(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : le pays des blocages

(Bruno Duvic) « C'est bientôt l'été et la France se prépare : les trains restent en gare, les projecteurs s'éteignent sur les scènes de spectacle. Et les élèves partiront bientôt pour des très longues vacances en laissant derrière eux une école embourbée dans ses réformes. » On pourrait ajouter que les taxis sont à l’arrêt.

Un brin d'ironie voire de provocation dans La Croix ce mercredi matin : « La France face à ses blocages », titre le quotidien.

Concurrence dans le secteur des taxis, réforme du rail, assurance chômage des intermittents...

« Ces problèmes sont loin d'être nouveaux constatent Guillaume Goubert dans l'éditorial de La Croix . Les enjeux ont été identifiés, abondamment étudiés, des propositions ont été mises sur la table. Et pourtant aucun compromis ne parvient à émerger. Faiblesse des instances de médiation en France : les partenaires sociaux, le parlement aussi qui ne parvient pas à s'affirmer comme le lieu où se définit l'intérêt général au-dessus des clivages partisans. »

« Le problème ne vient pas d'en bas mais d'en haut, ajoute le sociologue Michel Vieworka dans le dossier du journal consacré aux blocages de la France. Nos élus ont de vieilles méthodes technocratiques, plus adaptées aux attentes des citoyens. On ne peut pas engager le pays dans le changement si on ne donne pas de sens au fut, si on n'explique pas où on va ».

Aujourd'hui, sans train ni taxi, on risque de ne pas aller très loin ou alors à pied. Quelle galère ! à la Une du Parisien-Aujourd'hui en France . Le noir est à nouveau de mise à la Une de la presse régionale. « Journée noire » dans L'Est Eclair , « Mercredi noir » en couverture de Nice Matin .

Et pourtant, à en croire une étude de la commission européenne reprise dans Le Parisien , les Français sont plus satisfaits de leurs transports publics que la moyenne des européens. Fréquence, tarifs, information aux voyageurs, ponctualité, la France est 3ème de ce classement européen établi par la commission après avoir interrogé les usagers des transports publics.

La France pays difficile à réformer et du coup, dans les dossiers les plus délicats, avant de trancher le pouvoir hésite.

C'est ce que lui reproche Libération ce matin

A la Une le procès du Dr Bonnemaison, accusé d'avoir accéléré la mort de sept personnes à Pau. « La fin de vie » en procès titre le journal. Le mois de juin sera dense à ce sujet. Le procès ouvert aujourd'hui, l'arrêt du conseil d'Etat dans l'affaire Vincent Lambert et le rapport du comité national consultatif d'éthique.

Faut-il changer la loi ? « Depuis deux ans, le gouvernement promet et tergiverse, écrit Eric Decouty, dans l'éditorial de Libération . Le projet de loi qui devait être présenté à la fin de l'année ne serait plus au calendrier. Et une nouvelle mission parlementaire pourrait voir le jour. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités.»

Cela dit il y aura déjà du lourd sur la table du conseil des ministres ce mercredi et les suivants. Collectif budgétaire, autrement dit la version corrigée du budget de l'année, idem pour le budget de la sécu et la nouvelle carte des régions. Le tout avec une majorité pas spécialement docile. « La majorité met Valls sous pression », titre Le Figaro . Un des chefs de file des députés socialistes frondeurs promet du sang et de la viande : « ce sera une boucherie, une charcuterie, une triperie ».

A l'Elysée pour l'instant, il y a un panneau : « chantier en cours ». Nouveau remaniement hier dans l'équipe des conseillers. Principal mouvement, le départ d'Emmanuel Macron, conseiller économique très influent, remplacé par Laurence Boone, ancienne de chez Barclays Capital. Ironie encore d'un député socialiste frondeur dans Le Parisien , "les chars soviétiques sont à nos portes". Un autre conseiller pourrait bientôt partir, Faouzi Lamdaoui, menacé par une enquête de l'office anticorruption. Il est soupçonné de fraude fiscale et recel d'abus de biens sociaux.

