Les grands titres des journaux sont éloquents ce matin... On y parle bien évidemment de l'entre-deux-tours des municipales... Et revoilà Bayrou... "Deuxième tour : l'UMP et le PS se disputent les voix du MoDem", annonce Le Figaro... "Centre de secours", ironise Libération... "Balle au centre", lance France Soir... Bref, ce sont "les grandes manoeuvres", explique Le Parisien-Aujourd'hui en France... Le constat est général, et amuse Patrick Fluckiger dans L'Alsace : "Si samedi matin, c'était l'ouverture de la pêche à la truite, dimanche soir, à 21 heures une, c'est la pêche aux centristes qui a commencé... Le poisson le plus recherché, le Bayrou, est tapi dans un torrent des Pyrénées et n'est pas facile à ferrer"... "Pour un peu, on se croirait revenu un an en arrière... Sauf que la nouveauté, outre le fait qu'il s'agit cette fois d'élections municipales, vient de ce que le panache du Béarnais a quelque peu pâli en dix mois", analyse Bruno Dive dans Sud-Ouest... "Entre une gauche requinquée et une droite qui sauve les meubles, François Bayrou est le grand perdant de ce premier tour... Il reste néanmoins un acteur incontournable du second... C'est le paradoxe du centre, la force du faible"... Alors d'accord, "revoilà les hommes et les femmes politiques, de gauche comme de droite, qui viennent obligeamment chuchoter à l'oreille du Béarnais... Et revoilà les micros avides qui s'agglutinent autour du président du MoDem, rose de plaisir d'être de nouveau courtisé", constate Jacques Camus dans La République du Centre... Et l'éditorialiste poursuit : "François Bayrou, c'est l'homme qui résiste... Il repousse les étreintes étouffantes de la gauche et le baiser qui tue de la droite... Du coup, le PS et l'UMP ne sortent pas grandis de cette entreprise de séduction"... Libération se penche également sur "le ballet des soupirants"... et rapporte que "Bayrou, c'est le coup par coup permanent"... Le chef du MoDem ne jure en effet que par des accords locaux, explique le journal... Dans Le Figaro, vous lirez que le centre est arbitre des duels Gaudin-Guérini à Marseille... et que là, le MoDem a appelé à voter pour le candidat socialiste... Position d'arbitre également à Saint-Etienne, Belfort ou Metz... Et puis il y a aussi Paris, où il n'y aura ni alliance ni accord de partenariat entre le MoDem et la gauche... Marielle de Sarnez, la tête de liste du MoDem dans la capitale, explique dans Le Parisien-Aujourd'hui en France : "Delanoë a choisi la fermeture"... L'explication est dans Libération : "A Paris, le MoDem est trop petit pour intéresser Delanoë"... Il faut dire que les socialistes tentent de séduire les centristes sans trop le dire... C'est l'analyse de Michel Urvoy dans Ouest-France... L'éditorialiste explique que cela vient "de la reconduction, dans des proportions souvent inattendues, de maires communistes... et de l'émergence aussi, parfois significative, de la LCR d'Olivier Besancenot"... Confirmation dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, sous le titre : "Le sourire des communistes et des trotskistes"... Et puis il y a aussi ce paradoxe, souligné par Jean-Pierre Bedeï dans La Dépêche du Midi... A droite, "Sarkozy est sauvé par ses ministres... Preuve que les ministres sont plus appréciés que le Président"... L'éditorialiste s'interroge juste sur le casse-tête que va être la distribution des primes au mérite... La France coupée en deux... On ne parle plus des élections... mais du MEDEF et de l'UIMM... Avec cette question, posée par le quotidien économique La Tribune hier : "Le MEDEF peut-il se passer de l'UIMM ?"... Alors ce sont les internautes du journal qui ont répondu... Ils disent non, à 50,5%... et oui, à 49,5%... Bref, difficile d'en tirer un enseignement... Dans ce dossier, Les Echos précise ce matin que "l'UIMM promet de mettre à l'écart sa vieille garde"... Frédéric Saint-Geours, le président de l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie, s'est engagé à accélérer la réforme des statuts de l'organisation, ce qui devrait lui permettre d'écarter très vite les anciens responsables... Et on sent comme un certain soulagement dans la presse économique... Les deux éditoriaux ont le même titre : "Halte au feu !"