(Patrick Cohen) A cheval et en soucoupe volante

(Bruno Duvic) François Hollande avait décollé au Bourget, Nicolas Sarkozy a-t-il fait de même hier, depuis l'espèce de soucoupe volante qui servait d'estrade à Villepinte.

Il a lancé sa campagne pour La Dépêche duMidi

« Relancé la campagne », carrément pour Le Parisien

« Il contre attaque sur le front européen », à la Une du Progrès .

L'Europe, voilà le sujet que les éditorialistes retiennent de ce discours d'une heure devant au moins 50.000 personnes.

Et pour Henri Gibier dans Les Echos , "c'est la première fois qu'il a réussi à développer une argumentation aussi convaincante pour justifier (...) un second quinquennat, (..) l'Europe"

"Réconcilier l'ensemble des Français avec l'Europe, (…) une Europe préservée pour qu'elle soit plus forte", paraphrase Yves Thréard dans Le Figaro .

Voilà qui "a changé la dimension de sa candidature" selon Bertrand Meinnel dans Le Courrier Picard

Villepinte, "démonstration de force réussie", confirme Jacques Camus dans La République du Centre même s'il a "manqué un peu de cette spontanéité qui avait enflammé l'auditoire" lors du grand meeting de campagne de 2007, celui de Versailles.

« Sarkozy veut en finir avec l’Europe passoire », titre Le Figaro .

Voici donc le candidat de l'ultimatum, comme l'appelle le Huffingtonpost .

Double ultimatum à l'Europe : renforcement de Schengen pour lutter contre l'immigration clandestine, faute de quoi la chaise de la France pourrait être vide quelque temps

Et une loi sur "achetez européen" "buy européen act" pour lutter contre la concurrence déloyale.

C'est plutôt habile, reconnait Antoine Guiral dans Libération : « il tend la main à la France du Non, il réactive la thématique du président protecteur, il met les pieds sur le terrain de la gauche version démondIalisation, il donne des gages à l'électorat de droite, FN compris. »

Habile, ce double ultimatum ? Pas si sûr, selon la presse.

La critique tient en quatre points.

  • D'abord, écrit Daniel Ruiz dans La Montagne "Les coups d'autorité (dans ce discours de Villepinte) ne sont guère compatibles avec la défense de l'Europe politique affirmée quelques phrases avant"

  • Ensuite, dixit Pierre Fréhel, Le Républicain Lorrain , "les accords de Shengen et ce "buy européan act" sont du charabia pour les Français empêtrés dans des problèmes quotidiens plus concrets »

  • 3ème point : remettre en cause les accords de Schengen, c'est fournir des billes à François Hollande qui veut lui aussi renégocier un texte européen. Il était "qualifié d'irresponsable il y a peu » se souvient Jean-Michel Helvig dans La République des Pyrénée s.

  • enfin, est-ce que c'est crédible ? Réponse en titre dans Libération "Aux yeux de Bruxelles, c'est une gesticulation électoraliste"; « Populisme version européene » ajoute Mediapart

« Le peuple contre l'Europe ? » c'est le titre de l'analyse de Guillaume Tabard dans Les Echos . C'est "cohérent, écrit-il avec une campagne toute entière destinée à récupérer l'électorat populaire"

Autres échos de campagne dans la presse ?

François Hollande veut supprimer le mot race de la constitution. C'est bien, mais cela n'ira pas au delà du symbole explique La Croix . Car, même s'il disparait du texte, la France est liée par exemple à la Déclaration universelle des droits de l'homme dans lequel figure le mot de race. Il figure également dans les lois anti racistes comme la loi Gayssot.

L'Humanité squattée par une bande de jeunes. Ce sont eux qui font le journal ce matin. Apparemment, ils n'ont pas été recrutés chez les jeunes pop de l'UMP. Extrait de l'édito : "Nous avons collectivement assumé une position progressiste aux antipodes de l'actuel président candidat et de cette France trop "bling bling", trop au service de la bourgeoisie et de la finance, trop impopulaire, antisyndicale et autoritaire »

Le mauvais esprit de Daniel Scheidermann dans Libération . Il a remarqué que Le Nouvel Observateur était assez froid face au 75% d'impôt au delà du million d'Euros de revenus proposés par François Hollande. Et Scheidermann a ouvert un autre hebdomadaire, Le Point , dans lequel Claude Perdriel, propriétaire de l’Obs , juge cette proposition pire que du Mélenchon. Y-aurait-il un lien entre les deux ? « On moque souvent les éditos de Dassault dans le Figaro ajoute Scheidermann. Dassault, au moins, écrit sous son nom et dans on propre journal. »

Et puis collection printemps 2012, le plus fashion, c'est François Bayrou. Le Parisien consacre une page aux objets et vêtements de la campagne. Le chantre du "produit en France" a fait bien attention à commander les tee-shirts de ses militants en Bretagne, chez Armor Lux. Et presque tout le monde a suivi. Sinon, vous pouvez vous offrir des écharpes Modem tricotées dans le Tarn, un parasol Parti socialiste fabriqué en Hollande, - ça ne s'invente pas- ou des préservatifs Eva Jolly.

Quoi d'autre dans la presse ?

Dans Le Parisien , l'histoire du pompiste-proxénète qui tenait une station sur Hollywood Boulevard et qui a couché avec des dizaines de stars. Les parties à 3 de Cary Grant, l'appétit sexuel vorace d'Edith Piaf, les 150 amantes de Katharine Hepburn... Il raconte tout - de manière totalement désintéressé bien sûr… - dans un livre.

Et puis les amateurs de BD ne manqueront pas Libération aujourd'hui. Très bel hommage à Moebius, disparu samedi et qui fait la Une avec ce titre "La bande décimée" sur un portrait de l'artiste réalisé par Enki Bilal. L'influence de Jean Giraud, alias Moebius - influence dans le dessin, mais aussi le cinéma - Bayon, la résume de cette manière dans Libé. "Il relie d'un trait le western classique et l'espace hurlant d'Alien". C'était un "semeur de civilisation graphique", un "neurotransmetteur", "de la ligne claire Spirou-Tintin aux mangas filmés". Il aurait pu dire des chevaux du far-West aux soucoupes volantes.

Ultime hommage, Libération consacre son célèbre portrait de dernière page à un personnage de Jean Giraud, le lieutenant Blueberry, entré dans la légende de l'Ouest. Entretien imaginaire. « C'est quoi la différence entre vous et Lucky Luke ?

  • Moi je n'ai pas arrêté de fumer. »

    A demain !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.