Le lundi 24 avril, le "7-9" de France Inter sera au Blayet, en Gironde, l'un des sites nucléaires français... L'une des 20 centrales françaises... Ce sera à l'occasion des 20 ans de Tchernobyl, la catastrophe majeure du nucléaire civil... L'un des événements les plus importants de la fin du 20ème siècle... Tant il est évident qu'il y a un avant et un après-Tchernobyl. Le nucléaire et ses risques : c'est une question fondamentale... Une question technique, politique, une question de société... Une question philosophique aussi... On va le voir. Depuis quelques jours, la presse diffuse des articles de fond sur ce sujet... Alors, soyons radioactifs, et parlons-en sur France Inter, à la lumière de ce que nous disent deux hebdos, entre autres, s'y intéressent... A commencer par "Témoignage Chrétien" et son excellent dossier, avec ce titre en Une : "Sommes-nous acccros au nucléaire ?" A cette question, pas de réponse tranchée, bien sûr... Comme à toutes les questions inhérentes au nucléaire... Il s'agit pourtant d'un choix de civilisation, nous rapelle "Témoignage Chrétien"... Un choix qui, pour l'instant, ne fait l'objet d'aucun débat public... Jamais les citoyens n'ont été sérieusement consultés... D'où cette suspicion de mensonge qui entretient le malaise. Sur le bilan de Tchernobyl par exemple : officiellement, la catastrophe aurait fait 39 morts... Quand on sait que des maladies peuvent être développées bien après les radiations, on se dit tout de même que la ficelle est grosse... Et puis il y a tous ces "liquidateurs", ces personnes que l'Union soviétiques avaient envoyées pour nettoyer la zone contaminée... Là, c'est en milliers de morts qu'il faut certainement compter... Au total, les médecins avancent le nombre de 100.000 morts... Entre 39 et 100.000, il y a un gouffre... "Gouffre obscène", comme le qualifie, de son côté, l'hebdomadaire "Politis"... Comme en écho à ce qu'affirme le journaliste Jean-Philippe Desbordes, auteur du livre explosif "Atomic Park", interrogé par "Témoignage chrétien"... "Si l'Agence internationale de l'énergie atomique a retenu le chiffre de 39 morts, c'est pour ne pas remettre en cause le développement de l'industrie nucléaire civile en Occident". Et pourtant, c'est le comble... Les autorités soviétiques, elles, avaient rédigé un rapport précis, qui allait bien au-delà des 39 morts... Or, l'AIEA a décidé de ne pas communiquer ses informations. Alors, quel est le vrai bilan, dans cette incroyable fourchette qui va de 39 à 100.000 morts ?... "Eh bien, probablement entre les deux", répond Jean-Philippe Desbordes. Mais quoi qu'il en soit, proteste le scientifique et professeur de philosophie Jean-Pierre Dupuy, qui s'exprime dans les colonnes de l'hebdo "Politis"... "Passer d'un rapport de 1 à 10.000 est un véritable scandale pour l'esprit... Nier tous ces décès est un crime éthique", dit-il. Maintenant, qu'en est-il de la France ?... Toujours selon Desbordes, nous ne sommes pas dans une problématique de catastrophe, mais dans celle du vieillissement du parc nucléaire français. Alors, faut-il sortir du nucléaire ?... Eh bien, là, pas de réponse... Compte tenu des investissements colossaux que constitue le nucléaire, on n'a pas vraiment le choix... A quoi aurait servi d'investir autant si c'est pour s'en séparer aujourd'hui ?... Non : ce qui fait peur dans le nucléaire, c'est la démesure de la machine. En tout cas, cette catastrophe montre aussi que, contrairement à l'uranium, l'information s'enrichit très peu, dès qu'on aborde ce sujet... En France, par exemple, il y a eu cette très mauvaise farce, que personne n'a oubliée... Celle selon laquelle, par la grâce d'un anticyclone opportun, le nuage radioactif se serait arrêté aux frontières de