ça se passe à Lille c’est le procès de Claude Hermant...

Patron de friterie, ancien militaire et barbouze, informateur des douanes, des gendarmes et de la police… et trafiquant d’arme présumé… un personnage que les journaux traitent entre ironie et fascination…

« Crâne rasé, blouson noir, carrure impressionnante », dit le Figaro…

« Le crâne parfaitement lisse, habillé tout en noir, le colosse a soigné sa tenue » dit Libération, qui affecte de ne pas être dupe…

Un bloc de muscle et de chair pour la voix du nord. Ce procès a pris une autre dimension parce que certaines des armes que Hermant achetait en slovaquie ont servi à amedy Coulibaly, l’assassin de Clarissa jean Phlippe et l’auteur de l’attentat contre l’hypercacher… en janvier 2015

Mais avant même le terrorisme… c’est le procès d’un maitre du demi monde de la marge et des arrières cuisines… tant Hermant a fréquenté policiers ou gabelous, et s’en vante…

Street presss… -en ligne a publié une série d’articles sur le personnage … On y voit Hermant, membre du service d’ordre du Front national, tenter un coup d’état au congo en 2001, on voit le même Hermant jouer les pères aubergistes de toutes les extremes droites locales dans son bar, la maison flamande, depuis les skinheads jusqu’aux notables du front, mais aussi la gent policière en quête d’information et de copinage… ces gens là, l’ont-ils protégés, qui témoignent à huis clos à son procès ?

Dans le Nord encore, des gens qui n’osent pas faire valoir leurs droits.

C’est la timidité de Marie Férot, 22 ans qui pose dans la voix du Nord, elle travaille comme pompier volontaire… elle n’a que ça, pour 7 euros de l’heure… et s’est retrouvée en galère financière… et elle n’osait pas solliciter les APL… elle ne voulait pas abuser… dit-elle…

C’est le dossier du journal Nordiste. Ces français qui ne font pas valoir leurs droits. Sur le site internet du journal, vous découvrez carole

Carole dont les dents se déchaussaient « mais comme je n’avais plus de mutuelle, je n’y allais pas. Au lieu de pouvoir garder mes dents, je les ai perdues. »

Elle ne savait pas qu’elle avait droit à la Couverture maladie universelle…

On lit ces témoignages, et on passe ensuite aux Echos… avec l’interview techno et sur d’elle du ministre des finances Bruno Lemaire… on a un vertige… Bruno Lemaire détaille la philosophie du pouvoir

« Valoriser la création de richesses, la prise de risques, l'innovation. Sortons de cette idéologie si nuisible à la France qui consiste à surtaxer le capital. Nous voulons récompenser ceux qui prennent des risques en plaçant leur argent dans le financement de l'économie. »

Et tout ceci a sa logique mais la presse, du coup, dessine deux France… Celle du risque qui vous donne des droits, et en face, ceux qui ne veulent pas déranger…

C’est le jour des manifestations de la CGT contre les ordonnances travail…

Et il y a dans l’Humanité une interview qui donne la mesure de l’évolution idéologique du pays… Jean Auroux, le ministre du travail de François Mitterrand en 1981… et qui vit très mal l’actualité

« Pas parce qu’on met en l’air mes lois, mais parce qu’on détruit plusieurs décennies de progrès social. Moi aussi, j’ai utilisé des ordonnances mais c’était pour limiter l’intérim, instaurer la cinquième semaine de congés payés et la retraite à 60 ans »

Auroux rappelle son slogan d’alors ; pour que l’entreprise ne soit pas lieu du bruit des machines et du silence des hommes..

Il raconte l’invention des comités d’hygiène et de sécurité, instance qui va être fusionnées avec les autres organismes sociaux… « Le patronat n’a jamais été favorable aux CHSCT, on repart 35 ans en arrière… »

Et il y a dans cette interview plus qu’une nostalgie, la prise de conscience de la bascule. Il y a 35 ans, les syndicats étaient heureux

« Henri Krasucki, le secrétaire général de la CGT, était arrivé avec un beau dossier, une belle sangle autour et m’avait dit : «_ Je t’apporte vingt-trois ans de revendications, tu trieras un peu ! »_

Aujourd’hui les syndicats sont éparpillés et minorés et tellement heureux, comme Jean claude mailly dans Nice Matin, quand on leur donne de la concertation ! Le figaro célèbre la sagesse retrouvée de Force ouvrière…

Mais s’affole -je cite- du dangereux virage à gauche… du président de la centrale des cadres…

François Holmeril, le patron de la CGC CFE qui a été marqué par démantèlement de péchiney… dit un de ses amis…

On sent dans le Figaro la peur du retour des temps anciens !

Contraste aussi entre Auroux que Mitterrand avait choisi parce qu’il était le maire d’une ville ouvrière, roanne… je ne veux pas d’un juriste disait le président…

Et les professionnels de la négociation d’entreprise qui sont aux manettes désormais… allez lire sur le site des échos un article sur la grande victoire culturelle des DRH…

Ou dans l’opinion, cette analyse sur le pouvoir des ministres venus de la société civile… Blanquer à l’education et Muriel Pénicaud… au travail… le triomphe de la technicité et la fin de la lecture politique… sauf si les ordonnances travail sont politiques !

Et on s’interroge encore dans la presse sur les mots et l’idéologie d’Emmanuel Macron…

L’homme des fainéants encore et ça ne passe pasLes dernières nouvelles d’alsace dénoncent ce président qui segmente et dénigre… et le républicain lorrain moque ce chef de l’était et cette époque qui Fait Néants…. Les salariés, les surveillants de cantine renvoyés par ola fin des contrats aidés…

Macron pourrait peut-être lire le parisien/aujourd’hui en France qui rappelle aux parents… qu’il ne faut pas blesser les enfants quand on les gronde… Les mots laissent des traces… c’est un papier très sérieux… si la politique ne l’est pas toujours…

Quant au Président

L’opinion lui trouve une excuse… dans une analyse psychologique. Le président est un idéaliste, imprégné d’une mission de redressement national… et il déteste ceux qui ne veulent pas bouger…

Notons… Le pouvoir communique beaucoup et multiplie les sujets… comme pour nous distraire ?

Dans ce registre, Nicolas hulot, dans le Parisien n’est pas inintéressant, dans sa posture d’homme normal… qui n’éprouve aucune satisfaction à être ministre et qui sait ce qu’il apporte au président….

On apprend aussi que l’épouse et la fille du ministre sont devenus végétariens, et lui est en chemin…

Tiens donc… on y pensera à Rennes, où un grand salon de l’élevage tente de sauvegarder la filière viande… tout le dossier est dans Ouest France… est il compliqué d’exister !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.