8H30 la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par une poignée de main historique attendue aujourd’hui

Pas celle que les nouveaux ministres vont échanger dans la journée avec leurs malheureux prédécesseurs, mais celle de 2 chefs d’Eglise : le pape françois et le patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Kirill vont en effet aujourd’hui se donner l’accolade sur l’île de Cuba. Première rencontre depuis le schisme entre Eglises d’orient et d’occident depuis 1054 !

Guillaume Goubert dans la Croix veut y voir un message d’espoir, celle d’une fraternité à construire. « dans un monde où les haines se nourrissent d’une très longue histoire, ils vont montrer que l’on peut échanger malgré les blessures héritées du passé »

Le Figaro nous en dit un peu plus sur ce patriarche Kirill méconnu chez nous, mais surtout sur les arrières pensées diplomatiques d’une telle rencontre. Son correspondant à Moscou Pierre Avril, nous raconte que Kirill est un patriarche qui aime les montres de luxe, les yachts, les limousines avec gyrophare, assez loin donc de l’anti bling bling affiché par le pape François, et qui surtout prend plaisir à dévaler à ski les pentes de Sotchi avec Vladimir Poutine ». C’est cette proximité avec le président russe, héritage des liens incestueux qu’a toujours noué l’Eglise russe avec l’état russe, qui permet aux analystes de considérer qu’aujourd’hui à Cuba, Kirill sera avant tout un messager de Poutine. Et que le dossier syrien servira de toile de fond à cette rencontre, au moment même où la Russie est en train d’inverser la donne sur le terrain militaire en Syrie et notamment à Alep. Pour Jean Marie Guénois, cette rencontre est une forme de reconnaissance, de fait par l’Eglise Catholique du leadership joué par la Russie et de son rôle pour la défense des chrétiens en Terre sainte…Soutien tacite jusque là, exprimé aujourd’hui de façon spectaculaire par cette poignée de main. Conclusion de Génois : « la Russie en tirera un bénéfice d’image confortant son grand retour diplomatique »

« Historique », ce n’est pas le mot qui revient le plus souvent pour qualifier le remaniement gouvernemental opéré hier par François Hollande…

« Monsieur Bricolage » pour Aujourd’hui en France/le Parisien, « dernier replâtrage » pour le Figaro, on est un peu dans le bâtiment emmanuelle Cosse, Le Figaro qui parle carrément de Titanic ou de « meccano très IVème république » de la part de François Hollande , le Figaro qui nous apprend également que Fleur Pellerin a fondu en sanglot quand elle a appris très tardivement son éviction, quelques minutes en réalité avant l’annonce du gouvernement sur twitter,

«Un remaniement qui fait flop » pour L’humanité, un des rares à souligner que « mettre les droits des femmes avec la famille et l’enfance, c’est un peu bof » , bon, au moins, tout le monde est à sa place…Jeux de mots sur « les Derniers Verts pour la route » dans Libération, qui souligne qu’avec votre arrivée Emmanuelle Cosse le président est parvenu à fracturer le camp des écologistes mais sans dissuader a priori cécile Duflot d’être candidate, « il s’agit d’un gouvernement destiné à préparer la campagne de François Hollande » résume Bruno Dive dans Sud Ouest, « François Hollande n’arrive plus à avancer, le souffle court » note Cécile Cornudet dans les Echos, bref n’en jetez plus, c’est le scepticisme qui domine dans la presse ce matin. Dans toute la presse? non, un journal résiste au doute ambiant : La Dépêche du midi. Edito à la Une, « la nouvelle équipe désignée hier répond clairement à 2 exigences, apporter une meilleure cohérence gouvernementale et façonner une équipe de combat. Par son ampleur et son habile dosage politique, le nouveau gouvernement constitue un pari raisonnable sur l’avenir. Nous pourrions dire que François Hollande réussit la meilleur synthèse à gauche possible ». Et d’ailleurs ils le disent à la dépêche du midi. La dépêche du midi dont le site Challenges nous rappelle opportunément qu’elle est détenue par un certain Jean Michel Baylet, patron des radicaux de gauche, 0,64% à la primaire en 2011, nouveau ministre de l’aménagement du territoire et donc heureux propriétaire d’un consortium de presse…qui trouve ce nouveau gouvernement formidable

