Il s'appelle Santino... Et ce matin, on parle de lui à la fois dans La Croix et dans Le Figaro... lequel a même choisi de mettre à la Une sa photo, signe évident de l'importance du sujet... même si, à première vue, on est plutôt tenté de sourire... Santino, en effet, c'est un singe : un chimpanzé de 31 ans... Alors qu'est-ce qu'il a de spécial, ce chimpanzé, pour avoir droit à sa photo dans les journaux ? Eh bien, il est surdoué... C'est ce qu'a constaté un chercheur suédois, qui l'a observé durant dix ans dans le zoo de Furuvik, au nord de Stockholm... Tous les matins, durant les mois d'été, Santino met de côté des pierres, dans des cachettes... Il s'est fabriqué tout un tas de cachettes, dans lesquelles il amasse donc des cailloux... qu'il jette ensuite, l'après-midi, en direction des visiteurs... Certains diront sans doute qu'il s'agit simplement d'un chimpanzé violent, sorte de "racaille des zoos"... Mais non, explique le chercheur : tout cela montre au contraire que Santino est un surdoué... Il est capable de planifier sa journée... capable d'anticiper, et d'élaborer des stratégies d'action à long terme : une aptitude intellectuelle que l'on a souvent cru réservée aux humains... Santino prémédite ses jets de pierres, et ça le rapproche de l'homme... Voilà pourquoi on parle de lui dans les journaux... qui précisent, soit dit en passant, qu'il n'a jamais fait de blessé grave... Nous voilà rassurés... Mais dans le même temps, on s'interroge : la faculté d'anticiper de ce chimpanzé est-elle vraiment partagée par les hommes ? On peut se poser la question... notamment à propos des suppressions de postes annoncées hier par Total... Le sujet fait ce matin la Une d'une partie des journaux... Et il y a polémique... Polémique parce que l'an dernier, Total a réalisé près de 14 milliards d'euros de bénéfice... "Des profits record, mais Total licencie", titre à sa Une, ce matin, La République du Centre... Le groupe pétrolier a annoncé hier 555 suppressions de postes d'ici à 2013... décision jugée scandaleuse à la fois par les syndicats et le gouvernement... "Provocation Total", lance du coup Paris-Normandie... qui précise que la majorité de ces suppressions de postes se feront en Seine-Maritime... A Gonfreville notamment, près du Havre, 329 postes sont condamnés... Commentaire du délégué CGT, qui s'exprime dans Libération : "Après 14 milliards de bénéfice, c'est immoral... Mais je n'ai jamais vu un actionnaire moral"... "Total dégraisse, Carling déguste", titre de son côté Le Républicain Lorrain... La plateforme de Carling-Saint-Avold, en Lorraine, voit encore 64 emplois disparaître... Dans l'édito du journal, Philippe Waucampt dit à quel point il est choqué... Pour lui, "la décision du groupe relève de la provocation : des gens aussi intelligents ont rarement fait aussi stupide"... Même sentiment pour Didier Pobel, dans Le Dauphiné Libéré, qui, lui, se dit "indigné"... "Comment appeler cela ?, se demande-t-il : un indécent ricanement au nez de la crise ? l'insoutenable légèreté d'un comportement ? ou le cynisme érigé au rang des composantes industrielles de notre époque ?"... Réponse d'Hervé Chabaud, dans L'Union : "Cela s'appelle le manque d'anticipation... Total a fait des erreurs... Mais Total n'assume pas, et fait un bras d'honneur à l'entreprise civique... Les seuls à payer l'addition sont les salariés... Comportement pitoyable, qui ne grandit pas les décideurs du groupe"... A la Une de La Tribune, un dossier, ce matin, qui tranche singulièrement avec ce dont on vient de parler : un dossier sur "ces entreprises qui font tout pour sauver l'emploi"... Les carnets de commandes se vident, la production est en chute libre, mais certains employeurs veulent éviter à tout prix de se séparer de leurs salariés... Et le journal fait la liste de ces sociétés qui mettent en place de nouvelles formules pour éviter les plans sociaux... une liste dans laquelle, évidemment, le groupe Total n'apparaît pas... Les effets de la crise continuent donc, chaque matin, de nourrir les journaux... dans lesquels aujourd'hui, on parle aussi beaucoup de cinéma... Car oui, c'est mercredi, jour de sortie des nouveaux films... Et le film qui fait débat, depuis quelques jours, c'est "Welcome", du réalisateur Philippe Lioret, avec Vincent Lindon... On vous en a déjà beaucoup parlé sur France Inter... ce film qui raconte la rencontre entre un maître-nageur de la piscine de Calais et un jeune clandestin kurde, décidé à traverser la Manche à la nage pour aller retrouver sa petite amie en Angleterre... Une histoire avec laquelle le cinéaste