C'est quoi, des racines ?... Eh bien, pour lui, c'est une foule en liesse, qui l'accueille et le suit, le sourire aux lèvres et l'admiration au fond des yeux... Zidane en Algérie... Un voyage privé, aux allures de visite de chef d'Etat... "Zinedine Zidane accueilli dans la bousculade", titre, à Alger, le quotidien El Watan... qui explique que la visite durera 5 jours, et qu'au cours de son séjour dans le pays natal de ses parents, Zidane inaugurera plusieurs projets qu'il a co-financés avec le ministère algérien de la Solidarité nationale... Mais au-delà de la joie des Algériens... qui fêtent celui qui est aussi leur héros national... la presse française, ce matin, s'interroge, sur le thème : "Zizou est-il récupéré ?"... Parce que, quand même... analyse Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... "le Président Bouteflika fait de Zidane la mascotte d'un pays en crise, où le chômage des moins de 30 ans atteint les 70%"... "Oui, c'est sûr : ça sent la récupération", confirme Pierre Taribo dans L'Est Républicain... "Mais en même temps, on ne peut pas contester la sincérité de Zizou... Alors il faut relativiser... C'est simplement la visite d'un fils de Kabyle qui redécouvre l'Algérie... Il doit simplement se montrer vigilant pour rester lui-même, sans être manipulé ou récupéré"... C'est aussi l'avis d'un autre Kabyle : l'écrivain Frédéric Musso, dans France-Soir... "Zinedine ne s'est jamais mêlé de politique... Pourquoi voudriez-vous qu'il le fasse aujourd'hui ?... Son retour au pays ne veut pas dire qu'il est pro-Bouteflika"... Alors ce retour au pays... Zinedine le fait avec son père et sa mère... Et dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, rencontre avec Smaïl Zidane... 68 ans... Il explique simplement... "Zinedine voulait voir son pays... Tout le monde est content de le voir ici... Depuis un mois, nous préparons le voyage, pour faire plaisir"... Zidane père, qui raconte son parcours... Enfant des montagnes de Kabylie, à 15 ans, il décide de partir chercher du travail en France... Nous sommes en 1953... Il arrive à Marseille, où il ne trouve pas de travail... poursuit vers Paris... Là, il va vivre dans un chantier de construction, situé sur le futur site du Stade de France... Sur cette Plaine-Saint-Denis en friches, il est ouvrier manoeuvre dans le bâtiment... Et puis la guerre d'Algérie éclate... Smaïl Zidane baisse la tête face aux attaques racistes... Et puis en 62, l'indépendance... et l'envie de rentrer en Algérie... Le journaliste du Parisien raconte alors ce retour vers Marseille pour traverser la Méditerranée... une dernière étape chez un oncle, pour dire au revoir... Et là, le regard de Malika... la demande en mariage, acceptée à une seule condition : que le jeune couple reste en France... Voilà comment Zizou, ses 4 frères et sa soeur sont Français... "Etre né quelque part, c'est toujours un hasard", dit la chanson... Du coup, pas sûr que le Zidane de demain puisse naître en France, ou venir y vivre... C'est L'Humanité qui s'insurge ce matin, en Une... "Sarkozy veut prendre en otages les immigrés"... Le prétendant UMP à l'Elysée entend faire de l'immigration un thème central de sa campagne... Et pour L'Huma, une chose est sûre : Le Pen peut se frotter les mains... Dans son éditorial, Jean-Paul Piérot constate que le ministre a annoncé fièrement ses exploits... 24.000 immigrés sans papiers chassés de France en 2006... auxquels il faut ajouter 22.000 personnes arrêtées dans les départements d'outre-mer... "Bravo, Monsieur Sarkozy !", ironise l'éditorialiste... "A la chasse aux pauvres, vous rentrez rarement bredouille... Mais il n'était pas nécessaire d'y consacrer une conférence de presse"... En même temps, c'est son point fort, au ministre de l'Intérieur... Alors logique, analyse Georges Latil dans La Provence... "Il veut faire de l'immigration l'un des thèmes majeurs du débat présidentiel... avec notamment cette proposition : la nomination d'un ministre à la tête de toutes les administrations responsables de ce dossier"... Et du coup, Jacques Guyon, dans La Charente Libre, s'interroge... "Si le bilan est si brillant, pourquoi faut-il une nouvelle rupture ?... Pourquoi un ministre es-immigration demain, dès lors qu'un ministre de l'Intérieur faisait parfaitement l'affaire ?... A moins, évidemment, que le bilan ne soit pas aussi reluisant"... Ce qui est sûr, c'est que le problème n'est pas que français... Et le durcissement des politiques d'immigration, l'Allemagne et le Royaume-Uni l'ont déjà mis en place... Et ces durcissements sont en fait des réponses à la montée du populisme dans presque tous les pays européens... Pierre Fréhel, dans Le Républicain Lorrain, explique que, du coup, "les gouvernements sont condamnés à mieux contrôler les flux migratoires, au nom de la défense de la démocratie... Et ça, eh bien, c'est un exercice d'équilibriste... Parce que, en plus, nos pays ont besoin d'attirer des travailleurs immigrés qualifiés, pour compenser une démographie défaillante"... L'immigration, thème de campagne en 2007... C'est une évidence pour Jean-Marie Le Pen... Le Front National a présenté hier les