Ainsi donc, il y réfléchit... Ben oui, forcément... C'est ce mot, dans la bouche du Président de la République, qui retient l'attention ce matin... "Chirac réfléchit", titre Le Républicain Lorrain... Confirmation en Une du Figaro : "Présidentielle : Chirac réfléchit à un troisième mandat"... Et cette réflexion du Président... Eh bien, les éditorialistes la taclent... et c'est plutôt sévère... Dans Le Figaro, Alexis Brézet écrit que "bien sûr, on n'attendait pas de Jacques Chirac qu'à l'instar de François Mitterrand, il sonne le glas du règne et en appelle aux forces de l'esprit... On ne pensait pas non plus qu'il emprunterait les mots d'un Chateaubriand... "Les scènes de demain ne me regardent plus... Elles appellent d'autres peintres : à vous Messieurs"... Chateaubriand pour transmettre le flambeau... Non, la nostalgie, ce n'est pas son genre, à Jacques Chirac... L'effacement, ce n'est pas son style... Mais quand même, poursuit Brézet... On aurait pu imaginer quelque allusion au fait que le président de l'UMP n'est pas tout à fait illégitime... que son programme n'est pas absolument dépourvu de sens... On aurait même pu envisager, un court instant, qu'il souhaite la victoire, sinon d'un camp, du moins de ses idées... Au lieu de cela, qu'a-t-on entendu ?... Eh bien, la perspective d'une nouvelle candidature, dont tout indique... l'âge de l'intéressé, les sondages d'opinion, l'exode de ses collaborateurs, le ralliement de ses amis au président de l'UMP... une candidature dont tout indique donc qu'elle relève du trompe-l'oeil"... Oui, faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages... Et surtout, écrit Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré, "faudrait pas prendre les journalistes pour des imbéciles... En même temps, concède l'éditorialiste... Chirac est un extraordinaire animal politique... Il tente de faire croire qu'il pourrait être candidat, à une France persuadée qu'il ne le sera pas... et qui pourtant, tout à coup, se met à douter, et en parle... la preuve"... Bon, on en parle, on en parle... En France simplement... Parce que dans le reste de l'Europe, les journaux ignorent les voeux du Président français, et sa réflexion... Enfin si, quand même... Les Anglais en disent deux mots... Le Daily Telegraph s'amuse d'un "Chirac pourrait encore faire la course"... Et The Independent constate : "La droite française dans l'agitation, alors que Chirac menace de défier Sarkozy"... Chirac-Sarkozy... C'est un jeu de cache-cache... C'est l'analyse de Jacques Guyon, dans La Charente Libre... Il constate : "Hier, Jacques Chirac n'a, à aucun moment, cité le nom de son ministre de l'Intérieur... tout comme ce dernier a évité de prononcer celui du chef de l'Etat... Alors tout de même... Jacques Chirac a reconnu que la messe est dite, quand il s'est félicité de voir l'UMP se mettre en ordre de marche"... L'UMP en ordre de marche... Ce sera donc pour ce week-end... Le sacre de Nicolas Sarkozy est promis pour dimanche par tous vos journaux... Et du coup, pas mal de portraits, ce matin encore, du président de l'UMP... La palme revient au Parisien-Aujourd'hui en France... 10 pages spéciales... "La vraie nature de Nicolas", titre le quotidien... Et alors là, pas de doute : vous saurez tout... tout sur le mystère hongrois... la vérité sur son enfance... les femmes de sa vie... son jeu avec les médias... son véritable bilan... ses handicaps... Dans Libération... Nicolas Sarkozy, c'est "le candidat qui met ses pas dans ceux de son mentor"... un mentor qui n'est autre que Jacques Chirac... Et pour preuve que Sarkozy pastiche la méthode Chirac : le hall 1 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, où Sarkozy sera sacré dimanche... "Eh oui, explique Libé : c'est là que Jacques Chirac a fondé le RPR et en a été élu président en 76"... C'est là aussi que Chirac avait engagé sa propre campagne en 95, rappelle de son côté Les Echos, pour qui Sarkozy, c'est "le clone rebelle de Chirac"... "Cette analyse, en revanche, n'est pas partagée par la gauche, confie le quotidien économique... Pour François Hollande, Sarkozy, c'est la pensée de Giscard, la méthode de Chirac, la philosophie de Balladur"... Un portrait qui pourrait donc bien rassembler dimanche... La Croix annonce 50.000 personnes Porte de Versailles pour ce congrès de l'UMP... Et selon le quotidien : "Attention !... Le plébiscite est à double tranchant"... Dans le journal, c'est le politologue Dominique Reynié qui analyse "la dictature participative de l'UMP"... "Parce que, en décidant de faire