Alors ce matin... comme une découverte... La France ne serait pas seule dans le monde... Et si vos journaux s'en aperçoivent... eh bien c'est parce que l'on parle de politique agricole commune... ou encore d'énergie nucléaire... Alors commençons avec l'agriculture... Hier, Nicolas Sarkozy était au Salon de l'élevage de Rennes... Il a défini son "ambition pour l'agriculture", titre Ouest-France ce matin... avec une volonté que "les agriculteurs puissent vivre des prix de leurs produits, plutôt que de subventions"... Et Le Dauphiné Libéré confirme... "Au centre des préoccupations du chef de l'Etat : la réforme de la politique agricole commune, qu'il entend lancer en 2008"... Dans La Provence, vous lirez les réactions d'agriculteurs... En résumé, ils trouvent le discours plutôt positif... Un céréalier explique que, de toute façon, dans son secteur, ils étaient contre la PAC... Reste maintenant, conclut un autre, que ces promesses, il faut les tenir... Et dans Les Echos, Jean-Marc Vittori analyse... "Nicolas Sarkozy fait rimer rupture et agriculture... C'est vrai qu'il est plus facile de changer les règles quand il y a de l'argent... Mais la France ne peut pas définir toute seule une politique pour 27 pays"... Et d'ailleurs, quelques réactions, ce matin, dans la presse européenne... en Espagne notamment, où El Pais explique que "Sarkozy réclame la refonte de la politique agricole européenne"... Et "le moment est bien choisi par le Président français, analyse le journal, puisque, au deuxième semestre 2008, c'est la France qui assurera la présidence de l'Union européenne"... Alors maintenant, confirme Le Figaro, "il faut, pour le chef de l'Etat français, convaincre Bruxelles"... Plus largement... Dans La Croix, le dossier de l'agriculture est mis à plat... parce que, explique le journal, "la hausse des cours mondiaux du blé et du lait souligne combien la planète a besoin de producteurs agricoles"... Pour Guillaume Goubert, "cette nouvelle donne va raviver la légitimité des métiers de la terre, redonner du coeur à l'ouvrage à ceux qui, depuis des années, doutaient"... A lire, entre autres, dans ce dossier, un entretien avec l'eurodéputé Joseph Daul... ancien président de la Commission de l'Agriculture au Parlement européen... Pour lui, "la PAC, qui arrive à échéance en 2013, doit être plus que réformée... Pour la première fois, le débat européen va devoir dépasser la dimension uniquement agricole, en intégrant la dimension agroalimentaire ou énergétique"... Et l'énergie, justement, on en parle... Alors pas de l'énergie verte, non... On parle d'énergie nucléaire ce matin, dans vos journaux... La presse rebondit sur ce que disait hier Les Echos, quant à un rapprochement d'Areva et d'Alstom... "La France imagine un nouveau champion de l'énergie", titre le Financial Times... qui explique qu'"après la fusion entre Gaz de France et Suez, le Président Sarkozy veut faire du groupe étatique Areva le champion du monde de l'industrie nucléaire"... Confirmation dans La Tribune... "L'Elysée engage le chantier de la réorganisation de la filière nucléaire"... Et pour le quotidien économique, "le schéma idéal serait que l'Etat conserve 51% du capital d'Areva, aux côtés de grands actionnaires comme Total, Bouygues ou EDF"... Le Figaro parle d'"un grand mécano industriel"... Mais certains de vos journaux sont plus critiques... "L'ami Bouygues dans le fromage nucléaire"... C'est dans Le Canard Enchaîné... qui note qu'"après ses deux amis milliardaires Albert Frère et Paul Desmarais, principaux bénéficiaires de la privatisation-fusion de GDF et Suez... Sarkozy a décidé de récompenser maintenant son meilleur ami, Martin Bouygues"... Et sur le même thème, L'Humanité titre ce matin : "Sarkozy va-t-il offrir Areva à Bouygues ?"