A tous ceux qui détestent que les journaux passent d'un sujet à l'autre tous les matins... une bonne nouvelle... Ce matin, c'est toujours Kadhafi à Paris qui fait la Une... D'abord, retour sur les propos explosifs de Rama Yade hier... C'était dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Les commentateurs sont un brin admiratifs de la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme... "Jamais, dans l'histoire de la Vème, un secrétaire d'Etat n'avait osé défier de la sorte le Président de la République... C'est une formidable leçon de dignité que cette jeune femme, belle et courageuse, a infligée au gouvernement"... Le compliment est signé Hubert Coudurier, dans Le Télégramme... "Rama Yade a volé la vedette au Président libyen, au premier jour de son séjour parisien, parce qu'elle a bien fait son job", applaudit Hervé Chabaud dans L'Union... "Dans cette affaire, Rama Yade a tout simplement sauvé l'honneur de la France", s'enthousiasme Olivier Picard dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Est-ce la raison pour laquelle le Président de la République l'a épargnée, quand la logique aurait voulu qu'il la virât sans autre forme de procès ?"... L'explication est peut-être ailleurs... Parce que, au-delà des compliments, il y a aussi pas mal d'interrogations dans les éditoriaux... Gilles Dauxerre, dans La Provence, se demande ainsi : "Y a-t-il eu partage des rôles pour gommer les critiques, à droite et à gauche, contre cette visite trop ostentatoire de Mouammar Kadhafi ?... Ou bien Rama Yade a-t-elle vraiment voulu manifester son indignation en bravant la solidarité gouvernementale ?"... "La colère de Rama Yade est-elle feinte ?", s'interroge également L'Humanité... qui constate qu'"initialement très virulente contre la venue de Kadhafi, la jeune secrétaire d'Etat n'a pas voulu démissionner du gouvernement"... Et c'est aussi pour cette raison que Patrick Fluckiger, dans L'Alsace, y voit une instrumentalisation... "Nous ne pouvons pas taire nos désaccords... Alors mettons-les en scène"... N'empêche... Le Parisien-Aujourd'hui en France raconte qu'hier matin, la première tâche des diplomates libyens en poste à l'ambassade à Paris a été de traduire d'urgence, pour le palais présidentiel de Tripoli, l'interview de Rama Yade, ainsi que la tribune de Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, dans La Croix... Et Le Parisien explique que ces textes critiques ont évidemment été mal pris par Kadhafi... Et du coup, eh bien c'est Michèle Alliot-Marie qui en a fait les frais... Elle a poireauté une bonne heure à Orly... Bref, c'est "le malaise", titre en Une Le Parisien-Aujourd'hui en France... Mais en même temps, explique Bruno Dive dans Sud-Ouest, "il faut choisir : où on reçoit poliment, où on ferme sa porte"... L'éditorialiste qui explique aussi que "le président de l'Assemblée Nationale aurait pu s'abstenir d'organiser la séance grotesque qui s'annonce aujourd'hui... Le dictateur libyen va s'exprimer devant un hémicycle quasiment vide et des tribunes de presse interdites aux journalistes français"... Du coup, Jacques Guyon, dans La Charente Libre, résume : "Kadhafi plante sa tente et sème son souk"... Pour lui, Rama Yade et Bernard Kouchner sont les Madame Propre et les Père la Vertu... Et c'est comme dans les films policiers : tous les deux jouent les gentils flics, quand Nicolas Sarkozy joue, lui, le flic teigneux, sans coeur... "un vaste jeu de rôle, explique Jacques Guyon, au nom d'un principe purement commercial... Ces temps-ci, à Paris, le client est roi"... "Silence : on vend", titre en Une Libération, sur une photo de Rama Yade... avec toujours cette même idée : le client est roi... Et hier, le client, eh bien il a dîné à l'Elysée... Et content, il a promis 10 milliards d'euros de contrats... Alors oui, des promesses... mais déjà concrètes, dans vos journaux... "Une leçon de démocratie à 10 milliards", regrette Le Républicain Lorrain... Et Le Figaro liste "ces contrats pour 10 milliards d'euros"... 21 Airbus... 14 Rafale... 60 hélicoptères et des blindés... Sur la liste également : une première centrale nucléaire civile... des routes... un nouvel aéroport pour Tripoli... Le Figaro qui explique que "frappée par l'embargo jusqu'en 2004, l'armée libyenne est à reconstruire"... et que "grâce aux pétrodollars, la Libye se rêve en émirat méditerranéen"... "Les industriels français n'ont pas à faire d'angélisme"... