"Tous sur la même voie"... Le Dauphiné Libéré résume ainsi la réforme des régimes spéciaux de retraite... "Le cadre de la réforme est fixé", titre Le Figaro... qui souligne que le ministre du Travail a annoncé aux partenaires sociaux que la durée des cotisations devra passer à 40 ans d'ici 2012, et à 41 ans les années suivantes... Le Figaro qui constate, dans le même temps, que Xavier Bertrand n'a pas convaincu les syndicats... dont certains menacent de prolonger la journée de grève du 18 octobre... Et du coup... en Une de L'Humanité, l'appel à "lutter ensemble contre la casse sociale"... Pour le journal, "le bras-de-fer est engagé"... et "un large mouvement de protestation s'annonce"... Pas si sûr... Pas si sûr, parce que La Tribune trouve quand même que "le gouvernement prend des gants"... La réforme cible d'abord, selon le quotidien économique, les nouveaux embauchés... Pas si sûr, parce que "les agents savent que ça va se faire", note Jean-Marcel Bouguereau dans La République des Pyrénées... "Ils sont prêts à entrer dans une négociation, à condition de ne pas être stigmatisés, et d'obtenir de bonnes contreparties, comme l'intégration de primes dans le calcul des retraites"... Oui, confirme Ouest-France, "même s'il ne fait pas de doute que le 18 octobre fera probablement le plein, le scénario d'une grande grève emblématique n'est pas aujourd'hui l'hypothèse la plus évidente"... Et dans son éditorial, Paul Burel analyse : "Comme pour le service minimum... comme pour les universités... comme pour l'emploi des fonctionnaires... le Président a su trouver des aménagements, les accommodements nécessaires... Promettre le plus dur pour faire passer le plus réaliste... Les syndicats n'ont toujours pas réussi à déjouer les pièges d'une concertation intense, que le gouvernement pratique à marche forcée, jusqu'à la saturation"... Bref, pour l'éditorialiste de Ouest-France, "ainsi va la méthode Sarkozy"... "La méthode Sarkozy", dites-vous... Mais "le sarkozysme existe-t-il ?"... "Moi, je... Le sarkozysme existe-t-il ?"... C'est la Une de Courrier International cette semaine... Et le dossier de l'hebdomadaire commence avec un long papier du sociologue Zygmunt Bauman dans La Repubblica... qui revient sur la formule fétiche du Président français : "Travailler plus pour gagner plus"... Pour lui, c'est plus qu'une formule : c'est une idéologie qui ne reconnaît que les individus... Bauman se souvient que c'est Margaret Thatcher, en 87, qui a commencé sur ce thème... Elle disait : "La société n'existe pas... Il y a des individus"... L'invitation de Nicolas Sarkozy signifie la même chose... Elle s'adresse aux individus, et concerne uniquement les pratiques individuelles... Elle remplace l'idéologie passée, qui suggérait de penser à la société... à la société, ou à la communauté, à la nation, à l'Eglise... Bref, à la cause... Mais aujourd'hui, l'idéologie d'une société individualisée proclame qu'il est inutile d'unir ses forces dans une cause commune... Et cette pensée liquide ses rivales d'une phrase sèche : "Il n'y a pas d'alternative"... Et puis de toute façon, on ne vous demande pas de penser... C'est un papier repris de Newsweek... "Nicolas Sarkozy n'est pas un intellectuel... Il l'a dit et redit... Et a priori, il semble penser que les Français discutent, méditent, cogitent... bref, pensent beaucoup trop... Et à l'évidence, son objectif est aujourd'hui de les faire sortir de cette forteresse intellectuelle"... Alors le journaliste de Newsweek explique qu'aux Etats-Unis, on a plutôt l'habitude de mépriser les "crânes d'oeuf"... mais qu'en France, le contexte est différent... La France, c'est la patrie de René Descartes, l'auteur du "Cogito ergo sum"... "Je pense, donc je suis"... une idée aussi profondément enracinée dans l'identité française que l'est l'esprit pionnier dans l'identité américaine... "Les Français à peine autorisés à s'adonner aux plaisirs de la pensée... et tout juste autorisés à accepter la mondialisation sans se plaindre", poursuit El Mondo, toujours dans Courrier International... Et pour faire rentrer la France dans le rang des économies mondialisées, Sarkozy a bien compris qu'il faut d'abord obtenir un large consensus... Pour le journaliste espagnol, c'est ce qui explique l'ouverture... "La France en route vers une société d'individus consommateurs", écrivait le sociologue... Eh bien, même isolé dans les rayons des grandes surfaces, le consommateur français risque bien d'être plus râleur que jamais... et du coup, peut-être aussi plus solidaire... Les Echos prévient ce matin : "Valse des étiquettes en vue pour les produits alimentaires"... "La flambée du lait et du blé commence à se répercuter en grandes surfaces", explique le quotidien économique... Et Jean-Marc Vittori affirme que "les consommateurs n'ont encore rien vu... Dans les prochains mois, ils vont payer de plus en plus cher leurs achats les plus fréquents... Parce que, d'accord, les produits de base alimentaires augmentent... mais aussi le fer ou le plastique qui les emballe, et le gazole qui fait avancer les camions qui les transportent... Aux Etats-Unis, explique l'éditorialiste, la hausse des prix alimentaires est de 4,3% pour l'année écoulée... 