Bonjour... Bon, ça n'a rien d'original, mais les Jeux Olympiques sont toujours à la Une... Parce que les deux-tiers des Français souhaitent que l'on boycotte la cérémonie d'ouverture... C'est un sondage publié par Le Figaro ce matin... Selon l'institut OpinionWay, 67% des personnes interrogées estiment que la France ne doit pas envoyer de délégation pour la fête d'ouverture... Mais attention, ils sont pratiquement autant à s'opposer au boycottage total des épreuves sportives... Autre chiffre : 61% des Français approuvent les manifestations sur le parcours de la flamme à Paris... Ce boycott de la cérémonie d'ouverture semble faire son chemin en Europe et dans le monde... "L'Europe politique semble enfin décidée à exister", dit Jules Clauwaert dans Nord Eclair... "Son Parlement demande aux dirigeants européens d'adopter une position de principe : le boycott de l'Union européenne serait total si les autorités chinoises ne saisissaient pas enfin la perche que leur tend obstinément le Dalaï Lama pour la recherche d'un accord sur l'avenir du peuple tibétain"... François Sergent reprend la balle au bond dans Libération... "Le Dalaï Lama a raison : il faut aller aux Jeux Olympiques de Pékin... Non au boycott, dit l'éditorialiste, mais oui à une vigilance, à une présence de tous les instants, pour reporter et dénoncer la réalité chinoise... Aujourd'hui, la Chine est prise à son propre piège... Elle voulait faire de ces JO la vitrine de sa puissance recouvrée... On a vu... Le monde entier a suivi sa police secrète en action dans les rues de Paris ou de Londres... Contrairement à tous ses engagements, le pouvoir chinois a serré la vis avant les JO... Mais grâce aux JO, dit encore François Sergent, cette réalité chinoise fait la Une de la presse, l'essentiel des journaux télévisés... Alors vive les Jeux Olympiques !"... Mais la Une de Libé dément cet optimisme, avec une photo d'un militaire chinois semblant tirer la langue au monde entier... Libération qui est gratuit aujourd'hui... Oui, aujourd'hui seulement... Le quotidien veut reconquérir ses anciens lecteur perdus, et en conquérir de nouveaux, avec sa nouvelle formule... Il est tiré ce matin à 500.000 exemplaires... En échange d'un coupon, le journal vous sera remis sans bourse délier (je n'ai pas très bien compris le système)... Mais toujours chez les marchands de journaux, pas sur les quais du métro, comme les gratuits habituels... "C'est pour faire comprendre l'originalité et la richesse de la presse payante que nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure", écrit la rédaction de Libération... Autrement dit, ce n'est pas de la concurrence déloyale... Mais grâce à qui, cette aventure ?... Grâce à la publicité, qui paie entièrement le journal... Fin de la parenthèse, et retour au contenu de vos journaux... Avouons-le, il est très franco-français... Les lycéens, la carte famille nombreuse... On va y revenir... Mais ce qui fait la Une de pas mal de vos quotidiens régionaux ce matin, c'est la réforme des hôpitaux... Il faut dire que dans les régions, on est déjà traumatisé par la fermeture des tribunaux... Or justement, "le sénateur Gérard Larcher, qui a remis hier son rapport sur les hôpitaux, est soucieux de ne pas rééditer la recomposition de la carte judiciaire", nous dit L'Est Républicain... "Pas question de tailler à la serpe dans la carte hospitalière, à l'instar de Rachida Dati", nous dit Dominique Garraud dans La Charente Libre... Et Jean-Pierre Bel explique, dans La Nouvelle République du Centre-Ouest : "Il n'a pas choisi le scalpel... Il ne préconise pas non plus l'homéopatie... Pourtant, on craignait le pire dans toutes nos régions rurales... Petit hôpital échaudé craint la grande et froide expertise", énonce l'éditorialiste... "Heureusement, Gérard Larcher, élu local de longue date, n'est pas Rachida Dati, et il refuse désormais les amputations à vif... En suggérant des regroupements sous forme de communautés hospitalières de territoire, il invente le diagnostic concerté et la thérapeutique sur mesure"... "Du sur-mesure, reprend Daniel Ruiz dans La Montagne, du sur-mesure qui prendrait en compte la géographie... qui ferait prévaloir la qualité des soins plus que l'arithmétique des actes"... Parce que, reprend Dominique Garraud dans La Charente Libre, "le principal frein à une réforme hospitalière digne de ce nom vient de la résistance des élus locaux... Contre toute évidence, 'l'hôpital tout près de chez vous' reste une valeur électorale sûre"... D'autant, remarque Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne, que "les bons raisonnements, au niveau national, deviennent moins évidents sur le terrain... Qui plus est, les effets de seuil pénalisent souvent les mêmes, à savoir les