Et si on votait dès dimanche ?... La proposition émane de Gilles Dauxerre, dans La Provence... L'éditorialiste décrit "une si longue campagne"... Et c'est vrai que ce matin... il y a comme un sentiment de lassitude... Il n'y a guère que L'Est Républicain pour s'enthousiasmer... "J-10 : le sprint est lancé"... Alors il est vrai que les attentats d'Al-Qaïda au Maghreb occupent encore les Unes... Libération et Le Figaro par exemple, sur le même thème... Les dispositifs de protection antiterroriste en France... Du coup... la campagne présidentielle est comme en retrait... Il y a bien Brice Hortefeux, lieutenant de Sarkozy, qui souhaite, dans Le Figaro, "oxygéner la démocratie"... Il propose, explique le journal, un statut de l'opposition, et envisage d'instiller une dose de proportionnelle dans le scrutin législatif... "Des députés FN grâce à l'UMP ?", s'interroge, du coup, Libération... qui rappelle que la proportionnelle aux législatives, c'est une vieille exigence du Front National... En fait, cette campagne, ce matin, elle tourne autour de Jean-Marie Le Pen... Ainsi, La Croix retourne dans trois communes rurales qui, en 2002, avaient placé le président du Front National en tête du premier tour... "Voteront-ils de nouveau Le Pen ?", se demande La Croix... qui constate qu'à Saint-Loup-sur-Semouse, en Haute-Saône... à Sainte-Hélène, dans le Morbihan... ou qu'à Bousbecque, dans le Nord... il y a toujours les mêmes inquiétudes... toujours la même peur de l'autre, dans un contexte économique et social difficile... "Sarkozy-Le Pen : ils se font la courte échelle"... Là, c'est le titre de L'Humanité, qui s'interroge... "Les deux hommes se font-ils concurrence avant de signer une alliance ?... Ce qui est sûr, explique L'Huma, c'est qu'ils rivalisent dans les propos nationalistes et extrêmes, et qu'ils banalisent le rapprochement de leurs programmes"... Oui, "c'est une drôle de guerre" qu'ils se font, analyse Bruno Dive dans Sud-Ouest... "une compétition à la fois courtoise et sournoise... Il faudrait tout de même, poursuit l'éditorialiste, que Nicolas Sarkozy indique ce qu'il ferait du Front National dans sa "France d'après"... Et si on votait dimanche ?... Une campagne trop longue... C'est l'avis des correspondants de la presse étrangère à Paris... "Ils ont hâte d'en finir avec cette campagne terriblement longue, explique Le Figaro... Et pourtant, tout avait bien commencé... Ils s'étaient enthousiasmés pour la nouvelle génération de candidats... Mais dans la dernière ligne droite, ils dénoncent la phase la moins intéressante de la campagne : celle de la chasse aux voix et de la démagogie... Et la journaliste du Figaro rapporte les propos du correspondant irlandais de The Irish Time... "De virements en revirements, on ne sait plus qui est le vrai Nicolas Sarkozy ni la vraie Ségolène Royal"... Alors, dans cette presse étrangère, il y a ce matin The Economist, qui vote Sarkozy... L'hebdomadaire britannique, dans le numéro qui sort aujourd'hui, affiche en couverture un Sarkozy-Napoléon sur son cheval... "Sarkozy, c'est la chance de la France", titre l'hebdomadaire, qui explique : "Après un quart de siècle de dérive, le candidat de l'UMP offre le meilleur espoir de réforme"... Bon, en même temps... l'enthousiasme n'est pas complet... The Economist est rarement tendre avec les Français... Et si le magazine vote Sarkozy, c'est, dit-il, "faute de mieux"... Il n'y a pas que The Economist qui a choisi... Dans Challenges : "Si les dirigeants européens votaient"... L'hebdomadaire économique a fait le tour des chancelleries, qui laissent filtrer leurs préférences... Ainsi, en Allemagne, Angela Merkel choisirait Nicolas Sarkozy... Pareil pour Gordon Brown, le probable futur Premier ministre britannique d'ici l'été... En Espagne, Jose Luis Zapatero soutient, lui, Ségolène Royal... Alors qu'en Italie, Romano Prodi affirme que François Bayrou est le seul candidat qui mérite sa faveur... Si vous aimez regarder la campagne électorale d'ailleurs... dans Courrier International : "Ségo-Sarko vu d'Allemagne"... Les commentaires peu enthousiastes des journalistes d'outre-Rhin... Ils dénoncent l'absence de vrais débats... et ils conseillent à leurs lecteurs qui veulent passer leurs vacances dans l'Hexagone d'apprendre la Marseillaise et de se procurer un petit drapeau bleu-blanc-rouge... Absence de débats... C'est aussi, finalement, le sentiment des Français... Libération, comme tous les vendredi de cette campagne, propose "La Présidentielle vue de..."