Bonjour... Prendre l'air, s'échapper... C'est une tentation de saison... Chez beaucoup de socialistes, c'est déjà fait... En témoigne le dessin de Philippe Delestre, dans L'Est Républicain... où Jack Lang, en coureur du Tour de France, les mains en haut du guidon, distance un François Hollande transpirant, qui lui crie : "On avait dit "pas d'échappées"... Prendre l'air, s'échapper... "Ségolène prend le large"... C'est le titre de Paris Match... Ségolène est en maillot de bain, sur une plage d'Ajaccio... La dirigeante socialiste va porter plainte contre ce qu'elle appelle "un harcèlement photographique"... Mais finalement, c'est bien Jack Lang qui monopolise l'attention, après sa lettre de démission des instances dirigeantes du Parti Socialiste... L'ancien ministre de la Culture a choisi Libération pour s'expliquer sur sa décision... "Le climat humain s'est détérioré au PS, dit Jack Lang... Aujourd'hui, je ne me sens pas heureux dans cette maison... Je n'accepte pas le caporalisme"... "Nous avons connu une grave défaite, poursuit-il... Pas un mot d'autocritique ni d'analyse... Au lieu de cela, on jette l'anathème, on pratique l'excommunication... La liste est longue, de Fabius à Strauss-Kahn, de Kouchner à moi-même, des personnalités à qui on a coupé les ailes"... Et Jack Lang se justifie... "S'agit-il d'entrer au gouvernement ?... Evidemment pas... S'agit-il de renoncer à ses convictions ?... Je suis plus opposant que jamais... Il s'agit d'une mission pluraliste sur la rénovation des institutions... C'est l'un des combats de ma vie... Et, ajoute encore le député du Pas-de-Calais, le tam-tam orchestré autour d'une participation non encore acceptée à une commission transparente est surréaliste... Le PS se fait du mal à lui-même... Il s'autodétruit, alors qu'il faudrait positiver"... Et Jack Lang conclut par ce cri : "Vive la liberté !... Vive la vie !"... Et sur la page opposée du même journal, cet éditorial de Renaud Dély : "Les mâchoires de l'ouverture sarkozyenne se referment sur la gauche... La direction du PS affiche un visage sectaire et craintif, peu rassurant quant à sa capacité à se retrouver vite en phase avec les préoccupations des Français... La trahison réelle d'un Eric Besson n'a pas grand-chose à voir avec les choix, contestables, de Jack Lang ou d'Hubert Védrine d'intégrer des commissions de réflexion transpartisanes"... Et l'éditorialiste de Libération poursuit... "Quand, au refrain de l'ouverture seriné par l'Elysée, l'écho socialiste ne renvoie que les termes de suspension ou d'exclusion, on peut s'inquiéter sur la durée du séjour dans l'opposition qui attend la gauche... A voir la façon dont les Français la plébiscitent, les socialistes feraient mieux de s'inspirer de la méthode Sarkozy"... Renaud Dély fait allusion au sondage LH2 pour Libé, selon lequel 2 Français sur 3 ont une opinion positive du chef de l'Etat... +10 points en 2 mois... Et Nicolas Sarkozy séduit désormais largement à gauche : 43% des électeurs de gauche expriment une opinion positive du chef de l'Etat... Ils ne sont plus que 20% à avoir une opinion très négative du Président... Alors évidemment, la grande majorité des éditorialistes s'en donnent à coeur joie... C'est "la farce du jour le plus Lang", ose Francis Brochet, dans Le Progrès... "Le renard Sarkozy qui sème encore un peu plus la pagaille dans le poulailler socialiste", comme le dit Sébastien Lacroix dans L'Union... L'image safari est également beaucoup utilisée... "Dans la savane en folie, écrit Didier Louis dans Le Courrier Picard, les éléphants hallucinent, les éléphanteaux se désespèrent... Le général Hollande n'a de cesse d'exclure, de suspendre"... L'image de la chasse reprise par Le Républicain Lorrain, sous la plume de Philippe Waucampt... "Sport de saison chaude, l'ouverture sarkozyenne ne correspond pas aux dates de la chasse traditionnelle... C'est en soi assez normal, car après avoir commencé par le petit gibier, le chef de l'Etat s'attaque à des trophées, apparentant sa pratique au safari africain"... "Deux éléphants en deux jours !", s'exclame Daniel Ruiz dans La Montagne... "La razzia de Nicolas Sarkozy sur le PS devient impressionnante"... Car Jack Lang n'est pas un éléphant ordinaire... Pierre Taribo l'épingle, dans L'Est Républicain : "Populaire, narcissique, cet homme, qui n'a qu'une seule boussole : le fabuleux destin de Jack Lang, est un expert lorsqu'il s'agit de se mettre dans le sens du vent... S'il a choisi de rompre les amarres, dit Pierre Taribo, c'est autant pour saisir un hochet tendu par le pouvoir que pour revenir dans la lumière"... Eh oui, "Jack Lang marche à l'enthousiasme", dit Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi... "Longtemps, l'objet