la polémique Barbier, la presse aide la gauche à avoir des idées

La revue de presse, bonjour hélène Jouan

On commence par un propos de journaliste, à l’origine d’un tollé sur les réseaux sociaux, et de quelques articles de presse …

Marianne.fr, hunffingtonpost.fr, les nouvelles news.fr, pure players et site des journaux ont en effet embrayé sur une polémique largement alimentée sur les réseaux sociaux hier: de quoi s’agit il ? Lundi soir dans l’émission C’est dans l’air sur France 5, l’ex directeur de la rédaction de l’express, Christophe Barbier cherche à démontrer que les raisonnements économiques de Jean Luc Mélenchon ne tiennent pas la route, notamment sa proposition de rémunérer les femmes autant que les hommes. « si d’un seul coup, on dit « les femmes sont payées comme les hommes », les entreprises vont avoir beaucoup de mal à encaisser ce surcoût de main-d’œuvre » et de conclure : « les raisonnements de Mélenchon sont souvent assez jolis mais ils ne tiennent pas la route »…Gloups…

Delphine Legouté sur Marianne.fr, soumet à Barbier une idée pour respecter ses critères d’équilibre économique : et si on baissait les salaires des hommes pour pouvoir rehausser celui des femmes lui propose t elle ? pas de réaction de l’intéressé

Bon, face au « buzz » ou au bruit provoqué tout de même par ses propos, Christophe Barbier tente hier de rectifier le tir en suggérant à Mélenchon d’augmenter les femmes, mais de renoncer à la retraite à 60 ans.

Rien n’y fait : les propositions les plus « utopistes » comme il dit fleurissent sur la toile, photomontage parfois à l’appui : « Christophe Barbier explique à Martin Luther King que payer les noirs autant que les blancs n’est pas économiquement viable » s’amusait encore un twittos il y a quelques heures…

Dans la presse ce matin Hélène, au-delà de Christophe Barbier, quelques autres pistes de réflexion destinées à la gauche.

Oui, je ne sais pas comment il faut le prendre…mais si j’étais candidat( e ) à la primaire de gauche, je ne suis pas sûre que je ne le prendrais pas pour moi. LA Croix ce matin affiche la couleur « la gauche en quête d’idées », avec des petites flèches à suivre, « à la veille du premier débat de la primaire, la gauche semble en panne de vision et de projets » titre le quotidien. Cette gauche qui a longtemps eu la haute main sur « l’imagination de l’avenir » pour reprendre une formule de Marcel Gauchet, mais qui semble bel et bien l’avoir perdue. Quelques pistes donc ce matin autour de l’approfondissement de la démocratie, de l’articulation de la question écologique et sociale, ou encore des mutations du monde du travail. L’OBS joue aussi les pompiers de service. Dans le numéro en kiosque demain, les 7 candidats à la primaire, mais aussi Macron et Mélenchon, ne trouveront pas moins de 25 idées pour réveiller la gauche. Certaines comme le revenu universel ou l’idée de tirer au sort certains élus pour combler la coupure entre le peuple et la représentation politique, sont revendiquées par l’un ou l’autre, d’autres sont plus « bousculantes » : pourquoi ne pas imposer la mixité sociale dans les écoles privées afin de réduire les inégalités ? ou créer un héritage jeune ? ou un numérus clausus dans les prisons ? 25 propositions donc pour ne pas voir advenir « la fin de la social démocratie, voire celle de la démocratie tout court » s’alarme Matthieu Aron dans l’OBS

Et il n’est pas le seul à s’en alarmer dans la presse ce matin…

Oui, Christiane Taubira, l’ex garde des sceaux, affirme elle aussi dans une interview à l’hebdomadaire le Un, «que la gauche connait un ressac, dit elle, elle ne recule pas seulement, elle bute sur ses propres renoncements » « elle s’est soumise à l’hégémonie culturelle de la droite, au sens où l’a analysé Gramsci, en adoptant ses codes et son langage » dit elle « et a assez arrêté de penser » accuse t elle … A la gauche donc de revenir à ses fondamentaux, la question sociale et la question démocratique dit elle.

