Coup de gueule d'un journaliste et écrivain algérien à deux jours de la fin de la campagne présidentielle algérienne.Kamel Daoud fait sien le "Je me souviens" de Pérec et le transforme dans COURRIER INTERNATIONAL en Je vote si. Je vote Bouteflika s'il m'explique pourquoi il promet de faire en 5 ans assis, ce qu'il n'a pas fait en 15 ans debout et en meilleure forme. Je vote Bouteflika si seulement il ne vote pas à ma place. Je vote si Bouteflika me parle à moi, les yeux dans les yeux, sans montage, sans interruption, et sans courrier lu en son nom.Car c'est bien de cela dont il s'agit à longueur d'articles ce matin. De ce président fantôme comme le souligne à sa Une LE MONDE. L'un de ses porte-paroles l'assure sous la plume d'Isabelle Mandraud. Oui, le peuple algérien va le voir et l'entendre dimanche. Il va s'exprimer dit Amara Benyounès. Etrange campagne, où à 8 jours du scrutin, le climat se tend.Mercredi encore raconte le QUOTIDIEN D'ORAN, sur la route qui le menait à Metlili pour un meeting, Abdelmalek Sellal, le directeur de campagne de Boutéflika a dû faire face à des jeunes en colère qui avaient déployé une banderole : Boutéflika dégage. Non à un 4ème mandat. Sellal a quand même tenu meeting. Mais il y avait peu de monde pour écouter ses promesses.Les officiels algériens ont été bien chahutés reconnaît Hassane Zérouki dans L'HUMA ce matin. Cette campagne a vu l'émergence d'une contestation inédite qui s'est aussi manifestée sur les réseaux sociaux avec des caritactures, des montages vidéos, des parodies.Pour Isabelle Mandraud du MONDE, l'équipe de campagne de Bouteflika a été bousculée par la vivacité des internautes.

Quelle alternative pour l'Algérie ?Tout espoir de changement est illusoire selon TéMOIGNAGE CHRéTIEN. Kader Ibrahim professeur à Science Po Paris et chercheur à l'Iris le dit tout net. Pour représenter une vraie alternative, il faut se forger une identité propre et construire un projet crédible. Or il n'y a personne aujourd'hui, qui parle aux Algériens.L'opposition est faible. Et malgré la montée de la contestation, la société civile l'est aussi.Et pourtant, Ali Benflis, l'ancien proche de Boutéflika qui mène campagne contre le président sortant lui, semble sûr de sa victoire. Il le dit dans le quotidien arabophone EL KHABAR. Un violent séisme va ébranler les fondements de la présidence actuelle. Une page va se tourner dit-il, avec la chute de l'impérialisme, le pharaonisme et la dictature du pouvoir actuel.Algérie : Boutéflika ça suffit.COURRIER INTERNATIONAL dresse le bilan de 15 années au pouvoir. Chômage, inflation, corruption, le bilan est désastreux. L'Algérie est une économie totalement dépendante du cours du pétrole sans lequel écrit Ghania Mouffok du MAGHREB éMERGENT, nous serions incapables de nous nourrir, nous vêtir et nous soigner.

Les Algériens de France eux, votent dimanche.On en parlait tout à l'heure dans le journal de 8 heures. EL WATAN est aussi allé à leur rencontre en Ile de France. La plupart des tracts ont été jetés à la poubelle. Soit les candidats sont traités de vendus et d'hypocrites.Soit les électeurs sont indifférents.Je me fiche de qui l'emportera dit Karim étudiant à Paris 8. Je ne voterai pas. Un retraité des chemins de fer conclut. Les militants de Boutéflika n'ont aucun scrupule à nous demander nos voix alors que nous avons fui le pays à cause de la misère et du chômage.

A lire dans la presse également ce matin, le communautarisme musulman qui défie l'école.LE FIGARO publie une note des services de renseignements. Dix ans après la loi sur l'interdiction des signes religieux à l'école, le communautarisme musulman gagne du terrain un peu partout en France.Exemple à Longlaville en Meurthe et Moselle, des lycéennes bravent le règlement intérieur en se voilant dans la cour de leur établissement. Dans un lycée professionnel de Nîmes, spécialisé dans la restauration et l'esthétique, certains élèves refusent de goûter les vins en section oenologie. Des apprenties esthéticiennes sont réticentes à toucher le corps d'une autre fille ou de procédéer à une épilation. Il y a aussi ces jeunes qui prient clandestinement dans des salles. D'autres qui se font gardien de la loi islamique. A Châlon-sur-Saône, l'un d'eux a d'ailleurs frappé une camarade musulmane car elle ne consommait pas hallal. Les vêtements traditionnels comme les tuniques longues, les Kamis pour les hommes ou les robes longues comme le Jilbab pour les femmes sont même devenus des accessoires de mode. Conseil de la philosophe Catherine Kintzler.Ce n'est pas en se taisant que la République finira par gagner.

Des histoires et des hommes et des enregistrements.A lire sur MéDIAPART, les suites de l'affaire Dassault après sa mise en examen hier, pour achat de vote. Le site d'information publie ce matin des enregistrements qui signent ses aveux. "Moi, j’ai donné l’argent. Je ne peux plus donner un sou à qui que ce soit. Je suis surveillé par la police." A lire dans LIBéRATION, la retranscription de certains enregistrements de Patrick Buisson.Les juges chargés de l'affaire dite des sondages de l'Elysée pourraient s'en servir. Il y a matière. Plus croquignolet, les ténors de l'UMP taillés en pièce. Buisson à propos d'Hortefeux : "Il a reçu un gaz incapacitant." Guéant ? "Pas de sens politique." Michel Alliot-Marie comparée à un dessus de cheminée, ces statuettes soutenant les horloges au 18ème siècle.

Des menteurs et des hommes honnêtes.Le menteur, c'est Maurice Agnelet.A quelques heures du verdict dans l'affaire Leroux, portrait de Stéphane Durand-Souffland du FIGARO. Il est sans doute le seul homme au monde qui tient tellement au mobile plausible dont il est accusé, qu'il refuse de s'en débarasser. C'est un volcan dont la lave rougeoie encore.La disparition d'un honnête homme en Une du TéLéGRAMME. Dominique Baudis. Dominique Quinio de LA CROIX rappelle qu'il est un de ceux qui ont pâti comme les accusés d'Outreaux, d'un emballement médiatique. Victime de la rumeur.Message à l'adresse des journalistes.Nos mots, nos images dit Dominique Quinio, peuvent aussi blesser, salir et détruire.Des histoires et des hommes usés.Dans L'EQUIPE, Yachivili raccroche ses crampons de rugbymen à 33 ans.Je suis dit-il, fatigué psychologiquement et mentalement.

Histoire enfin de violons//A lire sur ATLANTICO et dans LE MONDE. Des chercheurs ont invité dix violonistes renommés pour un "blind test." Ils devaient comparer 12 violons, parmi lesquels cinq Stradivarius et des plus modernes. Il s'agissait de dire lequel était le plus performant. Surprise. Le stradivarius a été détrôné par des violons modernes.Les musiciens avouent être incapables de distinguer une couleur sonore particulière au stradivarius.Qualité du bois alors ? C'est surtout la qualité du luthier qui est reconnue. Un vrai marché paraît-il. Alors on ne sait donc pas avec quel violon Suzanne Hou joue le morceau que vous entendez. On dira que c'est juste beau. EXTRAIT VIOLON Suzanne HouBonne journée !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.