Des explosions, du sang, des crimes : c'est le genre de chose qui marche toujours au cinéma... Si vous ajoutez à cela quelques grammes bien pesés de folie romantique, normalement ça marche encore mieux... Et si, de surcroît, c'est une histoire vraie, et une histoire qui a marqué profondément le pays, là c'est le succès assuré, avec lancement d'un grand débat au niveau national... C'est ce qu'a connu l'Italie, il y a 5 ans, quand est sorti le film "Nos meilleures années", qui raconte les Années de Plomb... C'est ce qu'a connu la France (dans une moindre mesure, certes, mais tout de même) quand, il y a quelques semaines, est sorti le premier volet du "Mesrine" de Jean-François Richet... Et c'est ce que connaît en ce moment l'Allemagne, depuis la sortie, en septembre, de "La Bande à Baader"... "Baader hante encore l'Allemagne", titre ainsi le journal Le Monde... "Les Allemands confrontés aux démons du terrorisme politique", note, pour sa part, Olivier Delcroix dans Le Figaro... qui évoque "une fresque sanglante, qui dissèque avec efficacité la naissance, la montée en puissance et la fin pathétique de cette Fraction Armée Rouge qui terrorisa le pays dans les années 70"... Hubert Lizé, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, évoque, lui, "le rythme effréné et l'efficacité d'un grand film d'action"... D'autres critiques sont toutefois plus réservées... Ainsi Jacques Morice, dans Télérama, pour qui "cette super-production élude les questions gênantes"... Pour lui, c'est donc "la débandade à Baader"... Quant à Didier Péron, dans Libération, il juge "qu'un grand documentaire aurait été autrement plus utile à l'intelligence de la période"... Il y a donc débat, même en France, où le film sort aujourd'hui, au lendemain de la mise en garde à vue de 10 personnes appartenant, nous dit-on, à un mouvement d'ultra-gauche... Des gardes à vue dans le cadre de l'enquête sur les sabotages du réseau TGV... Toute la presse revient évidemment, ce matin, sur ces arrestations... "Terminus pour les saboteurs", annonce ainsi Le Bien Public... "L'ultra-gauche accusée", titre L'Alsace... Tandis que Libération lance à sa Une que "l'ultra-gauche déraille"... L'ultra-gauche, une mouvance que tente, ce matin, de vous expliquer la plupart de vos journaux... Notamment Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui s'interroge sur la personnalité du leader du groupe... "Un homme de 34 ans, au physique passe-partout, issu d'un milieu bourgeois parisien, et titulaire d'un doctorat au sein de la prestigieuse Ecole des hautes études en sciences sociales... Mais alors, qui est-il ?, se demande le journal... Est-ce un gourou charismatique ?... Est-ce un intellectuel en mal de reconnaissance ?... ou bien un véritable agitateur, capable d'atteintes aux intérêts de l'Etat ?"... Réponse de Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées... "Comme Andreas Baader, cet homme est juste un fou... En l'occurrence, un fou à la tête d'une bande de pieds-nickelés dangereux"... Dangereux parce que les sabotages auraient pu faire des victimes... Et l'éditorialiste de se féliciter, dans le même temps, de la célérité avec laquelle l'enquête a été menée... Célérité qu'applaudit d'ailleurs, ce matin, une partie de la presse... Ainsi Sud-Ouest et Le Courrier Picard, qui titrent l'un et l'autre sur "une enquête à très grande vitesse"... "Une enquête à très grande vitesse" : c'est le titre également de l'édito de Jacques Camus, dans La République du Centre... Mais lui, ça l'intrigue... "Sans vouloir jouer les rabat-joie, dit-il, il y a quelque chose d'un peu suspect... Tout le monde est presque trop content... Le gouvernement est content de ses fins limiers... Le patron de la SNCF est content pour les usagers... Les syndicats de cheminots sont contents pour leurs camarades lavés de tout soupçon... Bref, tout irait pour le mieux si l'on était vraiment sûr : sûr que les personnes arrêtées sont bien les seules coupables... Et puis, poursuit Camus, il paraît que les policiers filaient le train des saboteurs présumés depuis plusieurs mois... Pourquoi alors n'avoir pas tiré la sonnette d'alarme avant leurs exactions ?... Bizarre..." Anne Lauvergeon, on ne doit pas s'inquiéter pour nos sites nucléaires ?... Ils sont bien protégés ? (...) En tout cas, ce matin, encore beaucoup de questions autour de ces "ultras du rail", ainsi que les qualifie La Dépêche du Midi... "Des anarchistes qui ne se reconnaissent évidemment pas dans les actuels partis de gauche", comme le déplore Yann Marec dans Le Midi Libre... "Ils ne se reconnaissent ni dans le PC, qui attend une fois l'an la Fête de l'Huma pour faire un 20 heures... ni dans la LCR, qui s'interdit de prendre les manettes... ni bien sûr dans le PS, aujourd'hui