l'Hexagone... Souvenez-vous : c'était bel et bien ce message que les autorités avaient diffusé dans les jours qui ont suivi la catastrophe du 26 avril... Alors, aucune mesure de protection sanitaire n'a donc été jugée nécessaire... Résultat : la justice instruit toujours un dossier, après une plainte de plus de 500 malades, qui estiment qu'il y a bien un lien possible entre les pathologies dont ils souffrent et l'accident de Tchernobyl. Le nucléaire pose aussi cette autre question de civilisation... Ce que Jean-Philippe Desbordes appelle "la corruption par le confort"... Autrement dit, en étant enseveli sous des montagnes de biens à consommer, on se retrouve nécessairement enseveli sous des montagnes de déchets... Là, en revanche, il y a eu débat public... Mais il a été littéralement atomisé... Le sentiment citoyen penchait très nettement pour un entreposage en sub-surface, rappelle "Le Figaro"... Or, hier soir, les députés ont adopté un projet de loi qui fait la part belle au stockage dans les couches géologiques profondes... Sachant que les déchets radioactifs concernés par cet enfouissement ont une durée de vie de plusieurs milliers, voire plusieurs centaines de milliers d'années... Cela revient à léguer aux futures générations une immense poubelle nucléaire sous leurs pieds... Quelque chose qui s'apparente à un acte de refoulement... Mais dans "Le Figaro", le ministre de l'Industrie, François Loos, assure que les méthodes d'entreposage ne sont pas concurrentes, et que toutes les pistes restent ouvertes... Les question aussi... Après la mort, le souvenir, et le bilan... CPE, comme "Conséquence d'un Projet Enterré"... "Les leçons d'un conflit", mais d'abord une affaire pas encore réglée : celle des manifestants qui ont toujours maille à partir avec la justice... Et "L'Huma" s'insurge contre la répression et les condamnations... Ce journal lance même une pétition intitulée "Amnistie pour les jeunes anti-CPE !"... Avec notamment le cas de Walid, jeune lycéen parisien de 19 ans... Jugé un peu trop présent dans les médias, il aurait été délibérément ciblé par la police. Arrêté le 21 mars dernier, conduit au commissariat... Après les 48 heures réglementaires de garde à vue, Walid et son copain Gabriel ont été jugés en comparution immédiate, dans la nuit du 22 au 23 mars, avec, à charge, une vidéo tournée par les policiers, qui montre les deux jeunes poussant une poubelle dans un feu allumé devant leur lycée... Deux mois de prison ferme pour Walid... Immédiatement, il est incarcéré à Fleury-Mérogis. "L'Humanité" rappelle que la veille de son arrestation, il était interviewé dans le journal de France 2... La justice l'a qualifié de "meneur". Côté politique maintenant... Pour la droite... Cette phrase expéditive de Jean-Louis Bourlanges, député UDF... "Le mieux serait que Chirac s'en aille", dit-il dans une interview accordée à "Libération". Bernard Revel, lui, dans "L'Indépendant du Midi", parle d'un changement de Premier ministre... A ceci près que, pour notre confrère, c'est déjà fait... "Villepin a succédé à Villepin, parce que le nouveau locataire de Matignon n'a plus rien à voir avec son prédécesseur. Prudence et patience sont devenues, en effet, les deux mamelles de Matignon... Voyez comment il traite le dossier du tabac : il veut une large consultation avec tous les acteurs concernés, au niveau national et local, afin de convaincre avant de contraindre... Bref, avec la méthode qui était la sienne pour le CPE, c'est le jour et la nuit", note Bernard Revel. François Reynaert, lui, dans "Le Nouvel Obs", dessine le portrait du Premier ministre avec une toute autre mine, le traitant de "mauvais garçon"... Reynaert retient surtout la façon et la vitesse avec lesquelles Dominique de Villepin