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, Philippe Mangeard, exportateur, membre du MEDEF International, ne voit pas au nom de quoi les entreprises françaises devraient s'interdire d'exporter dans certains pays... "Au nom de la morale", lui répond Philippe Chalmin, dans le même journal... Cet économiste déplore : "On n'a jamais vu autant de cynisme... Et ce n'est pas pour autant que notre commerce extérieur va se porter mieux... Tous les contrats dont on parle sont pour les grandes entreprises... On reste dans le contexte militaro-industriel... Le problème de la France, c'est qu'elle n'a pas de PME assez puissantes"... Et preuve que, quand même, il peut y avoir un peu de morale dans le monde des affaires... pour le champion français du nucléaire, Areva, "le réacteur libyen n'arriverait pas à point"... C'est à lire dans Libération... Et le journal explique que ce projet embarrasse l'entreprise, qui veut changer l'image du nucléaire... Un cadre du groupe assure même : "On ne va surtout pas se précipiter... On va faire traîner ce contrat le plus possible"... Et un autre confirme : "Bientôt, notre problème, ce ne sera pas de chercher des clients, mais de les sélectionner... Alors signer avec la Libye pourrait être dommageable, en termes d'image"... La presse européenne se penche aussi sur "le tapis rouge pour Kadhafi", comme titre Le Courrier de Genève... "Le leader libyen plante sa tente à Paris", explique l'International Herald Tribune... Et ça, pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, c'est la preuve de "la capitulation des intellectuels français"... Et puis, sur les relations France-Libye, pour aller plus loin... un long article du Monde, intitulé "Et Kadhafi devint fréquentable"... A lire aussi : le dossier du magazine panafricain Continental... "France-Libye : je t'aime, moi non plus"... qui raconte que tout avait pourtant bien commencé... En 1969, la France avait été la première à reconnaître la jeune République arabe libyenne... C'est ce qui explique la volonté de Kadhafi d'aller à Colombey, sur la tombe du général de Gaulle... On passe à autre chose... à... comment dire... un autre ami de la France ?... J'ai nommé Poutine... Parce que le successeur de Poutine sort de l'ombre... Il s'appelle Dimitri Medvedev... "Vladimir Poutine désigne son candidat à la Présidentielle", explique ainsi Le Figaro... Alors, du coup, presque tous les journaux ont choisi ce matin la même photo, pour vous montrer à quoi ressemble Medvedev... une photo où son visage est en partie caché par celui de Poutine, forcément devant lui... Alors qui est Medvedev ?... Portrait, entre autres, dans Libération... "D'apparence modeste, s'exprimant toujours avec calme, retenue, voire timidité, Medvedev contraste avec un Poutine tranchant et très sûr de lui"... Alors Libération explique que, de toute façon, Medvedev ne sera qu'un prête-nom... et que depuis quelques mois, les sondages indiquent que les Russes sont prêts à voter pour le candidat, quel qu'il soit, qui sera proposé par Poutine... Comme le dit Die Welt ce matin : "Le tsar Poutine et son successeur parfait"... Et puis tiens : retour aux propos de Philippe Chalmin dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... L'économiste constate qu'une semaine après les félicitations adressées par Nicolas Sarkozy à Poutine, comme par hasard Renault a enfin le feu vert pour prendre 25% du constructeur automobile russe des Lada... Et pendant qu'on y est... Des nouvelles de la Chine ?... Rapidement, dans Le Monde... l'histoire d'un bloggeur chinois, interpellé la semaine dernière parce qu'il enquêtait sur des éleveurs de fourmis floués par une grande entreprise... Alors les éleveurs de fourmis travaillaient pour Yilishen, une société qui fabrique des produits aphrodisiaques... ne me demandez pas en quoi les fourmis leur sont indispensables... Mais depuis quelques mois, Yilishen a des difficultés de paiement, et ne rembourse plus les éleveurs de fourmis... qui, du coup, sont en colère et manifestent... Cette colère, bien sûr, aucun média chinois ne la relaie... Et pour cause... A la tête de la société : l'un des dauphins potentiels de l'actuel Président chinois Hu Jintao... Et sinon dans la presse, ce matin... Un dossier, dans La Croix... "Les émeutiers de 2005, deux ans après"... Le quotidien catholique a retrouvé des jeunes des cités qui avaient participé aux violences urbaines après le drame de Clichy-sous-Bois... Pour eux, constate La Croix, rien n'a changé... Dans La Tribune... "Après 10 ans, Kyoto laisse les défenseurs du climat insatisfaits"... Le quotidien économique qui, dans son reportage, note aussi que "la Maison Blanche est isolée sur ce sujet à l'international, mais aussi à l'intérieur même des Etats-Unis"... Et puis, dans Libération... ces "leçons anglaises à l'usage des socialistes français"... un Rebond signé Denis McShane, l'ancien ministre britannique des Affaires européennes... un texte qu'il dit se résoudre à écrire parce qu'il ne voit personne, dans les rangs de la gauche parisienne, pour l'assumer... Et que dit-il, Denis McShane ?... "Les socialistes français en sont encore à croire que leur rôle est d'apprendre au monde à comprendre la France, et non d'apprendre à la France à comprendre le monde"... Un long développement, qui se conclut par deux questions... "La gauche française est-elle capable de se réinventer ?"... et "Qui, au sein du Parti Socialiste, est capable de dire la vérité ?"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.