Les blocages de la France ce sont aussi ceux-là, les partis politiques embourbés dans les affaires et les divisions. L'UMP va-t-elle sortir de la vase après le bureau politique hier soir ?

Désormais, la Troïka Juppé-Fillon-Raffarin est à la barre.

C'est le titre de Libération . A la barre au grand dam des amis de Nicolas Sarkozy à en croire Alain Aufray. « Menés par Brice Hortefeux, ils auront bataillé jusqu'au bout. La troïka (selon eux) devait se contenter d'un magistère moral. L'objectif des sarkozystes était clair : empêcher Juppé et Fillon d'avoir accès aux coulisses et aux secrets de l'UMP. »

« Dans cette affaire, écrit Ludovic Vigogne dans L'Opinion , Alain Juppé et François Fillon auront travaillé main dans la main. »

Les coulisses et les secrets de l'UMP dans l'affaire Bygmalion, dévoilés dans Libération . Selon le journal, le nom de l'actuel directeur général Eric Cesari et sa signature apparaissent sur les devis envoyés par la filiale de Bygmalion qui organisait les conventions présumées fantômes du parti. Eric Cesari avait un rôle central dans la campagne de 2012, rappelle le quotidien.

Au rayon des affaires, le cas de Claude Guéant dans Le Parisien . Selon le journal, le procureur financier Eliane Houlette a sur son bureau un rapport des enquêteurs qui lui suggèrent de renvoyer en correctionnelle l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

Les divisions, le Front national n'y échappe pas avec ce drame familial qui se déroule sous les yeux des électeurs, la rupture entre Marine le Pen et son père. Derrière les petites phrases du père qui scandalisent la presse et embarrassent sa fille y-aurait-il volonté de lui nuire ? Elément de réponse d'un proche de Marine le Pen dans Le Monde : Le Pen père « est d'une jalousie maladive. Il ne supporte pas que le FN fasse mieux sans lui. Le fond du problème est là. »

Quoi d'autre dans la presse ?

La deuxième ville d'irak, Mossoul, aux mains des djihadistes. Inquiétude de la presse américaine. Le sujet est à la Une du New York Times édition internationale et du Financial Times Europe.

En manchette du monde : « Affaire HSBC, les dessous d'une gigantesque fraude fiscale ». La banque suisse est suspectée d'avoir incité 3.000 contribuables français à frauder le fisc.

« Le plan de survie de Bouygues Telecom » principal sujet des Echos . Plan de restructuration massif avec des licenciements, selon le quotidien économique.

Le Brésil évidemment. « Le Brésil retient son souffle » à la Une de L’Equipe et à la veille du mondial.

Enfin la piscine la plus cossue de Paris vue par L'Humanité . L'Huma , qui a des fins de mois difficiles a tout de même offert à son journaliste Mehdi Fikri les 180 Euros nécessaire pour faire trempette dans cette ancienne piscine populaire devenue haut lieu du super luxe.

« Ah vous voulez aller à la piscine mais, vous connaissez les tarifs ? » lui demande le vigile. Il paye rubis sur l'ongle, aussitôt, une hôtesse lui propose une petite visite. Molitor, c'est un de ces endroits où il un employé vous demande toutes les 10 minutes si « tout se passe bien monsieur ? »

180 Euros, tout de même, dit-il à l'hôtesse. « C'est relatif », répond-elle.

Et elle ajoute : « Le bassin a été vidé hier soir pour une soirée privée Nike. Serena Williams et Rafael Nadal ont joué dans le bassin. »

Au bord de la piscine, un vieux monsieur enseigne à une adolescente le placement de produits de luxe au festival de Cannes. Et en jetant un coup d'œil à la piscine, il ajoute : « Avec les nuages, on a l'impression d'être sur un paquebot entre Barcelone et Ibiza. »

« Tout se passe bien monsieur ? », demande l'hôtesse.

Moyen en fait. L'Huma déteste ce lieu réservé à « la haute » : « Prière de laisser le peuple à l’entrée ». Image de la détresse d'un employé qui vous a donné un peignoir à la mauvaise taille. « Ses excuses étranglées révèlent la violence sociale du lieu ». Comme un blocage…

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.