Des sortants, des entrants, et des dossiers à traiter pour ce nouveau gouvernement

Notre Dame des landes d’abord. Pas de marchandage a affirmé François Hollande hier, sauf que son annonce d’un référendum local sur le sujet coincide pile poil avec votre arrivée. Question dans Ouest France : « référendum, la fausse bonne idée ? point d’interrogation » Le quotidien breton explique que sur le terrain, c’est surtout la perplexité qui règne. D’abord, les promoteurs du projet continuent de dire que tout a été fait dans les règles, donc pourquoi renoncer. Mais surtout quelle sera la question posée ? et qui sera appelé à y répondre ? les partisans du Non sont peut être majoritaires en loire atlantique, peut être, écrit le journaliste, mais plus on s’éloigne des futures pistes de l’aéroport régional, plus les citoyens pourraient être nombreux à être favorables au projet. Alors votera t on à Rennes par exemple ? enfin, « si à court terme, la consultation peut apparaitre comme une sortie par le haut de l’ornière, quelle jurisprudence pour la suite, comment les élus pourront ils porter des projets à l’avenir ?

Deuxième dossier, la déchéance de nationalité. Hier soir, François Hollande a affirmé qu’il ne souhaitait pas que la navette entre le sénat et l’assemblée nationale ne dure trop longtemps sur ce texte…à la question, irez vous jusqu’au bout ? réponse, « si les parlementaires suivent ». Ce qui signifie ? Nous sommes restés un peu sur notre faim, mais la réponse arrive ce matin avec le patron de la droite sénatoriale au sénat, Bruno retailleau qui affirme haut et fort dans le Figaro : « oui à la déchéance, non à l’apatridie », bref le sénat va réécrire le texte pour revenir à la formulation initiale sur les bi nationaux. Retour à la case départ. Et donc à une éventuelle navette parlementaire que le président a exclus. Fin du feuilleton annoncée donc hier en catimini

Le dernier dossier vous concerne Emmanuelle Cosse, le logement. Le journal L’Opinion vous donne un conseil : surtout ne faites rien vous dit il. « les déboires sous cécile duflot ont coûté à la France près d’un demi point de PIB en 2013 et 2014 accuse le journal, heureusement Sylvia Pinel a corrigé tout ça. Mais votre nomination suscite l’inquiétude des professionnels de l’immobilier parait il…surtout quand ils relisent vos propositions faites lors des régionales pour l’ile de France, « mettre fin à la bétonisation des terres agricoles et planter un millier d’arbres supplémentaires »…alors qu’il faut relancer le bâtiment, ils n’ont pas l’air de trouver ça raisonnable. Pour durer dans le logement « durable », ne faites rien !

On termine Hélène par ce qui marquera plus durablement la journée d’hier

La confirmation de l’existence des ondes gravitationnelles, annoncée donc hier, ça restera peut être plus dans les annales que le Valls 3. Tous vos journaux y reviennent tant cette découverte crée un nouveau champ d’observation et de compréhension de l’univers. Je vous recommande la lecture du site The Conversation…votre invité Christophe Galfard vous parlait tout à l’heure d’une boule de pétanque jetée dans l’eau pour comprendre ces ondes, The conversation utilise lui l’image du trampoline pour nous expliquer cette notion d’espace-temps. Croyez moi, c’est presque limpide quand on lit l’explication https://theconversation.com/les-ondes-gravitationnelles-quest-ce-que-cest-54487

Et puis je termine pour vous dire que le prix Albert Londres 2014, Philippe Pujol, journaliste à la Marseillaise et la Provence , sort un livre-somme sur 10 ans d’investigation dans les quartiers de Marseille, Ca s’appelle la Fabrique du monstre. Entretien avec l’auteur à retrouver dans Politis, qui raconte ce lumpenprolétariat constitué par ces petits délinquants des quartiers de la ville, qui jouent les cadors mais qui sont abandonnés de tous. Un livre salué par Cinthia Fleury dans l’Humanité, qui y voit « l’immense regret d’un homme qui voit dépérir celle qu’il aime tant », Marseille

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.