Le business des réfugiés en Suède, la pneumonie d'Hillary et le week-end à gauche

8H30 la revue de presse bonjour Hélène Jouan

On commence Hélène par une histoire d’un cynisme absolu…

A la Une de la presse internationale, et parfois en pages intérieures chez nous ce matin, les photos terribles, et malheureusement répétitives venues de Syrie. NYT: Un homme sauvant un enfant inanimé dans les ruines de Douma après une attaque aérienne, quelques heures avant la trêve décrétée à Alep. Dans le Figaro, autre cliché d’Amer AL-HALBI, de deux hommes transportant des bébés dans leurs bras, dans le nord de la ville martyr.

Et pendant ce temps-là ? Pendant que les syriens sont acculés à fuir leur pays, pendant ce temps-là, les affaires sont les affaires ! Récit dans les Echos sous la plume d’Antoine Jacob, d’un homme qui a fait le pari que la guerre en Syrie allait durer, et que mieux valait en profiter. Ca se passe en Suède, cet homme Bert Karlsson est celui qui a fondé dans les années 90, le premier parti anti immigration du royaume, l’époque était à l’arrivée de réfugiés d’ex yougoslavie. Mais l’ex politique a finalement préféré tirer parti de la situation. Alors que l’office suédois, dépassé par le nouvel afflux de réfugiés syriens cette fois, a lancé un appel d’offres au secteur privé pour assurer l’accueil de ces migrants, Bert Karlson a sauté sur l’occasion et monté ce qu’il considère comme son entreprise la plus rentable, il est d’ailleurs devenu le numéro 1 de l’hébergement des demandeurs d’asile. Son modèle « créer l’Ikea de l’accueil des réfugiés » clame t il. Prix bas et bonne qualité. Question qualité, ça se discute, l’entrepreneur a tellement voulu réduire les coûts, que les surgelés achetés en masse pour les réfugiés ne sont pas toujours décongelés quand ils arrivent, mais en tout cas celui que l’on compare en Suède à Donald Trump, a fait fortune dans l’histoire. Le bizness rentable des réfugiés en suède, à lire dans les Echos…

Trump, le vrai cette fois, a sans doute ce matin quelques raisons de se réjouir Hélène

Sur les sites ouvertement « trumpistes » Breitbart ou Drudge Report ce matin, les videos où l’on voit Hillary Clinton perdre l’équilibre, puis affirmer l’air de rien quelques minutes plus tard, que « tout va bien, c’est une bien belle journée à New York », tournent en boucle. Jackie Mason, célèbre comique américain s’est fendu hier d’un sketch, sur une radio New Yorkaise qui donne une idée dont la façon dont le camp Trump va certainement profiter de cet incident: « Vu qu’elle ment à chaque fois qu’elle parle a-t-il lancé, la lettre de son médecin (celle qui a indiqué qu’elle souffrait finalement d’une pneumonie) peut tout aussi bien être une lettre de son plombier ! c’est bizarre qu’elle tousse à chaque fois qu’elle est en diffculté non ? « Et de rappeler incidemment que la dernière lettre publiée par son médecin remonte à 2015, elle y clamait qu’Hillary Clinton était en « excellente santé ». La campagne de rumeurs lancée par Trump liant la santé de la candidate démocrate et sa capacité à avoir l’endurance mentale et physique pour affronter l’Etat islamique pourrait donc trouver dans cet incident d’hier quelques crédits auprès des électeurs. Oui reconnait ce matin, le Washington post pourtant peu soupçonnable de faire la campagne de Trump « la santé d’’Hillary Clinton est devenue un VRAI sujet de la campagne » prévient une de ses plumes politiques, notamment en raison du manque de transparence du camp démocrate jusque là. Peut-être un tournant dans la présidentielle américaine

Le week-end politique hélène dans la presse ce matin

Week-end à gauche résumé par un dessin dans Ouest France. On y voit l’embarcation « Gauche », coupée en deux en train de sombrer. A sa proue, un François Hollande tout seul qui s’accroche. A sa poupe, vous, Arnaud Montebourg en marinière bien sûr, avec Benoit Hamon et jean luc mélenchon clamez « nous sommes mieux placés ». Mais tout le monde coule.

A la une de Libération, Christiane Taubira n’use pas de la métaphore du naufrage mais de celle de l’accident pour évoquer la présidentielle de 2017. « Oui on va dans le mur prévient elle, oui on risque la disparition de la gauche au second tour. Aujourd’hui le Fn est à la porte du pouvoir. La gauche a la responsabilité de trouver un candidat qui portera ses différentes sensibilités ». Bon, qui ? pas vous, pas plus qu’un autre Arnaud Montebourg. Et elle ? Christiane Taubira affirme « faire des pieds et des mains pour ne pas se faire aspirer par le siphon de la présidentielle et être ramenée en permanence à des questions de personnes ». bref, on ne comprend pas bien si elle se positionne ou pas. En tout cas, l’ex garde des sceaux est toujours en colère : contre la droite, contre le Figaro et sa désinformation méthodique dit elle, contre Valls aussi sur l’affaire du Burkini notamment…en revanche elle est assez louangeuse sur François Hollande, en dehors de la déchéance de nationalité qui reste un désaccord politique essentiel rappelle t elle, « cela a changé quelque chose d’avoir François Hollande plutôt que Nicolas Sarkozy » dit elle. Un soutien au futur candidat Hollande ? pas encore…mais… une petite musique…

Que comprenez vous des intentions de Christiane Taubira Arnaud Montebourg ? elle veut y aller ou elle espère réconcilier tout le monde ?

Et puis il n’y a pas qu’Asltom, et le pataquès politique qu’il suscite, dans l’industrie française. Les têtes brûlées font un tabac en France, et c’est une belle histoire de réussite du Made in France cher à votre campagne. C’est la Croix qui raconte ce matin, comment une petite entreprise familiale de confiserie du Nord de la France a racheté il y a 8 ans ces bonbons acides qui font fureur dans les cours de récré. Marketing audacieux, présence active sur les réseaux sociaux, et message agressif :« têtes brûlées, les bonbons qui t’arrachent la tête ». Têtes brûlées, les candidats qui t’arrachent la tête..ça pourrait être un bon slogan non ?

Moins drôle…tête brûlée aussi néanmoins. Un commando de femmes djihadistes interpellées en ile de France, un mineur soupçonné de préparer une action violente également arrêté. Le site les Jours publie un nouvel épisode de leur feuilleton intitulé Les revenants, signé David Thomson. Les revenants sont ces jeunes français partis en syrie pour faire le djihad et qui sont rentrés en France. Et qui tentent de comprendre pourquoi, comment ils se sont fourvoyés. Récit ce matin de Zoubeir, qui a grandi dans une cité hlm de Seine saint denis. Mais son origine sociale n’est pas une clef de compréhension explique t il. non, pour lui, c’est bien la religion, le rapprochement avec le salafisme quiétiste, pourtant ennemi des djihadistes qui est à la source ce son basculement. C’est ce qui a constitué pour lui, un marche pied vers le djihadisme

. Un témoignage de plus pour continuer à essayer de comprendre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.