se sera carbonisé... Je reprends son mot... Carbonisé plus vite que Jean-Pierre Raffarin. Pourquoi ?... Essentiellement parce qu'il a voulu être à la mode. Souvenez-vous, à la belle saison dernière : les foules d'adorateurs, les photos en maillot de bain en bord de mer... Tout y était... On aurait dit le premier été du dernier gagnant de la "Star Académie"... Or, six mois plus tard, quel destin lui reste-t-il ?... Eh bien, celui d'un gagnant de la "Star Académie" : c'est la loi du temps... Frime et châtiment. A gauche maintenant... "Comment profiter de la victoire ?", se demande "Libération"... Oui, comment en profiter efficacement, avec un Parti Socialiste dont les leaders divergent pour optimiser la mort du CPE ?... Avec ce dilemme : faut-il voter contre la proposition de loi remplaçant le CPE, ou refuser de participer au scrutin ?... Apparemment, c'est la première solution qui se profile. Tiens, que dit Ségolène Royal sur le sujet ?... "Libération" ne s'étend pas... Pourtant, sa position pourrait nous éclairer sur la part de mystère qui entoure encore cette femme devenue phénomène médiatique et politique... Le mystère, il est exprimé par cette question, à la Une de "Challenges" : "Est-elle économiquement crédible ?"... Eh bien, c'est elle qui répond... Elle s'explique, dans une interview accordée à l'hebdomadaire... Sur l'emploi, par exemple : son credo, c'est "souplesse" et "sécurité", qui doivent aller de pair... Une formule gagnant-gagnant, en quelque sorte. "Ségolène Royal, ou la force tranquille", comme le dit Michel Noblecourt dans "Le Monde"... Assez admiratif vis-à-vis de la méthode... "Elle maîtrise et calcule parfaitement ses déclarations, entretient son site Internet, enregistre les ralliements d'élus et les comités de soutien, écrit notre confrère... Mais mine de rien, elle bouscule les lignes au PS, renouant avec la thématique et la démarche de ceux qu'on avait appelés, en 84, les 'trans-courant', ces jeunes loups trentenaires qui voulaient se battre au sein du PS sans s'inféoder à aucun courant. Toute la question est donc de savoir si le ou la candidate en 2007 sera 'trans-courant'... Les filets sont lancés", conclut Michel Noblecourt. Oui... Et pas de "France Soir" dans les kiosques ce matin... Les journalistes sont en grève, pour protester contre la décision de la justice de confier le titre à Jean-Pierre Brunois... Or, c'était un projet de reprise qui prévoyait le licenciement de 80 personnes... C'est donc lui qui a été choisi... Ce qui a provoqué la stupéfaction en salle de rédaction... "Libération" raconte comment, rassemblés dans cet espace, lorsqu'ils ont appris la nouvelle, les salariés sont restés silencieux de longues minutes, avant de réaliser... Furieux, un journaliste s'est emparé d'un téléphone et l'a jeté violemment, alors qu'un autre s'est mis à pleurer... "C'est un immense gâchis, le pire est arrivé", estime le délégué CGT Christian Gourdais. "France Soir, KO à la reprise", titre "Libération"... Alors que dans "Le Parisien", le journaliste Olivier Rey, l'acolyte de Jean-Pierre Brunois dans cette opération de reprise, annonce la couleur éditoriale... "Avec nous, 'France Soir' sera un journal populaire... Pas un tabloïd... Nos axes seront les faits-divers, le sport, les courses hippiques, la télévision et l'information people... Sport le lundi, bien-être le jeudi, banlieues le vendredi"... Bien... Mais que restera-t-il des Unes et autres éditos qui, ces derniers mois, ont fait bouger les lignes, comme cette mémorable série sur les caricatures de l'islam ?... A l'époque, "France Soir" avait été le seul journal français à oser les publier... Qu'en restera-t-il ? Bonne journée... A demain...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.