inaudible"... Conclusion de mon confrère : "Vivement que le PS redevienne audible"... Le PS... le Parti Socialiste qui, ce matin encore, continue de faire la Une d'une partie des journaux, à deux jours de l'ouverture du Congrès de Reims... Et pour Le Monde, c'est maintenant une certitude : "Madame Royal est décidée à prendre la direction du PS"... "La marche Royal vers la candidature", titre de son côté Libération... Tandis que Le Parisien-Aujourd'hui en France se demande si l'on se s'achemine pas "vers un affrontement Royal-Aubry"... "Martine Aubry, nous dit-on, hésite à défier Ségolène Royal"... Laquelle trouvera, je pense, ce matin beaucoup de satisfaction à la lecture de l'édito du Figaro... Ce n'est pas tous les jours... édito assez élogieux d'Yves Thréard, qui parle de "la redoutable Ségolène Royal... Elle est ainsi semblable à son mentor François Mitterrand... Des convictions qui restent à démontrer, mais une intelligence supérieure des situations... Alors, comme lui, elle avance... Et comme lui, coûte que coûte, elle ira jusqu'au bout... Bien difficile, poursuit Thréard, de savoir ce que sera le PS sous sa tutelle, si elle l'obtient... Mais une chose est certaine : en le prenant en main, elle lui donnerait enfin un visage charismatique"... Royal, digne héritière de François Mitterrand... C'est également le point de vue défendu par Denis Jeambar, dans VSD... "De Mitterrand, dit-il, elle a retenu une formule : 'Tout faire, sauf céder'... De Mitterrand, dit-il, elle a appris qu'en politique, abdiquer une seule fois, c'est mourir"... Anne Lauvergeon, vous qui avez conseillère aux Affaires étrangères de François Mitterrand, vous percevez également du Mitterrand chez Ségolène Royal ? (...) Toujours sur le Congrès du Parti Socialiste, on notera ce matin cet appel : "On a besoin d'un PS moderne"... appel signé François Fillon... François Fillon dont Le Parisien propose ce matin une longue interview... Le Premier ministre a rencontré 8 lecteurs du journal... Des lecteurs qui sont revenus avec lui sur les différentes polémiques du moment... La possibilité de travailler jusqu'à 70 ans... Ce matin, L'Humanité titre à sa Une : "Travailler jusqu'à 70 ans ?... Les Français disent non merci !"... "Mais il n'est pas question d'imposer la retraite à 70 ans, ni aujourd'hui ni demain", rassure le Premier ministre... François Fillon qui évoque aussi la question épineuse du travail le dimanche... un sujet très controversé, "y compris, dit-il, dans ma famille politique"... François Fillon qui évoque également la crise... Aujourd'hui, La Tribune annonce "un coup de froid sur les achats de Noël"... Selon une étude qui sera publiée aujourd'hui, les Français vont dépenser en moyenne 5% de moins que l'an dernier pour leurs cadeaux... Mais sur l'économie française, là encore, le Premier ministre se veut rassurant... Il refuse notamment de parler de "récession", "parce que, dit-il, on n'y est pas... Et que, du coup, parler de 'récession', c'est casser le moral inutilement"... François Fillon qui parle également de ses problèmes de dos... Il a demandé une chaise très dure pour s'asseoir à la table, face aux lecteurs... "Tous ceux qui ont eu une sciatique savent que ça prend du temps", dit-il... en racontant que pour se soigner, il continue la natation, essentiellement du dos... "Mais en nageant sur le dos, on ne voit pas où on va... Résultat, confie-t-il : récemment, dans une piscine, il a failli noyer une vieille dame".... Les autres titres de la presse, ce matin... Toujours et encore les conséquences de la crise financière... "200.000 emplois supprimés à Wall Street", titre le supplément Economie du Figaro... Et puis, en Angleterre, "Party's over pour le fabricant de vaisselle d'Elizabeth II", titre Le Monde... La Royal Worcester and Spode est la plus ancienne des entreprises britanniques à succomber à la crise... ceci, quelques semaines après la faillite de la maison de couture qui habillait la Reine... Mais bon, pour les vêtements, c'est peut-être une bonne nouvelle... A la Une de Nord-Eclair... "Manif contre un charter de sans-papiers afghans"... Le ministère de l'Immigration a annoncé hier qu'il étudiait la possibilité d'un retour de migrants afghans qui se trouvent à Calais... Colère des associations, qui se mobilisent aujourd'hui... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, édition de l'Oise... "Attention aux sangliers !"... Lundi soir, sur le plateau d'Ars, à Bury, un mâle et 5 marcassins ont provoqué un accident, impliquant pas moins de 4 voitures... Et puis, pour finir, à la Une de Presse-Océan... "A Nantes, se déroule aujourd'hui le concours mondial de bisous"... C'est à qui fera le plus de bisous en une minute...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.