La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par un homme qui a l’art d’agacer beaucoup de monde en ce moment…

La scène est racontée par Nathalie Segaunes dans le journal l’Opinion. Questions d’actualité hier à l’assemblée nationale. Un député de l’opposition s’interroge sur le conflit d’intérêt entre le ministre Macron et le président de parti Macron. Lors de son déplacement à Londres pour parler du brexit, il aurait levé 12 Millions d’euros pour son micro parti en Marche . « Sourcils froncés, air des mauvais jours, écrit la journaliste, Manuel Valls ne laisse pas Emmanuel Macron répondre « ce que je souhaite c’est que les membres du gouvernement soient totalement engagés dans leur tâche. Chacun doit être exemplaire ». Le ministre encaisse, mais hors micro l’engueulade se poursuit. Le premier ministre lui reproche violemment une interview donnée la veille à sud ouest où il dénonçait la « caste politique » dont il se targue de ne pas faire partie. « C’est inacceptable, Pourquoi tu dis ça ? » le ministre se tasse sur son banc « mais c’est juppé que je visais ». « mais alors, dis le dis le », le morigène Valls…Entre les 2 hommes, michel sapin et myriam el khomri, pétrifiés. Ambiance…

Ambiance aussi entre Hollande et Macron, l’Express titre cette semaine sur la Rupture entre les 2 hommes. Marcelo Wesfreid raconte comment le président se sent aujourd’hui trahi par « son fils spirituel ». C’est pour lui une blessure narcissique parait il, parce qu’il l’a traité comme il aurait aimé que Mitterrand le traita lui…Mais vous savez que ces histoires d’amour père/fils se finissent mal en général…A moins…un proche du ministre veut croire « que Macron n’aura pas besoin d’être Brutus si César est lucide »…c’est cette lucidité réclamée à Hollande, en clair, qu’il ne se représente pas en 2017, qui l’agace sans doute le plus

Enfin, et c’est dire si l’obsession touche tout le monde, même le chouchou des sondages Alain Juppé s’agace de cette MAcronmania. Dans son entretien aux Echos ce matin pour s’expliquer sur son projet économique, le candidat à la primaire juge que la popularité de Macron tient au fait que « lui, c’est tout nouveau, tout beau…nous verrons dit il, à l’épreuve des balles »…

Comment installer l’idée, à droite comme à gauche, qu’il y désormais une alternative ? en en faisant l’homme à abattre. A lire la presse, il ne va pas être mécontent ce matin Emmanuel Macron

Le 49.3 pour faire adopter la loi Travail, Manuel Valls l’a annoncé hier. Commentaires ce matin.

Une Marianne baillônnée à la Une de l’Humanité, l’éditorialiste Patrick Appel Muller accuse le gouvernement d’être « isolé, minoritaire et autoritaire », « Hollande et Valls ont choisi de rompre avec la majorité du peuple de gauche », mais il ne parviendront pas prévient il à lui imposer le silence, convoquant même le révolutionnaire Marat. Sans forcément appeler à la sédition, la plupart des éditorialistes de la presse régionale et nationale s’accordent à dire que l’usage de cet article est au choix :

« une défaite cuisante pour l’exécutif » selon la Croix, « la marque d’un divorce entre deux gauche » pour Libération, « peut etre funeste présage d’une débâcle en 2017 »

« un aveu de faiblesse et l’illustration d’une majorité minoritaire » pour Michel urvoy dans Ouest France

« un passage en force qui signe une fracture pour Hervé Favre dans la Voix du Nord. De la fracture à la censure, il y a un pas que les frondeurs menacent de franchir, mais là, on est plus dans la posture. Car ils devraient alors mêler leurs voix à celle de la droite. «inconcevable que des députés socialistes tirent le tapis rouge à la droite » met en garde ce matin Myriam El Khomri…En revanche note Favre, avec l’utilisation du 49.3, Valls a pris le risque de relancer le conflit dans la rue » bref, le loi n’est pas encore inscrite au journal officiel

Nicolas Barré dans les Echos rappelle lui que le 49.3 est « un bon outil démocratique. Il permet d’éviter de se trouver pris en otage par une minorité » « qu’une minorité s’oppose à la loi, c’est son droit, mais qu’elle empêche la majorité de gouverner, tant qu’il n’y pas d’autre majorité alternative, ce serait tomber dans les travers d’une autre époque », à savoir l’immobilisme de la IVème république. Un peu seul contre tous quand même pour défendre le 49.3

Dans la presse également ce matin Hélène, des soupçons de fraude fiscale qui visent un grand groupe français

La famille Mulliez, les fondateurs et propriétaires d’Auchan. La Voix du Nord révèle ce matin que des perquisitions menées par le police judiciaire de Lille et de Paris ont été effectuées hier dans leurs propriétés en France, en Belgique et au Luxembourg, ainsi que dans une société du groupe à Roubaix. Une enquête est en cours après une plainte pour fraude et blanchiment d’argent. Des objets auraient été saisis mais peu d’informations supplémentaires pour l’instant. La famille Mulliez, 4ème fortune française selon le classement du magazine Challenges a jusque là toujours assumé sa politique d’optimisation fiscale, mais sans jamais pour l’instant franchir la ligne jaune

Un peu plus glamour Hélène, on part à Cannes ?

Oui, quotidiens et magazines à l’heure cannoise pour l’ouverture du 69ème festival. Stars, strass et paillettes mais aussi gros sous, puisque Cannes est le premier marché international du cinéma…Le figaro éco nous raconte d’ailleurs que cette année, le festival déroule le tapis rouge pour Amazon. Le commerçant en ligne a 5 films présents sur la Croisette, dont le Woody Allen présenté aujourd’hui.

On retiendra, très subjectivement, que le 1er festival de Cannes aurait dû avoir lieu le 29 août 1939, il avait été imaginé pour faire pièce à la Mostra de Venise qui venait de couronner les dieux du Stade de Leni Riefenstahl..Mais la guerre repoussa cette première, de 7 ans. C’est à retrouver dans l’Humanité ce matin, et à 13H30 dans la Marche de l’Histoire avec Jean Lebrun sur France Inter

On retiendra que l’aura international de Cannes se mesure même dans les situations les plus dramatiques. En 2005, Luc Dardenne dédie sa Palme à Florence Aubenas qui était encore en captivité. Elle m’a raconté dit il dans Libération, que ses geôliers irakiens avaient vu la cérémonie et étaient venus lui dire qu’on parlait d’elle à Cannes ! même eux regardaient la remise des prix…

Et puis on retiendra aussi le spécial Cannes de Télérama, avec notamment les jolies formules de Bruno Dumont qui explique que pour aborder la réalité contemporaine, « il faut obliquer par la fiction farfelue », ou encore le portrait de l’iranien Asgar FARHADI, génie discret aux faux airs de Lénine qui a choisi d’être un opposant feutré, menant sa critique en douce à la barbe des mollahs…encore une façon « d’obliquer » qui est sans doute l’une des définitions du cinéma

On termine avec un autre palmarès

Celui des personnalités les plus influentes du monde des médias publié par GQ … cette année à la question « qui est l’homme le plus influent des médias », manchette de GQ, je vous le donne en 1000, on trouve…une femme ! Delphine Ernotte présidente de France télévision. Mais surtout on ne vous y trouve pas Alain Weill ! à la tête de 1000 jounalistes, palme de la discrétion!

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.