de sa flamme fut François Mitterrand... Son grand homme ayant disparu, celui qui reste à jamais LE ministre de la Culture de la France a dû chercher d'autres raisons de s'enthousiasmer"... "Des Jack Lang, il n'y en a qu'un", reconnaît Sébastien Lacroix dans L'Union... "Figure emblématique de la gauche, inventeur de la Fête de la Musique, héraut de toutes les minorités branchées, ministre de la Culture à vie, perpétuel candidat à l'Elysée, ou à plus, socialiste flamboyant... il a fait culminer la langue de bois à des altitudes inégalées... Quoi qu'il fasse, il volette invariablement dans les couches supérieures de la popularité... Donc, en cédant aux sirènes de la droite, il ne risque absolument rien... Il peut même se permettre de claquer la porte de la direction du PS et d'envoyer promener le Premier secrétaire"... Et Pierre Taribo de reprendre... "Au lieu de crier haro sur l'éternel ministre de la Culture, les socialistes feraient mieux de se demander pourquoi ils sont si nombreux à virer de bord"... Et c'est Marc Chevanche qui, reprenant le dessin de Delestre hier, écrit dans Nice Matin que "le Parti Socialiste est comme ce canard à qui on a coupé la tête : il continue de marcher... Mais ce serait trop dire qu'il sait où il va"... Mais attention, comme le notent plusieurs éditorialistes, tels Dominique Garraud dans La Charente Libre, "Nicolas Sarkozy administre un électrochoc qui peut, paradoxalement, se révéler utile aux socialistes... à condition que François Hollande et ses amis initient sans tarder une révolution interne qui n'a que trop tardé"... Et Michel Lépinay, dans Paris-Normandie, ironise... "On doit convenir qu'aujourd'hui, plusieurs obstacles de taille à cette rénovation ont été levés grâce à Sarkozy... Fabius ayant lui aussi pris ses distances, la place est nette à la tête d'un PS qui n'a plus vraiment d'excuses pour ne pas se rénover... Place aux jeunes, en quelque sorte... et à Ségolène Royal, qui, selon Michel Lépinay, pourrait bénéficier indirectement de cet esprit d'ouverture de Sarkozy"... François Martin est de cet avis, dans Le Midi Libre... "Seule Ségolène Royal doit sourire en se frottant les mains... Sarkozy fait le ménage... C'est bien... Elle n'aura plus qu'à passer le dernier coup de balai... ou de Kärcher"... Allez tiens... Puisqu'on approche du 14 juillet, deux à-côté intéressants... La Légion d'Honneur, une rosette à faire pâlir d'envie... Son histoire nous est contée par Anne Fulda, dans Le Figaro... Elle est toujours aussi prisée... Pour l'arborer, certains en sont prêts à remuer ciel et terre, et faire pression sur les bonnes personnes, activer les bons relais... Beaucoup de Nivernais, sous Mitterrand... beaucoup de Corréziens, sous Chirac... On verra pour Sarkozy... Car le must est évidemment d'être épinglé par le Président de la République, qui est lui-même le Grand Maître de l'Ordre... L'autre à-côté, c'est celui de la tribune du défilé du 14 Juillet, en bas des Champs-Elysées... Depuis 18 ans, nous dit Elisabeth Chavelet dans Paris-Match, c'est toujours la même architecte, qui chouchoute et peaufine la tribune présidentielle... Elle a été choisie en 1990 comme maître d'ouvrage par François Mitterrand... Et depuis, chaque année, son contrat est renouvelé... Trois Présidents mais toujours la même tribune, une toiture bleu-blanc-rouge en toile, fixée sur une lourde structure métallique, qui doit loger plus de 1.500 personnes... Or, il faut placer tout ce beau monde selon des règles précises... Les invités des tribunes latérales sont assis sur des chaises Napoléon III de location, en bois peint... Le Président et son Premier ministre sont assis sur des fauteuils en cuir, avec accoudoirs... L'accoudoir, autrement dit le fauteuil, c'est un privilège... Et cette année, il paraît que Sarkozy veut du changement... On verra donc qui bénéficiera des accoudoirs... Suspense, suspense... Peut-être Rachida Dati, la ministre de la Justice, "icône et dame de fer"... Lisez le portrait qu'en dresse d'elle Le Nouvel Observateur... Et pour terminer, un magazine qui pourrait décontenancer tous ceux qui tapent allègrement sur la voiture... Ce magazine s'appelle Auto Bio... Il en est à son numéro 3... Et il parle de tous les efforts des constructeurs pour que l'automobile se mette au vert... Voiture hybride, y compris pour La Poste... l'essai de la Honda à hydrogène... mais aussi un dossier choc sur le diesel : "Et si on nous trompait ?"... Des études européennes et américaines mettent en cause les particules émises par ces moteurs... Et il y a même un article sur les vélos électriques... Dans un magazine auto, ça décoiffe !...

Denis ASTAGNEAU

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.