardo Galéano, la nourriture ne sera plus une marchandise mais un droit humain. Un monde où il n'y aura plus de guerre contre les pauvres, mais contre la pauvreté. Un monde où l'industrie de l'armement n'aura plus d'autre solution que de se déclarer en faillite. Un monde où nous serons tousse les compatriotes et les contemporains de tous ceux qui voudront la justice et la beauté. Quels que soient l'endroit où ils sont nés et l'époque où ils auront vécu, sans accorder aucune importance aux frontières de la géographie. La perfection sera l'ennuyeux privilège des dieux concluait, il y a 10 ans, Eduardo Galéano dans cet article repris ce mois-ci, dans LE MONDE DIPLOMATIQUE version bimestriel. Dans ce monde fou et foutu, chaque nuit sera vécu comme la dernière. Et chaque jour comme s'il était le premier. Un doux rêve.Que retiendront les historiens de la période que nous vivons? Et bien que les responsables de cette crise irakienne qui a mis le monde à feu et sang, n'ont jamais encouru la moindre sanction. Pire. Qu'ils sont plutôt bien considérés et qu'on les paie parfois très cher pour des conférences dans lesquelles ils continuent d'exposer leurs analyses. Aucune juridiction ne s'est jamais attaquée aux grandes puissances écrit Patrice Carmouze dans L'ECLAIR DES PYRéNéES. Personne n'a eu l'idée ou les moyens de poursuivre Georges Bush. Et pourtant, c'est bien sa politique de haine de Saddam Hussein qui explique en partie ce qu'il se passe en irak aujourd'hui.Que retiendront les historiens de demain ?Que c'est bien une guerre de religion aux accents médiévaux dans laquelle les Irakiens se retrouvent plongés poursuit Stéphane Aubouard dans L'HUMA. On est dans le sillage d'un certain George Bush qui au début des années 2000, partait en croisade contre le bien et le mal, contre Saddam Hussein.Les historiens retiendront aussi que les absents sont nombreux en Irak. Vous en parliez avec votre invité. La fronde est menée par les éditorialistes.Jean-Marc Vittori des ECHOS : "Il manque un acteur qui avait été crée pour éviter ces drames après les effroyables boucheries du 20ème siècle : l'ONU. Elle ne sait que convoquer des réunions d'urgence pour définir des objectifs humanitaire. Si nous ne bâtissons pas une nouvelle gouvernance plus adaptée au monde multipolaire d'aujourd'hui, le chaos deviendra de plus en plus difficile à éviter."Il manque l'Europe.Daniel Ruiz de LA MONTAGNE CENTRE PRESSE : "Elle n'a pas pris une place à la hauteur du rôle qu'elle prétend avoir."Il manque les Irakiens.Christophe LUCET dans SUD-OUEST : "Ils doivent s'unir enfin politiquement."Il manque le monde musulman.Dominique Quinio dans LA CROIX : "Il est trop facile d'accuser les Occidentaux d'intervenir pour la défense des chrétiens tout en ignorant les crimes commis. Qui a intérêt à la progression de l'Etat Islamique ? Qui l'arme ?Qui la combat ? Les nations puissantes de la région devraient comprendre que les haines religieuses que l'on attise, sont une menace pour tous. Elles ne devraient pas se laver les mains du drame qui se joue en Irak."Pas plusse qu'elles ne devraient se laver les mains du conflit israélo-palestinien.Cette fois, c'est l'écrivain Tahar Ben Jelloun qui élève la voix dans les pages Rebonds de LIBéRATION. Depuis toujours, les Etats arabes se sont illustrés dans les divisions. Ils ont utilisé des moyens importants pour ruiner le voisin ou l'empêcher de vivre. La ligue arabe ne sert à rien. Quelle misère !

