(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : la voie se dégage pour François Hollande

(Bruno Duvic) Le président qui s'arrête aux feux rouges est arrivé plus tard que prévu hier à l'Elysée pour suivre la soirée électorale. Le Parisien-Aujourd'hui raconte : de retour de Corrèze où il avait voté, François Hollande était coincé dans les embouteillages.

Et pourtant le bilan de la soirée, c'est que la voie se dégage en effet pour le chef de l'Etat.

C'est d'ailleurs une photo de lui, à la sortie de l'isoloir qui fait la Une de Libération , sous ce titre : "La gauche plus forte". Lui et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault souriant et accompagné de son épouse à la Une de Presse Océan . "Ayrault réélu dans un fauteuil", écrit le journal nantais en page intérieure. Victoire au premier tour pour 5 de ses ministres également. A tel point que slate.fr se demande si le gouvernement Ayrault ne va pas réaliser le grand chelem, 24 candidats et autant d'élus.

Premier tour des législatives : "La gauche en tête" pour La Dépêche dumidi. __ Elle bénéficie d'un "Vent portant" pour l'éditorial du Courrier de l'Ouest .

Cette victoire c'est une "Confirmation" selon l'analyse de La Croix , c'est "Normal, forcément normal" pour "La Voix du Nord".

"Il y a eu un incontestable effet Hollande sur ces législatives", estime Daniel Ruiz dans La Montagne .

Depuis son élection, il "n'a pas déçu. Ni chuté écrit Grégoire Biseau dans Libération . (...) il tient rigoureusement les engagements de sa campagne présidentielle"

Voilà pour les titres les plus tranchés. Il y a tout de même plus de nuances, ce matin dans les journaux. "Oui l'avantage à la gauche est indéniable, écrit Philippe Palat dans MidiLibre . Réel, mais pas surprenant. Suffisant, mais pas faramineux. Point de vague rose à l'horizon".

47% pour la gauche en général, dont 34 pour le PS et ses alliés les plus proches - hors écolos et Front de gauche. "Le Parti socialiste est une force assez tranquille", titre Libération .

Tout cela fera une majorité au second tour, c'est quasiment sûr. Majorité absolue avec ou sans les écolos et le Front de gauche ? C'est la question principale qui demeure pour la presse....

Et ce premier tour des législatives est un échec pour le Front de gauche et les écologistes

A Hénin-Beaumont, "Le Pen terrasse Mélenchon", titre Le Figaro . Il se retire au profit du candidat socialiste qui arrive devant lui mais loin derrière Marine Le Pen. Pour Mélenchon, c'est une "sortie de rouste", dixit Libération .

La Voix du Nord a suivi les trois candidats toute la journée et le tribun de la présidentielle était d'humeur maussade avant même le résultat, "les mains au fond des poches de son pardessus".

Pour Patrick Appel-Muller dans L'Humanité , le Front de gauche plus généralement a souffert de la bipolarisation qui a marqué ce premier tour : avantage au PS et à l'UMP.

Front de gauche et communistes ne sont même pas certains d'obtenir un groupe, 15 députés à l'assemblée nationale.

Par contraste, le succès de Marine Le Pen est éclatant. S'il n'y a qu'un député d'extrême droite à l'assemblée, ce sera elle.

Pour Jean-Marcel Bouguereau, globalement, « le FN est du côté des gagnants de ce premier tour. 14% des suffrages, il bondit par rapport à 2007 (moins de 5%, alors). Il est désormais la 3ème force politique du pays (...) La stratégie de dédiabolisation a bien fonctionné puisque le FN fait certains de ses meilleurs scores dans les circonscriptions où la porosité était la plus forte avec l'UMP. »

A gauche, le PS demeure donc le "mastodonte" comme l'écrit Nicolas Demorand dans Libération . Mediapart relève qu'avec moins de 6% des suffrages, les écologistes sont marginalisés. On parlera tout à l'heure du Modem. Pour François Bonnet sur Mediapart , c'est "ce paysage d'un centre indépendant inexistant et d'une gauche plurielle malade que le parti socialiste va devoir gérer. Il le fera certes en position de force (...) Mais est-ce son véritable intérêt que d'avoir des partenaires aussi faibles ?"