... Dans Les Echos, Dominique Seux explique que "si l'opération mains propres lancée par Laurence Parisot a les faveurs de l'opinion... les dommages collatéraux d'un combat qui s'éternise ne peuvent être négligés... L'image des chefs d'entreprise, déjà médiocre dans le pays, n'en sortirait pas grandie"... L'analyse est identique pour Pascal Aubert, dans La Tribune... "Les signaux d'apaisement émis hier vont dans le bon sens... Il est temps !... Faute de pouvoir départager les bons et les méchants, l'opinion allait finir tôt ou tard par mettre tout le monde dans le même sac"... Quelques nouvelles venues d'ailleurs, ce matin... D'abord celle-ci... Elle ne fait au mieux qu'une brève dans les journaux français... Ailleurs en Europe, elle fait la Une... "Scandale sexuel pour le gouverneur de New York", rapporte Die Welt... "Le gouverneur de New York pris dans une affaire de prostitution", explique El Pais... Et The Times note que "les Etats-Unis sont abasourdis par ce lien du député anti-criminalité avec la prostitution"... Il faut dire, expliquent les journaux, que le tout jeune gouverneur démocrate de New York s'était fait un nom en faisant la guerre justement aux réseaux de prostitution... C'est lors d'écoutes téléphoniques que le FBI, qui enquêtait sur une organisation de call-girls, a enregistré le coup de fil du gouverneur qui organisait un rendez-vous... Dans un autre genre... Vous lirez, dans la Lettre d'Asie du Monde, la décision du ministère chinois de la Culture de resserrer le contrôle des artistes étrangers qui se produisent en Chine... Cela fait suite à un concert de Björk à Shanghaï, le 2 mars... A la fin de l'une de ses chansons, la chanteuse islandaise a scandé : "Tibet ! Tibet !"... A lire également... le dossier des Inrockuptibles consacré aux "écrivains d'Israël"... Israël est le pays invité du Salon du Livre de Paris, à partir de vendredi... Alors au-delà de la polémique... portraits d'hommes et de femmes confrontés à la violence... Ils ont appris la complexité, ils ont perdu leurs illusions... Il y a par exemple Sayed Kashua... Arabe Israélien... Il parle et écrit en hébreu... Et il explique : "Je refuse d'entrer dans la bataille de la crise identitaire... Les Arabes me reprochent de parler et d'écrire en hébreu... Les Juifs me haïssent parce que j'utilise leur langue... Désolé, mais je suis citoyen israélien"... Vous croiserez aussi, dans ce reportage, Etgar Keret... A 40 ans, c'est la vraie star de cette jeune génération d'écrivains, explique Les Inrockuptibles... Et comme ses confrères, il parle de la place particulière du service militaire en Israël... "Je me préparais à être ingénieur physicien, j'en suis sorti écrivain... Mon frère était très à droite, il en est sorti militant d'extrême-gauche... Ma soeur était une jeune fille moderne... Elle a perdu son fiancé en service... Elle a viré juive orthodoxe... Le plus bizarre dans la société israélienne, continue Keret, c'est qu'après ces trois ans où vous tirez sur des gens, où des gens vous tirent dessus, vous venez à Tel Aviv et vous êtes censé avoir une vie normale : ne plus franchir la ligne, ne plus être violent... C'est ce qui crée ce climat d'une tension inouïe"... Et puis des nouvelles aussi d'un autre monde, ce matin... la planète Internet... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Son ADN sur le Net"... On savait déjà qu'il suffisait de cracher dans un tube ou d'envoyer un cheveu à certains laboratoires pour connaître sa carte génétique... Eh bien voilà maintenant un site où vous pouvez l'exposer... histoire de pouvoir la comparer à des personnages historiques... ou encore de voir si vous avez des gènes en commun avec vos amis... Avec toujours, explique Le Parisien-Aujourd'hui en France, le danger que ces cartes génétiques soient utilisées dans l'avenir : par des sociétés d'assurance par exemple, qui décideraient de surtaxer les clients aux gènes défaillants... Alors avec cette carte génétique, difficile de se faire passer pour quelqu'un d'autre... Pourtant, sur Internet, l'usurpation d'identité est un phénomène largement répandu... Vous le lirez dans Libération, sous le titre : "Je est un autre"... L'an dernier, les vols d'identité étaient en tête des plaintes pour fraude déposées par les internautes américains... Du coup certains proposent la création d'une banque centrale des identités... Et en même temps, le remède fait quasiment plus peur que le mal...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.