Irak, Gaza, Ukraine, ces conflits ne seront pas sans avoir des conséquences économiques. L'indice de la peur rebondit selon LES ECHOS. Et ils traduisent aujourd'hui, l'aversion des investisseurs pour le risque. La crise ukrainienne qui s'installe dans la durée, n'est pas bonne pour la confiance. Sanction contre sanction, on est entré dans un cycle négatif. En Irak, c'est le pétrole qui est en jeu avec la progression de l'Etat islamique vers le Kurdistan irakien, riche en hydrocarbures.Et la France.De Kaboul à Bangui en passant par le Mali, a t'elle les moyens d'intervenir comme ça un peu partout dans le monde ? Alain Dusart explique dans L'EST RéPUBLICAIN que le budget 2014 prévu pour ces opérations a déjà triplé. Et nous ne sommes qu'en août.Voudrait-elle faire plusse en Irak ?Elle n'en a pas les moyens conclut Isabelle Lasserre du FIGARO.

**Quoi d'autre dans la presse ce matin ?*/** L'EQUIPE consacre deux pages aux championnats d'Europe d'athlétisme qui débutent demain, en Autriche.Zurich est dit-on, un lieu incontournable pour tout athlète. Pour l'ex-perchiste Jean Galfione, gagner à Zurich, ça valait un titre mondial. Quand on te donnait le droit de courir là bas, il valait mieux venir dit encore Stéphane Diagana. La faute ou à cause d'Andréas Brügger qui a donné à Zurich, une renommée mondiale. Un jour Diagana n'y est pas allé. Pas content, Brügger a ainsi empêché son manager de faire venir au meeting tous les autres athlètes de son écurie.* /Les maires, M-a-i-res s'invitent eux, en Une de LIBé. Abus de pouvoir. Les élus profitent de l'été pour prendre des arrêtés aussi démagogiques qu'illégaux. Ils caressent les électeurs dans le sens du poil sécuritaire. Ainsi à Limoges, l'UMP Emile-Roger Lombertie entend nettoyer la ville des mendiants, des prostituées et des... déviants. Mais les arrêtés ont toujours eu cours dit LIBé. Ainsi en 1954, à Chateauneuf-du-Pape dans le Vaucluse, on interdisait aux ovnis de survoler ou stationner dans la ville. En 2000, pour ne pas favoriser l'hégémonisme américain, on avait interdit la consommation de Coca à Sainte-Marie dans le Gers. Plus récent, en 2012, Lhéraule dans l'Oise, village de 200 habitants, il est obligatoire de dire bonjour ou merci, à l'intérieur de la mairie.

Deux autres curiosités pour terminer. Le monde ne tourne peut-être pas rond, mais il y a des choses qui sont immuables. Il faut le savoir. Les pieuvres ne se reproduisent qu'une seule fois. Et elles meurent après l'éclosion de leurs oeufs. Dans les pages Sciences du FIGARO, on apprend ainsi qu'une maman pieuvre a couvé pendant 4 ans et demi ses oeufs à près de 1.400 mètres de profondeur. Record mondial toute catégorie animale confondue. Ce sont des chercheurs américains qui ont suivi le Graneledone boreopacifica dans le Pacifique.On ne sait pas si c'est une nouvelle lune qui a influé sur l'éclosion des oeufs. En tout cas, la nuit dernière et jusqu'à 8 heures ce matin, les amoureux du ciel ont pu voir la nouvelle lune. Elle était plus impressionnante que d'habitude écrit LE NOUVEL OBS sur son site : 14% et 30% plus lumineuse. Pourquoi la lune était-elle si grosse ? Parce qu'elle était plus près de la Terre. 360.000 kilomètres. D'habitude, elle est 24.000 kilomètres plus loin. Un phénomène baptisé le périgée. LE HUFFINGTON POST a collecté des photos. Image de paix en Grèce, en Italie. Et puis au milieu du diaporama, un char dans les territoires palestinien. La Lune tourne bien autour de la Terre, même si le monde lui, en ce moment, ne tourne pas bien rond.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.