Bon mais, sans elle hein, sans elle au premier plan puisque Christiane Taubira a renoncé à être candidate, malgré une pétition citoyenne qui l’y enjoignant. Elle s’amuse d’ailleurs de voir qu’en 2002, on lui a fait porter la responsabilité de l’échec de la gauche parce qu’elle s’était présentée, et que cette fois, on lui fait porter sa future possible défaite, pour la raison inverse

Bon alors, heureusement, il y un « vrai candidat de la gauche. Label décerné par le magazine les Inrrocks, « Mélenchon, le vrai candidat de la gauche », à la Une… Mélenchon qui accuse une fois encore Hollande d’avoir « fait pire que Sarkozy », qui fait le pari que si les français le choisissent en mai prochain « des millions d’êtres humains regarderont vers la citoyenne en train de s’opérer dans notre pays, le siècle pourrait bien commencer en 2017 » déclare t iL…On retiendra encore une petite phrase, « je sais que les medias français possédés par des milliardaires seront le premier parti d’opposition de mon gouvernement et qu’ils se déchaineront sans limite » dit il aux Inrocks. Un petit rappel, le propriétaire des Inrocks ? l’ex banquier d’affaires Mathieu Pigasse…dont on ne peut pas dire aujourd’hui qu’il impose à son journal, la ligne d’être « déchainé » contre JL Mélenchon…

On poursuit Hélène avec un choix cornélien à la Une des journaux régionaux

Grippe ou soldes ? « Alerte rouge à la grippe » s’alarme la Dépêche du midi, « Soldes d’hiver après la bataille des ventes privées » choisit Nord Eclair. 2 sujets effectivement qui se partagent les Unes de la presse régionale. Et un article intéressant dans le Figaro éco ce matin, sur la stratégie difficile, pour ne pas dire impossible des griffes de vêtements qui doivent plaire aux consommateurs fans de nouveautés et surmonter le problème des promos permanentes. Depuis que l’enseigne espagnole Zara notamment a imposé la « fast fashion », 12 collections par an et des nouveautés plusieurs fois par semaine, tout le monde essaie de suivre mais beaucoup s’y essouffle » nous explique Anne Sophie Cathala.

L’amende pour défaut de paiement de l’horodateur qui va passer de 17 à 50 euros ? Sujet du jour autour de la machine à café ce matin. Dans le Parisien, vous trouverez le comparatif avec d’autres villes d’europe, la polémique politique droite/gauche sur le sujet mais aussi l’argument massue déniché par la mairie de Paris pour faire passer l’idée que la prune va tripler : « la fraude à l’horodateur, c’est 300 millions d’euros par an, soit le fonctionnement des crèches » a plaidé hier l’adjoint aux transports. Pas bien trouvé ça, pour qu’on soit content de payer l’horodateur ? Michel Schiffres à la Une de l’Opinion reste insensible à l’argument et laisse entendre qu’Anne Hidalgo développe une sorte d’obsession personnelle contre la voiture. « si elle s’était laissée aller, elle aurait mis la sanction à 100 euros. Au fond, 50 c’est donné » grince t il…

Et on termine avec un nouveau témoignage accablant pour le régime turc

A lire sur le site les jours.fr, le témoignage terrible, accablant d’Erol, c’est signé Olivier Bertrand qui avait été arrêté et expulsé de Turquie en novembre dernier pour cette enquête sur le retour de la torture en Turquie …Erol, enseignant, proche de la confrérie Gulen traquée par Erdogan, raconte donc son passage à tabac, les sévices subis, son viol, même si Erol ne prononce pas ce mot dans sa plainte « ça reste indicible en turquie », explique le journaliste. Retour de la torture donc pour asseoir un régime de terreur.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.