Le rêve européen... Le rêve européen et ceux qu'il attire... C'est un grand dossier dans Libération ce matin... "Immigration : les naufragés du rêve européen"... Plus de 22.000 clandestins africains sont arrivés par bateaux aux Canaries depuis janvier... L'archipel espagnol est en état de crise humanitaire... "Ceux qui arrivent sur les côtes canariennes peuvent être soigneusement dénombrés, écrit Gérard Dupuy dans son éditorial... Mais pas ceux qui ont sombré avant d'accoster... Ces noyés de l'émigration pourraient avoir été (personne ne saura jamais au juste) 5.000 depuis le début de l'année... Cette roulette russe donne une idée de la détresse que cherchent à fuir ceux qui jouent ainsi avec leur propre vie... Ce sont les boat-people de la société de consommation"... "Sur l'île de Ténérife, ce matin-là, ils sont 116 Africains à poser le pied en Europe... Tous ont l'air jeune et costaud... Ils ont 25 ans tout au plus, nous dit le reporter de Libération... L'un d'eux dit qu'ils sont partis d'un village près de Dakar, à 1.480 kilomètres de là... Ils ont passé au moins 7 jours en mer"... Et justement, du côté de Dakar... C'est Marie-Laure Josselin qui est allée à la rencontre, là-bas, des mères de famille qui font barrage à l'océan... Elles s'organisent pour tenter de retenir leurs fils au Sénégal... La chef de file de ces mères-là, c'est Yayi Bayam-Diouf... Son fils, pêcheur et propriétaire de moutons, est parti rejoindre les Canaries... sauf qu'il a été englouti par l'océan... Parce que dans ce village, les pirogues, au lieu de débarquer du poisson, embarquent les jeunes hommes... Alors les femmes se sont réunies, et ont promis de ne plus donner d'argent pour payer le voyage... "Avant, nous vendions nos habits, nos bijoux, pour que nos enfants partent... Mais c'est fini"... N'empêche... Ces femmes sont inquiètes... En ce moment, les eaux de l'Atlantique, entre l'Afrique et l'archipel des Canaries, sont calmes... Une météo qui favorise les départs... "Et justement, raconte la journaliste de Libération, Yayi Bayam-Diouf vient d'apprendre qu'une quarantaine de jeunes s'apprêtent à partir... La veille du départ, les femmes les ont donc convoqués, et elles ont sorti leur arme fatale : Baye Mandione-Fall... 26 ans, 120 kilos, c'est une figure nationale au Sénégal, un champion de lutte... Une idole des jeunes, qui sait l'impact qu'il a sur eux... Il a donc discuté, les a encouragés à rester... Résultat : la pirogue est toujours à quai"... Et comme une prise de conscience pour Gorgui, 20 ans : "J'avais déjà préparé mes bagages... Mais depuis la discussion, j'ai décidé de rester... La chance peut être ici aussi"... Chance ici, chance là-bas... Difficile de choisir... C'est une autre histoire, dans Le Monde... L'histoire d'Isaac, qui a quitté le Malawi en 2004 avec son diplôme d'infirmier, et qui aujourd'hui travaille dans un hôpital à Edimbourg... Alors soit, explique Le Monde, son départ a fait perdre de précieuses compétences au Malawi... Mais Isaac continue de contribuer au développement de son pays en envoyant régulièrement de l'argent à sa famille... 440 euros par trimestre, soit l'équivalent du salaire qu'il percevait en trois mois dans son pays d'origine... Il paie aussi les frais scolaires de 6 enfants... La plupart des immigrés font de même, et le Malawi reçoit en moyenne un million de dollars par ans de ses expatriés... Au niveau mondial, analyse Le Monde, ces rapatriements de capitaux vers les pays en développement jouent un rôle croissant... Le rêve européen... Le modèle occidental... Celui-là même pris pour cible par les attentats du 11-Septembre, il y a 5 ans aux Etats-Unis... "Où sont les chefs ?, demande Jules Clauwaert... les chefs dignes de ce nom... Parce que, écrit l'éditorialiste de Nord Eclair, ce n'est pas de chefs de guerre qu'ont besoin les Etats, mais de dirigeants politiques avisés, agissant avec discernement, conscients de l'accélération de l'Histoire, soucieux de chercher des équilibres nouveaux et de réduire des inégalités de plus en plus choquantes et immorales"... "On ne refait pas l'Histoire, poursuit Jean-Claude Kiefer dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... On peut toutefois se demander si ce choc des civilisations n'aurait pas été atténué si les milliards engloutis dans la guerre en Irak, ou perdus pour l'économie mondiale par la hausse du pétrole, avaient été investis dans le développement de pays musulmans, ôtant ainsi le terreau aux fanatiques"... Sauf que... ce serait trop simple... C'est à lire dans le Spiegel... L'hebdomadaire allemand a rencontré l'écrivain Salman Rushdie qui, à un moment de l'interview, examine les motivations des terroristes... "Il semble que n'importe qui puisse devenir un terroriste... Une chose doit pourtant être claire : le terrorisme n'est pas la poursuite de buts légitimes par des moyens illégitimes... L'objectif des assassins n'est certainement pas d'atteindre un monde meilleur... Ce qu'ils veulent, c'est tuer des innocents... Si le conflit entre les Israéliens et les Palestiniens, poursuit l'écrivain, était résolu d'un coup de baguette, nous n'aurions pas moins d'attentats... Les motifs sont pour partie aussi individuels... L'éducation