départements les moins riches"... Et Patrice Chabanet prend une comparaison rasoir... "La première lame enlève les tribunaux, la deuxième les hôpitaux, et la troisième les casernes... C'est pourquoi, conclut l'éditorialiste, le chef de l'Etat devra la jouer fine pour convaincre les départements où il y a déjà peu qu'on ne va pas les pénaliser une nouvelle fois"... On vous en parle depuis hier, mais c'est vraiment "la mesure qui fâche", comme le titre Le Parisien-Aujourd'hui en France... La carte famille nombreuse... Evidemment, tous les Français qui l'utilisent contestent déjà son éventuelle disparition... En pages intérieures du Parisien-Aujourd'hui en France, Nadine Morano, la nouvelle Secrétaire d'Etat à la Famille, a beau affirmer qu'il est hors de question de supprimer cette carte, le fait que son financement soit désormais pris en charge par la SNCF ne rassure pas les associations familiales, qui estiment que cette carte est un élément essentiel de la politique familiale... Béatrice Houchard, dans le journal, explique cette nouvelle cacophonie au sein de la majorité... "D'abord, personne n'a rien vu... La mesure faisait partie, vendredi dernier, des 166 propositions de Nicolas Sarkozy pour réduire les dépenses de l'Etat... Elle a passé le week-end dans la plus grande indifférence... Mercredi, lors des questions au gouvernement, aucun député n'évoque la question... C'est lorsque la SNCF parle de remplacer la carte par des réductions commerciales que le débat s'installe... Difficile de s'y reconnaître dans cette affaire, où gouvernement et SNCF se repassent la patate chaude en constatant les effets désastreux de cette bombinette à retardement dans une opinion soucieuse de son pouvoir d'achat... Et, conclut Béatrice Houchard, après les OGM, la carte famille nombreuse a mis à mal l'harmonie de la majorité... Dure semaine, décidément"... "Certes, soupire Michel Lépinay dans Paris-Normandie, on n'a pas encore touché à la carte vermeil, qui permet aux plus anciens de voyager pas cher... Mais la confusion est à la mesure de l'enjeu des réformes à venir... Toutes les dépenses sociales de l'Etat vont être réexaminées... Cela va secouer, peut-être tanguer... Mais, dit Michel Lépinay, le gouvernement serait sans doute plus à l'aise dans le rôle de prescripteur de potion amère s'il ne devait en même temps justifier l'inefficacité thérapeutique de ses précédentes ordonnances"... Embrouillamini, pataquès, cacophonie, comme le disent plusieurs éditorialistes... "Si des têtes de l'équipe de Fillon dépassent et prennent l'initiative pour bousculer le règlement intérieur, s'exclame Philippe Palat dans Le Midi Libre, c'est sans doute qu'il faut y voir le malaise d'une majorité désorientée depuis le scrutin municipal... Trop à cran pour travailler dans l'unité et la sérénité, ce gouvernement laisse monter au front ses plus jeunes recrues"... Et France Soir confirme : "Après Rama Yade, Rachida Dati et Fadela Amara, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM, c'est plus rapide) s'impose comme la nouvelle forte tête du gouvernement"... "La gaffeuse", comme l'appelle Guilhem Beauquier, dans L'Union-L'Ardennais... "Ses propos sur l'armée de lâches ont déclenché, à l'UMP, une chasse à la femme digne de l'époque d'Edith Cresson... A tout seigneur tout honneur, précise l'éditorialiste, c'est Sarko lui-même qui a mené la cohorte des mâles humiliés par NKM... 'Si elle ne s'excuse pas, je la démissionne', aurait-il glissé mercredi matin à Fillon... Prenant conscience qu'elle allait perdre un bon job, poursuit Guilhem Beauquier, et qu'elle pourrait ne pas être élue secrétaire nationale adjointe de l'UMP, NKM est finalement allée à Canossa... Elle a présenté ses excuses toutes plates... Au gouvernement, n'est pas Rama Yade qui veut pour s'affranchir de la langue de bois"... Vous lirez, dans Le Figaro, que les députés UMP s'interrogent sur l'impunité dont semblent bénéficier certains ministres... Ils ne comprennent plus la clémence présidentielle face aux couacs gouvernementaux... "Virer Rama Yade ou Nathalie, c'est impossible", déplore un ministre... On ne sait pas si c'est un ministre qui est lui-même sur la corde raide... Et on termine par une bonne nouvelle... C'est Les Dernières Nouvelles d'Alsace qui nous la donne... Les usagers de la route vont pouvoir se faire entendre des pouvoirs publics... Les automobilistes, les motards, les cyclistes ou les piétons vont pouvoir exprimer leurs remarques sur les défauts ou les incohérences de la signalisation routière... Leurs doléances seront transmises à une commission, encore expérimentale dans plusieurs départements, dont le Bas-Rhin et le Haut-Rhin...

Denis ASTAGNEAU

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.