... Et ce matin, c'est "La Présidentielle vue de Mulhouse"... Il y a ce syndicaliste, qui trouve que la politique a bien changé... "Autrefois, la Présidentielle avait une autre dimension, dit-il... Là, nos candidats nous enferment dans une vision étriquée du pays... Aujourd'hui, je ne me sens séduit par personne... Je fais partie des indécis... C'est la première fois que ça m'arrive"... A Cernay, à quelques kilomètres de Mulhouse, une cellule de reclassement pour les 191 salariés du sous-traitant automobile Dalphimétal... L'usine a fermé à la fin de l'année dernière... Les anciens salariés s'y retrouvent... Oui, disent-ils, ils iront voter... Mais sans illusions... "Celui qui s'occupera des ouvriers français, il n'est pas encore né"... Dans cette région du Haut-Rhin fortement industrialisée, où de nombreuses entreprises ont fermé, il y a aussi cette phrase qui revient... "On ne pense pas à l'homme... On pense toujours au profit"... "On pense toujours au profit"... Et encore, on ne parle pas des parachutes dorés de Forgeard et de Tchuruk... Mais dans la série "Je suis au pouvoir, j'en profite"... ce matin, les journaux vous présentent Paul Wolfowitz... L'Américain, ancien gourou de George Bush, est aujourd'hui le patron de la Banque mondiale... bref, "le Monsieur Vertu de l'économie mondiale", comme dit Les Echos... Sauf que... "le président de la Banque mondiale est pris au piège de sa croisade anti-corruption", annonce Le Figaro... Explications en première page des Echos... "Paul Wolfowitz a présenté ses excuses hier pour avoir accordé une très forte augmentation à une collaboratrice qui était également sa maîtresse"... Le quotidien économique analyse que ce scandale Wolfowitz, c'est un coup dur pour la crédibilité de la Banque mondiale... Outre-Manche, le Financial Times explique que la pression se fait de plus en plus forte sur le président de la Banque mondiale, et qu'il doit démissionner... Retour à Courrier International... mais pour un tout autre sujet... "Le climat... et comment le réchauffement bouleverse le sport"... La photo, en couverture, est éloquente... 4 rameurs, debout devant leur embarcation... Sous leurs pieds, une terre sèche et craquelée... C'est le fond du lac Wendouree, dans l'Etat de Victoria, en Australie... C'est là qu'eurent lieu les épreuves d'aviron des Jeux olympiques de 1956... Mais aujourd'hui, ce lac urbain, naguère prospère, n'existe plus... Et dans Courrier International, le journaliste d'Inside Sport, un hebdomadaire de Sydney, explique qu'en fait, "la majeure partie de l'ouest de l'Etat de Victoria est une fenêtre sur l'enfer... Chacun devrait aller voir ce qui s'y passe"... Pour le journaliste australien, "un pays fondé sur le sport devrait s'inquiéter pour ses espaces verts, pour ses lacs, pour ses rivières... Notre identité de peuple fort et indépendant, dit-il, amoureux du plein air, reposait sur l'eau"... Or, en Australie, l'eau se fait rare... Le pays est frappé par la sécheresse depuis plusieurs mois... lacs asséchés... terrains de sport brûlés... Dans cette partie de l'Etat de Victoria, il n'y a plus aucun sport aquatique... on ne peut plus faire de golf... les matches de criquet ou de football sont de plus en plus souvent annulés... et les courses hippiques ont disparu... Mais à part ça... l'Australie n'a toujours pas ratifié le protocole de Kyoto... Situation dramatique donc... Mais les bouleversements climatiques ne chamboulent pas le sport qu'en Australie... En Bolivie, la neige se fait rare dans la station de ski la plus haute du monde... 5.300 mètres d'altitude, dans les Andes... Aux Pays-Bas, le marathon de patinage n'est plus organisé depuis 10 ans, en raison de températures trop clémentes... Autre incidence... En février 2006, le marathon de Hong Kong a été couru malgré la très mauvaise qualité de l'air... Résultat : 20 marathoniens ont été hospitalisés pour des problèmes respiratoires... Et du coup... eh bien, interrogations sur les JO de Pékin en 2008... C'est un article repris dans le Wall Street Journal de New York... où les médecins disent déjà qu'en athlétisme, il ne faut pas s'attendre à de nouveaux records... En cause là aussi : la pollution atmosphérique... Alors, pour éviter le scandale de Hong Kong, Pékin a déjà prévu de fermer ses usines... d'interdire les déplacements non indispensables... et de demander à ses habitants de ne pas se servir de leur climatisation durant les JO... Mais comme cela ne suffira sans doute pas... des chercheurs chinois modélisent les flux de pollution, pour déterminer d'où vient l'air pollué, et quelles régions du pays devront être économiquement paralysées pour que la pollution ne vienne pas ruiner les Jeux...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.