Et à droite ?

Eh bien "La gauche confirme, la droite résiste" pour 20 minutes . « Pas de vague rose, la digue bleue » a tenu, ajoute le huffingtonpost.fr .

34% des suffrages pour l'UMP et ses alliés. Aussi bien que le PS. Pour Etienne Mougeotte dans Le Figaro , l'enjeu cette semaine pour l'UMP "sera de mettre le projecteur sur les vrais et graves problèmes du moment" : la crise en Europe, les déficits, la compétitivité, le modèle social. "Obliger le pouvoir socialiste" à sortir du bois".

Dans Sud Ouest , Yves Harté voit un autre défi pour la droite parlementaire, prise entre deux flammes, celle du FN et celle, quasiment éteinte, du Centre :

D'un côté, « un bloc protéiforme se réclamant du peuple, (de l’autre) l'effondrement d'un parti centriste réservoir de voix dans des temps anciens. » Voilà les deux jalons de la reconstruction de la droite.

L'effondrement du Modem, parlons en. A la Une de Sud Ouest édition Béarn "Bayrou en très mauvaise posture". Le Modem pourrait n'avoir aucun député à l'assemblée. Confidence au Parisien du vice-président du parti, Robert Rochefort : « sur le fond nous n’avons aucune virgule à retirer de notre message. (…) Mais l'indépendance nous a conduits à l'échec. »

Quoi d'autre dans la presse Bruno ?

D'abord vous dire que dans un cahier spécial de notre partenaire Le Monde en kiosque cet après-midi dans les grandes villes, vous trouverez les résultats détaillés, circonscription par circonscription de ce premier tour.

Ballotage à Roland Garros. « Du rab de Roland Garros », titre L'Equipe ce matin. La finale Nadal Djokovic, interrompue par la pluie reprend à 13 heures si le temps le veut bien.

Nadal l'Espagnol. L'Espagne qui se résout à demander l'aide de l'Europe pour sauver ses banques. C'est la Une des Echos, pour qui cette information est donc plus importante que le résultat des législatives.

Le Financial Times édition Europe fait le compte des différents plans sauvetages, à sa Une ce matin :

La Grèce : 247 milliards d'Euros

L'Irlande : 67,5

Le Portugal : 78

Et l''Espagne : estimation jusqu'à 100 milliards d'Euros

Et pour finir, retour aux législatives, le premier parti de France, c'est une fois de plus celui des abstentionnistes. 42%

Commentaire alarmiste et rappel à l'ordre de Jean Claude Souléry dans La Dépêche duMidi :

"Depuis que l'élection des députés est accolée à celle du président de la République, elle parait aux yeux de l'opinion, comme secondaire, presque anecdotique. (...) C'est tout de même le parlement qui fait les lois et vote le budget du gouvernement. C'est à dire valide concrètement la politique de la nation"

On pourrait parler aussi de la désillusion des Français.

C'est de cela que parle un dernier éditorial signé Fabrice Jouhaud.

"A force on s'habitue : en juin on révise la désillusion (…). Ressasser les tristes leçons du passé, anticiper l'échec à venir. (...) L'objectif minimal consiste à se présenter au deuxième tour. Une aventure, c'est cela qui fait envie"

Qu'on ne s’y trompe pas. Fabrice Jouhaud écrit cela dans L'Equipe , le quotidien sportif à propos de l'entrée en lice de la France ce soir à 18 heures face à l’Angleterre dans l'Euro de football.

Et il conclut donc à propos des bleus dans cette compétition : « Une aventure, c'est cela qui fait envie. Parce que l'été est là ou presque, parce que Roland Garros s'achève ou presque. Parce que la France du foot en a bien besoin. »

A demain.

L'équipe

Mots-clés:
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.