8H30 la revue de presse, bonjour hélène jouan

Des syriens tiennent la plume ce matin pour raconter leur quotidien

Numéro Spécial de Libération, rebaptisé Tahrir pour l’occasion, Liberté …entièrement écrit par des journalistes, intellectuels et artistes syriens qui racontent leur pays en guerre depuis 5 ans. Obligés pour la plupart de se réfugier en Turquie, mais qui ont formé des correspondants sur place qui risquent leur vie pour nous livrer leurs témoignages

Récit dans la Ville d’Alep en ruines, où malgré la trêve des combats obtenue le 27 février, « quelle trêve ? » se demande une maman, le quotidien est toujours aussi difficile. Dans les quartiers gérée par l’opposition syrienne, les forces du régime ciblent les établissements scolaires, alors aller à l’école est un risque, la plupart des mères préfèrent garder chez elle « un enfant ignorant et vivant, plutôt que mort et éduqué » disent elles. Il n’y a plus d’eau, Damas a coupé l’approvisionnement en eau potable, plus d’électricité, il faut acheter des « ampères » chez les commerçants, la pauvreté s’installe. Plus de médecin non plus. Témoignage de docteur Rasha, qui elle a choisi de rester, à Idlib, dans le nord ouest du pays…Pendant qu’elle ausculte une petite fille, un chasseur et un hélicoptère se rapprochent. A peine le temps de récupérer son propre fils, 5 ans, et les vitres explosent autour d’eux : « on est saufs maman », soupire le garçonnet tout tremblant. Reportage à Raqqa, le fief syrien de l’état islamique où la pression conjointe de la coalition et des russes n’a qu’un effet pour l’instant, celle de rendre la vie des habitants de la ville plus dure encore…A court d’argent, Daech verbalise à tour de bras pour récupérer du cash, 20 dollars par exemple pour s’être promené à l’heure de la prière. Les djihadistes réquisitionnent les logements pour se mélanger à la population civile en espérant ainsi être épargnés par les raids. Et puis à lire aussi, le portrait de celui qui fut symboliquement, le déclencheur de cette guerre. MO A YA SAYANECH a 15 ans en 2011, quand il tagge sur un mur de Deraa, après la chute de Ben Ali et de Moubarak « ton tour arrive docteur » à l’adresse de Bachar El Assad. Pour ce tag, il est emprisonné, torturé avec ses camarades par la Sécurité politique, dirigée par le propre cousin d’Assad. La ville entière se mobilise, manifestation, répression sanglante. Les enfants sont libérés mais l’engrenage est en marche. La révolution syrienne est déclenchée. Aujourd’hui Mo A YA est combattant dans les rangs de l’Armée syrienne libre, « mon avenir est perdu » confie t il épuisé, il rêve pourtant un jour de rentrer à Deraa pour écrire sur les murs de sa ville « la Syrie qui a appelé à la liberté…L’a obtenue »

Retour en France Hélène, avec un baptême sur le feu…

Hauts de France, Nord de France ou Terres du nord ? les habitants de la région Nord pas de Calais Picardie ont jusqu’à dimanche pour donner leur avis sur le futur nom de baptême de leur nouvelle grande région, un seul clic sur le site du conseil régional…La Voix du nord, qui relaie l’appel à la consultation lancé par Xavier Bertrand, prévient toutefois…personne ne sait comment le président de région tiendra compte ou pas, de l’avis de ses concitoyens….En tout cas, Le Courrier Picard a déjà l’arme au pied : dans son édito François WOJTALIK est déjà convaincu que c’est Nord de France qui devrait s’imposer : « on va demander aux picards de ravaler leur fierté d’être picards, déplore t il…or elle existe cette fierté » prévient il. Décision lundi et bataille nordo-picarde en vue