... L'Humanité qui s'inquiète d'"une industrie nucléaire à la merci des marchés... La méthode, écrit Michel Guilloux, fait fi de la démocratie, sur un dossier touchant à un secteur sensible entre tous : celui de la maîtrise et de la sûreté nucléaire dans l'approvisionnement énergétique de la France"... Alors c'est vrai... "Le principal actionnaire d'Alstom, c'est Bouygues, dont le président est le meilleur ami de Sarkozy... Le soupçon de favoritisme sera difficile à écarter", analyse Libération... Mais ce n'est pas le seul écueil en vue... Parce que, dans L'Alsace, Patrick Fluckiger souligne que "le Président de la République tente de faire d'une pierre deux coups... Compléter les fondations de l'Europe de l'énergie... mais aussi aider les démocrates-chrétiens allemands à revenir au nucléaire... Parce que si Berlin ne saisit pas la perche, l'Allemagne pourrait voir Siemens évincé du capital du futur géant de l'atome civil"... Et là, ajoute Libération, "l'enjeu est moins financier que diplomatique... Marier Areva au groupe industriel Alstom, c'est permettre à ce dernier de vendre ses turbines à la place de Siemens, qui est actuellement le partenaire d'Areva"... Et "lundi, rappelle Le Figaro, la Chancelière allemande a profité de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy pour souligner son attachement aux liens entre Siemens et Areva... un lien qu'il sera donc difficile à dénouer", selon le journal... D'autant plus difficile que "Sarkozy agace Merkel"... C'est à lire dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... qui explique qu'à chaque sommet, le contentieux semble s'allonger... Dernier épisode en date : lundi donc, quand le Président français a pris les Allemands à rebrousse-poil en leur demandant de revenir sur l'abandon du nucléaire... En fait, Le Parisien reprend un article paru hier dans le Rheinische Post... où l'on apprend qu'à force de tirer la couverture à lui, Sarkozy énerve... Il y a d'abord eu la prise de bec entre le Président français et le ministre allemand des Finances... Ce dernier, lors d'une réunion à Bruxelles, avait fustigé la distribution de cadeaux fiscaux aux électeurs français... "Qu'est-ce qui vous prend de me parler sur ce ton-là ?", avait rétorqué Nicolas Sarkozy... Depuis, paraît-il, on ne prononce plus le nom de ce ministre à Paris... Et puis Le Parisien pointe un autre problème entre Sarkozy et Merkel... un problème de pure forme... La Chancelière ne prise guère les débordements d'affection de son homologue français... sa façon de lui faire la bise à chaque rencontre... Il faut dire que ça ne se fait pas en Allemagne... Où encore la façon qu'a le Président français de la toucher, ou de la prendre par l'épaule devant les caméras... Et dans Die Welt, ce matin, une explication de plus à cette tension palpable dans les relations franco-allemandes... Le quotidien allemand rapporte que Nicolas Sarkozy tient la relation avec l'Allemagne pour "creuse"... un mot que nos confrères allemands ont repéré dans votre livre, Yasmina Reza... Nicolas Sarkozy épinglé par la presse allemande... Il est même, en quelque sorte, le héros d'une BD quotidienne dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung... Les deux héros sont un chat et un chien... Et le chat, depuis quelques cases, se prend pour le Président français... et s'écrie à tout bout de champ : "Sarkozy, mon frère !"... Par ailleurs, dans la presse... Vous pourrez lire, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, "des propositions chocs pour l'environnement"... une liste de ce qui se dit ici ou là dans les débats préparatoires au Grenelle de l'environnement... de la création d'une vraie police de la nature à la fin des pesticides, en passant par une baisse de 10 kilomètres-heure de la vitesse sur route... La préparation de ce Grenelle de l'environnement, c'est aussi l'occasion d'un "contre-Grenelle"... A découvrir dans Les Inrockuptibles... Et sinon... Eh bien Libération s'interroge... "La gauche vire-t-elle à droite ?"... où un sondage LH2 montre que la famille libérale autoritaire fait une percée parmi les sympathisants de gauche... Le Parisien-Aujourd'hui en France revient sur la disparition de Maddie... L'un de ses reporters a refait l'enquête sur place, au Portugal... Et puis sinon... "Londres sauve sa pinte"... C'est Ouest-France qui le dit... La Commission européenne a renoncé à imposer le système métrique à toute l'Union européenne... C'était pourtant une décision prise en 1980, applicable en 2009... Mais les Britanniques se sont battus... Ils ont gagné... Ils pourront continuer à déguster leur bière en pinte... à mesurer leurs distances en miles... et à se peser en pounds...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.