Alors d'abord un visage... Vous le verrez dans toute la presse européenne... Celui du général Petraeus... Le commandant en chef des forces américaines en Irak était entendu hier par les élus du Congrès des Etats-Unis... Parce que, explique La Croix, "le Congrès américain scrute la politique de George Bush en Irak"... Alors hier, eh bien ce grand général "a offert l'espoir d'un succès à une Amérique lassée par la guerre", constate The Independent, à Londres... Et cet espoir, il se résume dans les propos, rapportés en Une par le Corriere della Sera... "Irak : moins de soldats dès l'été 2008"... Confirmation en Allemagne... Le Frankfurter Allgemeine Zeitung titre : "Petraeus pour un départ partiel en 2008"... En Belgique, Le Soir a fait les comptes... Cela ne fera que "4.000 Américains de moins en Irak"... Et pour El Pais, en Espagne, cela ne changera pas grand-chose au fait que "seulement 5% des Américains ont confiance en Bush pour gagner la guerre"... Alors, en même temps... les propos du général Petraeus ne sont guère une surprise... puisque Libération le présente ainsi : "Petraeus : un général pour défendre Bush"... Dans son éditorial, Fabrice Rousselot explique... "Ce n'est évidemment pas un hasard... Le général David Petraeus témoigne devant le Congrès alors que l'Amérique commémore le 6ème anniversaire des attentats du 11 Septembre... comme si, encore une fois, George Bush voulait essayer de convaincre ses compatriotes, et le monde entier, qu'un lien existe entre les attaques contre le World Trade Center et feu le régime de Saddam Hussein"... 11 Septembre... "Comment, bon sang, échapper à cette date fatidique ?", se demande Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... "Les tours... les avions... des images d'apocalypse dans la tête... l'effroi intact... un éternel goût de cendres dans la bouche... Le 11 septembre 2001, nous étions tous Américains... Aujourd'hui, nous sommes tous citoyens d'un pays devenu impossible à situer sur les cartes... celui de la vulnérabilité universelle... celui d'un Ground Zero de l'esprit"... 6 ans après, "loin d'être affaiblie par les attaques sur les terrains afghans ou irakiens... et là, c'est Michel Lépinay, dans Paris-Normandie, qui s'exprime... 6 ans après, la nébuleuse Al Qaïda trouve dans la faillite américaine l'aura qui lui permet de recruter, dans de nouveaux pays, de nouveaux fanatiques"... La réapparition, par vidéo interposée il y a quelques jours, d'Oussama ben Laden, n'est pas un hasard... C'est une manière de soutenir George Bush, au moment où le Congrès américain se pose la question du retrait des troupes d'Irak... C'est l'analyse de Daniel Ruiz, dans La Montagne, pour qui "ce que veut Ben Laden, ce par quoi il existe, c'est la guerre... Et il ne manque donc aucune occasion d'aider son adversaire, pour éviter à tout prix un processus de paix"... Alors 6 ans après le 11 Septembre... vous lirez également qu'"il reste toujours des zones d'ombre"... C'est ce qu'explique Le Temps, en Suisse... Une enquête sur le même thème dans Libération... "11 Septembre : des listes, des pistes, mais pas de suites"... Sous ce titre, le journal résume... "En 2001, le FBI a détaillé l'ensemble des contacts pris par les 19 terroristes avant les attentats... numéros de téléphone, déplacements, opérations bancaires... Tout y est... Mais depuis, rien"... Une absence d'enquête d'autant plus étonnante, pour le journaliste de Libé, que toutes ces données ont été recueillies dans un délai record... Deux mois et demi après les attentats, tout était listé... Sauf que ces éléments avaient pour perspective une procédure judiciaire... Depuis que la campagne militaire a été déclarée plus appropriée, la procédure pénale est tombée à l'eau... Dans Le Figaro, gros plan sur "les victimes à retardement des poussières de Ground Zero"... Parce que les victimes ne se limitent pas aux 2.974 morts... 400.000 personnes ont pu être exposées aux poussières toxiques de Ground Zero... Alors certains élus new-yorkais ont porté l'affaire au niveau fédéral... 