Compétition de pétitions autour de la loi travail : après celle lancée le 19 février par Caroline de Haas, « Loi travail, non merci », les défenseurs du texte s’y mettent, nous raconte le Figaro Economie. Jean Bernard Falco, qui se décrit comme un self made entrepreneur vient de lancer sa propre pétition en ligne pour venir en aide dit il au gouvernement. Elle arrive après celle du politologue et conseiller régional les Républicains Dominique Reynié …pour l’instant les contre pétitionnaires ne rencontrent pas le même engouement : à peine 30 000 signatures à elles deux contre 1 million 2 pour celle de Caroline de Haas relayée par les militants associatifs et syndicalistes

Question autour d’une censure ou auto censure…mercredi, les syndicats du quotidien Aujourd’hui en France/le Parisien se sont unanimement alarmés d’avoir reçu l’ordre de ne pas chroniquer dans leur journal, le long métrage de François Ruffin, Merci Patron, sévère et drôlatique critique de Bernard Arnault, propriétaire de LVMH…mais aussi depuis mai dernier propriétaire du Parisien/aujorud’hui en France ! Si, vérification faite, le texte de l’intersyndicale a été effacé du site du Parisien, Libération se fait l’écho de l’inquiétude des journalistes maison qui se demandent si à l’avenir, « ils n’ auront plus le choix de parler d’une marque appartenant à Bernard Arnault qu’en louanges dosées ou d’observer un silence honteux ? »

Egalement dans la presse ce matin, un match en vue entre le Qatar et les défenseurs de l’écologie

En cause, un château du 17ème siècle et son parc situé dans les Yvelines, c’est là qu’est installée depuis 1827 l’école agronomique de Grignon. Celle-ci a prévu sous peu de déménager à Saclay. Or qui lorgne sur ce joyau architectural nous raconte l’Humanité ? Le psg figurez vous, et donc derrière le Qatar, qui rêve d’un temple pour installer son futur centre d’entrainement. Le problème c’est que le temple en question abrite une zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique, il regorge de plus de 1000 espèces de fossiles parmi les plus rares au monde insiste le conseil scientifique régional du patrimoine naturel d’ile de France qui réclame à cors et à cris sa protection. Le Qatar souhaite y réaliser 18 terrains de foot, un complexe hôtelier, un stade de 5000 places et un parking de 1000 places. Alors qui de l’argent du Qatar ou des intérêts écolos vantés lors de la cop 21 gagnera le match ? pour l’instant dit l’Huma, aucune nouvelle du ministère des finances. Mais manif demain d’associations écolos et de riverains

Et on finit dans la profondeur et la légèreté

Profondeur et spontanéité d’un pape qui « dépote » écrit le patron de l’Hebdo la Vie, jean pierre denis qui a assisté à l’entrevue accordée au Vatican par François à une trentaine de catholiques français engagés dans le christianisme social. On a déjà évoqué rapidement cette rencontre ici, mais le long récit qu’en fait la Vie est vraiment passionnant pour saisir la pensée de ce pape qui apparait aujourd’hui comme l’un des meilleurs, rares, défenseurs de l’Europe, « elle seule plaide t il, a une vocation d’universalité », l’europe devenue grand mère qu’il appelle à se réveiller, notamment face au drame des réfugiés

Et puis, une photo de Une qui attire, une blonde, en jaune, lumineuse qui a l’air de jouer avec des legos colorés. M, le magazine du Monde consacre à Sandrine Kiberlain un joli portrait…l’actrice n’est pas que légèreté, loin s’en faut, toujours inquiète, « et si c’était trop beau pour être vrai ? » se demande t elle aujourd’hui alors que tout va bien, trépanée « à la black et decker » raconte t elle, alors même qu’elle accouchait de sa fille, mais qui refuse de plonger dans le pathos, « ah non s’exclame t elle, si on devait être dans le pathos, dans ma famille, ça aurait commencé avec mes grands parents polonais et on ne s’en serait pas sortis vivants »…Portrait enlevé d’une femme qui assume son âge, sa vie, ses choix, rêve d’étoiles inaccessibles comme Nathalie Wood et Shirley Mac Lain et regrette l’ époque des Montand et Trintignant quand les « mecs endossaient des rôles fragiles et virils ». Portrait d’une femme qui rit de sa vie, et montre du sang froid face à la mort. Moment de grâce dans la lecture du matin

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.