voter les militants, le patron du parti s'est montré démocrate... Mais en oeuvrant depuis des mois pour être le seul candidat, et en organisant le vote massif de dimanche, il l'est moins"... En illustration dans La Croix, un dessin de Deligne... une tribune siglée UMP... Tous les participants sont des Nicolas Sarkozy... Au centre, le vrai, celui qui a le micro, explique... "Pour gagner, nous devons tous nous ressembler... euh... je veux dire... nous rassembler"... Et pendant ce temps-là, à gauche... Eh bien... "Le PS précise ses intentions sur les impôts"... ce qui se résume ainsi, sous ce titre de La Tribune : "Les impôts de 200.000 contribuables parmi les plus aisés vont augmenter si la gauche l'emporte en mai"... Pour Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Hollande veut faire payer 2.000 euros de plus aux riches... riches entre guillemets"... Oui, "Hollande se fait contrôleur des impôts", ironise Libération... dont les journalistes se demandent si Ségolène Royal et François Hollande auraient abandonné l'idée de faire une déclaration commune en matière d'impôts... Parce que, constate le journal... "c'est le malaise dans l'équipe de campagne de Ségolène Royal, après les interventions du Premier secrétaire du PS sur la fiscalité"... Alors, ce n'est pas nouveau : il l'avait déjà dit en décembre... Mais bon, là, il récidive, reprend Libé... Et l'un des responsables socialistes concède que c'est un peu bizarre... Dire qu'on va augmenter les impôts, ce n'est pas la meilleure entrée en matière pour une campagne électorale... Alors est-ce que cette récidive, ça ne veut pas simplement dire : "Je vous emmerde, et je dis ce que j'ai envie de dire"... Et puisque l'on parle impôts... Ce droit de réponse... Le 29 novembre dernier, toute la presse, ou presque, publiait une étude sur l'évolution, ces dix dernières années, de la taxe foncière... un classement ville par ville... Châlons-en-Champagne faisait figure de bon dernier, avec plus de 77% d'augmentation... Un chiffre erroné... dû à un cas particulier, sur lequel l'Union nationale de la propriété immobilière, responsable de l'étude, est passée un peu vite... Du coup, le maire de Châlons-en-Champagne n'est pas content... Il le fait savoir... et nous fait préciser que l'augmentation de la fiscalité chez lui, ces dix dernières années, c'est un peu moins de 31%... Donc moins que la moyenne nationale... On prend acte... Allez... Revenons à nos moutons... sur cette notion de riches, entre guillemets... "Qui est riche ?... Qui est pauvre ?"... Alternatives Economiques se penche sur la question, et fait le tour des informations disponibles sur les revenus des Français... A partir de quels revenus doit-on être considéré comme riche, membre de la classe moyenne ou pauvre ?... Tout est bien sûr affaire de repères... Un repère comme un autre... celui du revenu disponible par mois pour une personne seule... où l'on note que 90% de la population dispose de moins de 2.147 euros... Alors en même temps, explique le mensuel... c'est le brouillard sur les revenus... Les données disponibles sont incomplètes... Et même s'il y a eu des progrès récents, l'absence de chiffres fiables sur les revenus ne permet pas de dresser une vraie carte de France... Une chose reste sûre, constate sérieusement Alternatives Economiques : "Mieux vaut être propriétaire et à temps plein que le contraire"... Et c'est pas Daniel qui dira le contraire... Dans Libération, "la Présidentielle vue de Poix-de-Picardie"... un village de la Somme... Parce que, tous les vendredi, le quotidien ira voir comment la campagne est vécue dans ce que l'on nomme "la France profonde"... Alors, à Poix-de-Picardie, l'envoyé spécial de Libération a donc croisé Daniel... 58 ans... ancien maçon... ancien directeur des achats... ancien RMIste aussi... En 2002, il a voté Le Pen au premier tour... Chirac au second... Et là, il s'attend à une révolution, comme en 68... "Parce que la France, dit-il, c'est des gens comme lui... des gens qui sont préoccupés par les écoles qui ferment, la crise du logement, les villages qui meurent et les délocalisations"... Et au café du village, Daniel et ses copains parlent du CPE, de l'exil fiscal de Johnny... Il y a le buraliste, qui ne décolère pas contre la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics... Il boycottera les élections... Il y a aussi le fils de Daniel : Sylvain, 32 ans... "Les politiques, dit-il, je ne les écoute plus... C'est leur sport, de faire des promesses"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.