affirme avoir voulu dénoncer les mécanismes répressifs mis en oeuvre aujourd'hui par l'Etat français : répression vis-à-vis des migrants, répression également vis-à-vis de ceux qui les aident... "Le film montre ainsi comment la police de notre pays met la pression sur les citoyens français en leur conseillant fortement de ne pas accueillir d'étranger sans papiers sous leur toit, sous peine de sévères poursuites judiciaires"... C'est ainsi, en tout cas, que le résume Les Inrockuptibles... qui note qu'aujourd'hui, les cinéastes sont nombreux à s'emparer de la question des sans-papiers pour dénoncer la politique d'immigration... "Les clandestins de Calais sont l'équivalent des Juifs en 43", a même expliqué Philippe Lioret... propos vertement critiqués par Eric Besson, le ministre en charge de l'Immigration... Sur le site Rue89, nouvelle interview ce matin du réalisateur... Il estime que "Calais est aujourd'hui notre frontière mexicaine"... Philippe Lioret qui sera également l'invité de Vincent Josse tout à l'heure, dans "Esprit Critique"... Ce matin, les journaux saluent son travail... La Voix du Nord évoque "le film rebelle de Calais"... Tandis que L'Humanité, de son côté, à l'occasion de la sortie du film, a choisi de donner la parole à ces citoyens coupables d'être venus en aide aux migrants... Témoignage d'Yves Cusset, prof de philo, qui s'est opposé à une mesure de reconduite à la frontière... Il risque aujourd'hui 5 ans d'emprisonnement et 10.000 € d'amende... Témoignage de Cynthia Galli, avocate au Barreau de Nîmes, qui fait l'objet d'une plainte disciplinaire et d'une enquête pénale, à la requête du préfet de Lyon... Celui-ci lui reproche d'avoir un rappel historique lors d'une audience : elle défendait un client dénoncé par un appel anonyme, et elle avait dit que cela lui rappelait la Seconde Guerre mondiale... Témoignage également de Monique Pouille... Nous en avons déjà parlé ici... Elle a subi dix heures de garde à vue pour avoir rechargé chez elle les téléphones portables de certains migrants... Des témoignages qui ressemblent aux histoires que rapporte "Welcome"... que Sud-Ouest qualifie ce matin de "grand film politique et humain"... La politique, tiens... Dans Le Figaro, Bruno Jeudy nous explique que le chef de l'Etat a l'intention de s'engager fortement dans la campagne européenne... une première dans l'histoire de ce scrutin... Nicolas Sarkozy devrait ainsi participer au grand meeting européen des jeunes de l'UMP, qui aura lieu au mois de mai à Montreuil... Ségolène Royal : c'est sa place, au Président de la République... prévoir de s'exprimer ainsi lors d'un meeting électoral ? (...) Toujours dans Le Figaro, mais cette fois dans les pages saumon : interview du président de Radio France, Jean-Paul Cluzel... interrogé notamment sur les commentaires peu amènes que distillerait le chef de l'Etat à l'encontre de France Inter... Nicolas Sarkozy se serait dit "outré" par les chroniques de Stéphane Guillon... "L'impertinence est une vieille tradition à Radio France", répond le PDG de la Maison Ronde... Une réaction, Madame Royal ?... Faut-il faire taire Stéphane Guillon ? (...) Et puisque l'on parle culture, je vous conseille cette semaine la lecture de Télérama, qui a demandé à 100 écrivains de dire quels étaient leurs livres de chevet... Les livres les plus cités : "A la recherche du temps perdu", de Proust ; "Ulysse", de Joyce ; "L'Iliade" et "L'Odyssée" d'Homère ; et à la quatrième place, "La Princesse de Clèves", de Madame de Lafayette... livre tant brocardé par le chef de l'Etat... Et pour finir, c'est d'un autre livre que vous vouliez nous parler, Frédéric : le deuxième livre d'un Londonien qui vit à Avignon... Il s'appelle Daniel Tammet... Il a 30 ans... Et c'est Fabien Bonnieux qui réalise son portrait ce matin dans les colonnes de La Provence... Daniel Tammet est autiste, atteint du syndrome d'Asperger... Et il y a deux ans, il a été élu parmi les 100 génies vivants du monde par une noria d'experts internationaux... Il publie aujourd'hui son deuxième livre : "Embrasser le ciel immense"... Et voilà ce qu'il répond quand on lui demande comment lui, qui est né à Londres, arrive aujourd'hui à parler si bien le français : "Je me perfectionne grâce à Ségolène Royal. Elle est claire quand elle parle, elle articule parfaitement. Elle pourrait très bien être enseignante si elle perd encore aux prochaines élections", dit-il sans bravitude aucune. Voilà, Madame Royal... Vous savez ce qui vous reste à faire si vous voulez vous reconvertir.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.