3 parlementaires veulent déposer un projet de loi pour le traitement et le dédommagement des victimes des poussières de Ground Zero... Parce que, 6 ans après, les héros de Ground Zero se sentent trahis... tout particulièrement les pompiers et les sauveteurs, qui ont passé des heures et des heures sur le site dans les tout premiers jours qui ont suivi les attentats... Pour Libération, ce sont "les héros lâchés de Ground Zero"... "Les pompiers de New York voient rouge", explique, de son côté, Le Courrier de Genève... Des pompiers que vous croiserez en Une du Dauphiné Libéré... Certains sont en effet soignés à Aix-les-Bains... Vincent Forras, l'un d'entre eux, raconte pourquoi le souvenir du 11 Septembre est une souffrance qui ne sera jamais apaisée... Il explique aussi qu'il a créé une fondation pour venir en aide à ses collègues malades... En France... le sujet de Une... c'est : le régime... Ou plutôt : les régimes spéciaux... Alors c'est Libération, en fait, qui ironise ce matin sur "le danger des régimes"... Parce que, pas de doute pour Le Parisien-Aujourd'hui en France, ce dossier de réforme des retraites, c'est "la bombe Fillon"... Le journal explique en Une... "François Fillon voulait exister... C'est fait... En se déclarant prêt à réformer les régimes spéciaux de retraite, le Premier ministre a provoqué une levée de boucliers des syndicats... Reste une question : le Président Sarkozy lui a-t-il donné son feu vert ?"... Et la question vaut d'être posée, selon le journal, qui rapporte ce matin qu'au sommet de l'Etat, "il y a désaccord sur la méthode"... C'est un ministre qui confie au Parisien que "ça a un peu grincé à l'Elysée... même s'il est acté que la réforme des régimes spéciaux se fera, ce coup d'accélérateur a été jugé maladroit"... Dans le même article, un député se rassure... "Les sondages montrent que sur cette question, les Français sont derrière nous, à une écrasante majorité"... "François Fillon a un problème de méthode"... C'est ce qu'écrit également Michel Noblecourt, dans Le Midi Libre... "Ni les syndicats, ni même le PS ne sont hostiles au principe d'une réforme des régimes spéciaux de retraite... Mais encore faut-il le faire avec doigté, et dans la concertation"... Du coup, cette réforme des régimes spéciaux devient un test pour les journaux économiques... "Le premier test de rupture économique", pour Les Echos... Oui, "un test de la rupture", selon La Tribune... Mais ce qu'explique Le Figaro, c'est surtout qu'"au coeur des débats sur les retraites, il y a la pénibilité des métiers"... Et Jacques Guyon, dans La Charente Libre, enfonce le clou... "Comment justifier aujourd'hui qu'un clerc de notaire ou un conducteur de TGV puisse, au nom de la pénibilité, bénéficier de droits supérieurs à un terrassier ou à une caissière de supermarché ?... Alors pourquoi tant de cris ?, s'interroge l'éditorialiste... Eh bien tout bonnement parce que les syndicats ne veulent pas se faire voler le dialogue social auquel ils ont droit... Ces protestations véhémentes ressemblent un peu au haka des Blacks... fait pour impressionner l'adversaire, le dissuader de piper la partie avec des solutions clé en main... et surtout l'avertir qu'un résultat n'est jamais complètement joué d'avance"... Et puis sinon, dans la presse ce matin... Eh bien un cahier anniversaire qui retient l'attention, dans L'Humanité... "1937-2007 : SNCF, un anniversaire au goût amer"... Retour... d'actualité... sur les 70 ans de la Société nationale des chemins de fer français... Une histoire qui se fait au fil des régions... et un constat, dénoncé par beaucoup : de suppressions de lignes en transfert de budget, les critères de rentabilité financière prennent le pas sur le service public... Dans vos journaux, ce matin, on s'intéresse également à l'agriculture... Avec Ouest-France, qui s'interroge : "Quelle voie pour l'agriculture ?", alors que s'ouvre aujourd'hui à Rennes le Salon de l'élevage... où Nicolas Sarkozy doit venir faire son premier discours de politique agricole... Dans La Croix, confirmation... "Les agriculteurs attendent un grand débat national"... Et sur un autre thème, vous lirez, dans Les Echos, que "l'agriculture biologique est en quête de science"... Une centaine d'agronomes français tentent de répondre aux questions posées par la protection des plantes... Et puis plus trivial, dans Le Parisien... Rencontre avec un fournisseur d'alibis... Une agence qui propose des alibis pour petits mensonges conjugaux... L'idée vient de Belgique... Et une cinquantaine de clients, surtout des hommes mariés, ont déjà utilisé ses services pour s'offrir une escapade adultère sans risque d'être démasqués... Fausse invitation de mariage... fausse carte postale... faux coup de téléphone du bureau... faux programme de séminaire... et même fausse note de restaurant... Tout est possible...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.