affiches qui vont fleurir sur les murs... Sur l'une d'elles, une jeune fille d'origine maghrébine... et le slogan : "Nationalité, assimilation, ascenseur social, laïcité : droite-gauche, ils ont tout cassé"... Bref, Le Pen surprend... C'est Le Parisien-Aujourd'hui en France qui le dit... Le journal passe en revue les premières affiches des candidats... Laguiller qui voit grand, avec 14.000 panneaux pris d'assaut pendant 15 jours... Avec également la première a ffiche de Ségolène Royal pour la Présidentielle... Le slogan, "Pour que ça change fort", a été imaginé par la candidate et son équipe rapprochée... C'est un premier matériel... le temps que la vraie campagne et le vrai slogan, qui n'est pas encore choisi, soient prêts... La campagne, on le sait, pour 2007, elle aura lieu également sur Internet... par blogs interposés... Et sur ce média-là, eh bien, l'UDF est la deuxième force politique... C'est à lire dans La Croix... L'UDF est très présente sur la Toile grâce à une galaxie de blogs actifs et interactifs... C'est le Réseau territoires et géographie de l'information qui a fait les comptes... 206 blogs UDF répertoriés... ce qui fait presque un blog politique sur cinq... Alors c'est moins bien que le PS... Mais c'est beaucoup mieux que l'UMP... Et l'une des raisons du succès, selon La Croix, c'est que les blogs UDF sont réactifs... Les élus réagissent à l'actualité sur un ton assez libre... Et cette blogosphère est plus ouverte que les autres à leurs rivaux politiques... Et puis, ici ou là, François Bayrou... qui a une pratique du Web paraît-il très naturelle... laisse des commentaires... Eh bien, il va peut-être pouvoir répondre à l'injonction du PS, le candidat de l'UDF... Dans Le Figaro, on peut lire que "les socialistes somment Bayrou de choisir entre la droite et la gauche"... "Bayrou, il fera 5% ou 15%"... C'est un cadre du PS qui formule ce pronostic... un quitte ou double qui est pris très au sérieux par les socialistes... Parce que, bien sûr, avec 15%, explique Le Figaro, Bayrou aura son mot à dire sur le second tour de la Présidentielle... Du coup, le député européen socialiste Bernard Poignant s'est fendu d'une lettre ouverte... avec cette question : "Oui ou non, comptez-vous appeler à voter Sarkozy ?"... Bernard Poignant qui a brossé l'argumentaire... "Sarkozy, c'est un ultra-libéral masqué... Pas vous, Monsieur Bayrou... C'est un admirateur du modèle anglo-saxon... Pas vous... C'est un communautariste déclaré... Pas vous"... La stratégie est assez claire pour Le Figaro... Le PS veut diviser la droite, et affaiblir l'UMP en instrumentalisant François Bayrou... Bref, tout faire pour marginaliser le candidat de l'UDF... mettre en avant sa stratégie solitaire... mais en aucun cas lui faire des propositions pour en faire un partenaire... En même temps, le PS n'a peut-être pas besoin de Bayrou, puisqu'il a "la petite mère du peuple"... "La petite mère du peuple", c'est la Une de Libération... Parce qu'un sondage LH2 pour Libé montre que 58% des ouvriers et des employés pensent leurs préoccupations mieux prises en compte par Ségolène Royal que par Nicolas Sarkozy... Bref, dans ce baromètre populaire, Royal retrouve la voix des plus modestes, analyse le journal... Et Jean-Michel Thénard explique pourquoi cette volonté d'un baromètre populaire... "Tout simplement parce que l'électorat ouvrier et employé est le plus versatile... Or, sans les classes populaires, la gauche boite... Royal, aujourd'hui, semble avoir renoué le lien... Son ton en rupture a séduit... Il lui reste maintenant à convaincre... Sa chance, c'est que le social, aujourd'hui, préoccupe davantage l'opinion que l'insécurité ou l'immigration... Parce que, sur ces deux derniers thèmes, le maire de Neuilly est plus crédible que la présidente de Poitou-Charentes"... Je suis sûre que vous vous dites que vous connaissez tout de Ségolène Royal... Alors c'est vrai qu'on a eu droit à sa jeunesse... sa vie de femme et mère... Sauf que les Anglais nous ont dégoté, ce matin, un épisode de sa vie qui, jusque-là, nous était inconnu... C'est à lire dans The Independent... Figurez-vous que celle qui deviendra peut-être la première Présidente de France... eh bien, a été jeune fille au pair à Dublin... Si ça, c'est pas du scoop !... "Elle avait 18 ans... Elle a été une très populaire jeune fille au pair à Dublin", raconte John Lichfield... Le journaliste anglais est très fier de sa trouvaille... Parce que, dans son autobiographie, Madame Royal n'a jamais mentionné son bref passage irlandais... Or lui, eh bien, il a retrouvé Graziella... Elle avait 8 ans en 1971, quand Ségolène Royal jouait avec elle... Et Graziella, elle raconte... "Nous avons eu beaucoup de jeunes filles au pair françaises... Mais honnêtement, on ne les aimait pas beaucoup... Elles ne s'intéressaient pas vraiment à nous... Il n'y a que Ségolène qui a pris le temps de jouer... Mon frère était passionné de papillons à cette époque-là... Et elle nous amenait à la campagne pour les chasser"... Ah... La chasse aux papillons... C'était avant la chasse aux éléphants...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.