1,2% seulement chez nous... Difficile d'imaginer que la flambée n'aura pas lieu"... Difficile à imaginer en effet en lisant, toujours dans Les Echos, l'interview du patron de Lactalis... le numéro 1 européen du fromage... Il veut augmenter ses prix de 15 à 17%... Danone, de son côté, compte relever les siens de 10%... Etiquettes toujours... Les prix vont peut-être augmenter... mais dans le même temps, les étiquettes vont se colorer... Libération revient sur le Grenelle de l'Environnement, avec ce titre : "La France étiquetée carbone"... Le sujet n'est pas nouveau... Le gouvernement prévoit la généralisation d'étiquettes indiquant l'empreinte écologique des produits les plus courants... une mesure destinée à modifier le comportement des consommateurs... Et cela devrait marcher, si l'on en croit "le précédent encourageant de l'électroménager"... Dans ce domaine-là, l'affichage de la consommation d'énergie a modifié la donne... Plus de la moitié des réfrigérateurs ou des machines à laver achetés sont de classe A ou B... Alors, dans Libération, vous lirez le casse-tête de la société qui conçoit les étiquettes carbone pour les produits Casino... Le supermarché testera en effet la chose dans quelques semaines... Et là, tout rentre en ligne de compte : le produit lui-même, mais aussi son emballage ou son transport... Et, étonnamment, mieux vaut parfois un bateau qui fait 10.000 kilomètres qu'un camion qui en fait 2.000... Regarder les étiquettes... C'est un petit encadré dans Le Point, cette semaine... pour expliquer la dernière phobie des Japonais... les produits importés de Chine... Depuis plusieurs mois, dans la presse japonaise, un déluge d'articles sur les marchandises frelatées fabriquées en Chine... Et du coup, eh bien les consommateurs nippons n'en achètent plus... Et les invendus chinois périmés s'entassent dans les entrepôts... Et sinon... Eh bien, La Vie titre : "Total respect"... Le résumé d'un sondage sur les rapports entre les ados et leurs parents... où 89% des 13-18 ans sont fiers de leur famille... L'Express se penche sur "Levallois-Perret... et les secrets de Balkany"... Enquête sur la garde rapprochée de l'édile... sa méthode de gestion implacable... et Isabelle, sa femme, rouage essentiel du système... Et puis bien sûr, on parle rugby ce matin, dans vos journaux... France-Angleterre, en demi-finale de la Coupe du Monde, ce sera samedi... Et L'Equipe demande aux Bleus, ce matin, de jouer "comme à Cardiff"... Alors ça semble bien parti, puisque tous vos journaux, unanimes, constatent que Bernard Laporte, le sélectionneur, a reconduit le XV qui a terrassé les Blacks... Seul bémol... Face aux Néo-Zélandais, cette équipe était une surprise... Là, le moins que l'on puisse dire, c'est que "les Bleus ressortent leur botte plus très secrète", indique La Croix... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, on se rassure... "Les Anglais ont peur du pack tricolore"... L'un des joueurs de la rose liste pêle-mêle... "La France a des avants remarquables, une super mêlée, une super touche"... Et puis surtout... et ça, vous le lirez dans le Times... la France a quelque chose que les Anglais n'auront pas samedi : elle joue à domicile... Et même si le Stade de France n'a jamais été l'ami de la France du rugby, nostalgique du Parc des Princes, ça reste un atout, explique le journaliste britannique... Parce que, pour les joueurs frenchies, ce qui fait tout, c'est l'esprit de clocher... C'est ce qui fait que tous les clubs de France jouent toujours mieux à domicile... Ils y défendent leur gazon avec plus de rigueur... Et puisque l'on parle rugby... Dans Paris Match, retour sur le match de Cardiff... "Le soir où les Bleus ont refusé de mourir"... Et dans Le Point... gros plan sur le couple Sarkozy-Laporte... Ils voient "la vie en bleu", explique l'hebdomadaire... au point d'exploser leurs forfaits textos... Ah !... Ces couples modernes !...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.