joue un rôle important : la transmission d'un esprit messianique mal compris, l'aspiration à attirer l'attention et à prendre une stature historique, la tendance à la violence... et puis aussi le côté glamour"... Rêve européen... Modèle occidental... Si on en croit les journaux ce matin, la jeunesse de notre modèle ne va pas si bien que cela... "La malculture empoisonne nos enfants"... C'est à la Une du Daily Telegraph ce matin... "Le cocktail sinistre de malbouffe, de compétition scolaire, de loisirs électroniques, est en train d'empoisonner la jeunesse"... C'est un cri d'alarme lancé par 110 enseignants et psychologues, qui en appellent au gouvernement... Ces experts déplorent l'augmentation du nombre de dépressions chez les jeunes... "Ils sont poussés par la société de consommation à agir, à penser, à se vêtir comme des mini-adultes... On ne leur laisse plus le temps d'être des enfants"... En France, ce matin, autre constat... Le Figaro titre sur "la hausse inquiétante de l'alcoolémie chez les jeunes"... L'alcool en classe est devenu un problème aussi sérieux que le cannabis, constate le journal, qui a rencontré une infirmière scolaire... une infirmière qui témoigne que dans son lycée, à Montauban, l'alcool est considéré comme un problème prioritaire depuis que des professeurs ont signalé des états d'ébriété en cours... Il y a les élèves euphoriques qui monopolisent la parole, ou, à l'inverse, ceux affalés sur leur table, qui cuvent... Alors c'est une enquête, en fait, sur l'usage des drogues des Français de 17 ans... Et du coup, chacun voit midi à sa porte, puisque la même enquête, pour Libération, est résumée avec ce titre : "Chez les ados, moins de tabac, autant de fumette"... Parce que c'est aussi ça l'enseignement de cette étude : le tabagisme est en baisse, les fumeurs quotidiens sont en recul, et un tiers des fumeurs dit avoir réduit sa consommation à cause du prix... Et puis le cannabis n'est plus au top chez les adolescents, note le journaliste de Libé... Sa consommation se stabilise... Mais selon l'un des chercheurs de cette étude, on a vraisemblablement atteint la fin du cycle de diffusion du cannabis... une sorte de limite à l'intérêt que les adolescents lui portent... Et quand les enfants ne vont pas très bien, en Australie, ce sont les parents qui sont montrés du doigt... Dans The Australian, "les fast-foods ne sont pas responsables de l'obésité chez les enfants"... Le journal de Melbourne explique que si les enfants sont plus gros, c'est parce qu'ils ont oublié comment jouer avec leurs parents... des parents qui sont épuisés quand ils rentrent du travail, qui allument la télévision et boivent une bière... La jeunesse... Décidément, elle a du mal à se faire comprendre... Beaucoup de vos journaux reviennent, ce matin, sur "l'incident" de Quimperlé... Ségolène Royal interpellant plus que vivement une jeune militante socialiste... "Remous autour d'une crispation verbale", note La Montagne... "Cassante Ségolène", commente Patrick Fluckiger dans L'Alsace... "C'est sans doute son premier grand faux-pas... Mais sur le fond, poursuit l'éditorialiste, Ségolène n'a pas tout à perdre dans cet incident... Les Français, même ceux qui votent à gauche, aiment la voir chahuter le PS... Elle a un ton autoritaire, et alors ?... Beaucoup l'approuvent"... "On savait que Ségolène n'était pas une militante PS guimauve, écrit encore Hervé Chabaud dans L'Union... Mais on l'imaginait mal en tata flingueuse"... Plus sérieusement, l'éditorialiste note "qu'en jouant les donneuses de leçons, Ségolène n'a pas servi son image, parce qu'elle a semé le trouble chez des jeunes prêts à mouiller le T-shirt le printemps prochain"... Et dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, on constate que Ségolène Royal multiplie les impairs avec les jeunes du PS... Avant de tancer la jeune militante à Quimperlé, elle avait refusé le dialogue avec eux à La Rochelle"... Les prémisses de la Présidentielle... Dans Le Monde, ce petit tour de futurs électeurs... Sous le titre : "J'hésite entre Ségo et Sarko", rencontre avec ceux qui ont voté jusque-là à droite et envisagent de choisir Ségolène Royal, et avec ceux qui se pensaient à gauche et pourraient voter Nicolas Sarkozy... Christiane, 60 ans, dit : "Mon coeur est à gauche, mais au moins Sarkozy, il essaie de faire quelque chose... Il se démène"... Françoise, elle, a 53 ans... Elle explique : "J'ai pratiquement toujours voté à droite... L'angélisme de gauche m'énerve souvent... Mais si Ségolène Royal persiste à dire ce qu'elle dit aujourd'hui, je voterai pour elle"... Et puis il y a ce lieutenant-colonel de gendarmerie... Lui aussi a toujours voté à droite... Mais qui crie haut et fort : "Je ne voterai ni pour Dominique de Villepin, un caractériel psycho-rigide... ni pour Nicolas Sarkozy, qui symbolise pour moi l'archétype du parvenu facho-démago"... "C'est l'un des points communs entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, note Raphaël Bacqué, du Monde... Ils sont pour l'heure les seuls candidats potentiels à pénétrer le camp adverse"... C'est un rébus pour les experts... Peut-être, finalement, un rêve d'électeur... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.