(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : le social et le sociétal

(Bruno Duvic) Et au carrefour des deux : le collège. « Dans l'enfer quotidien des profs ». C'est à la Une du Parisien-Aujourd'hui en France ce matin. C'est le carnet de bord de deux enseignants en collège, entre le 19 et le 30 novembre. L'un est appelé Mathias, il enseigne en Seine-St Denis près d'une cité. L'autre est appelée Armelle, collège du Val d'Oise près d'une zone pavillonnaire.

Lundi 19 novembre, Armelle : vent de panique au collège. Deux anciens, exclus, ont forcé la grille d'entrée et déboulé pendant le cours d'une collègue. Elle a fini par les reconduire.

21 novembre, Armelle : en salle des profs, encore une collègue qui a des ennuis, avec un élève de 3ème. « Votre cours c'est de la merde allez vous faire foutre ! »

22 novembre, Mathias : mes élèves n'ont pas du tout conscience de leur très faible niveau.

27, le même : séance de soutien scolaire en français. Cela fait presque deux mois qu'ils n'ont pas cours dans cette matière

Mathias, le 28 : un élève chez le CPE après de multiples incartades. Je me demande s'il comprend quelque chose à ce qu'on lui reproche.

Enfin Armelle, le 30 : je finis la journée dans le bureau du principal adjoint pour informer des parents que leur fils va être puni pour détention et usage d'un pistolet à bille dans la cour.

Le climat à l'école pose aussi la question de la politique des banlieues. Cette semaine Valeurs Actuelles consacre sa Une à ce que l'hebdomadaire appelle « Un scandale d'Etat » : les milliards des banlieues. « Milliards engloutis pour un résultat inversement proportionnel aux efforts consentis. »

La nationalisation fait toujours débat...

…le projet avorté de nationalisation à Florange. D'un côté ce matin, Lakshmi Mittal, interview au Figaro . « La nationalisation, quel bond en arrière ! ». Et il glisse qu'il n'a pas le sentiment que le président de la République était très favorable au projet.

D'un autre côté, L'Humanité qui reprend l'étude publiée dans Le Canard Enchainé et Le Monde . « Nationaliser était le scénario crédible », titre L’Huma . Cette étude émanant de Bercy jugeait le projet viable économiquement et juridiquement. Le retrait du projet, « ce choix idéologique, est un tache. Indélébile » écrit Jean-Emmanuel Ducoin dans l'éditorial.

Et pourtant, constate Le Monde à la Une, « Quand les Etats Unis nationalisent ca marche ». L'Etat américain a tiré 23 milliards de dollars de la revente de l'assureur AIG, passé provisoirement sous contrôle public en 2008. La nationalisation de General Motors a également permis de sauver l'entreprise.

Mais dans les colonnes du Monde , l'économiste Elie Cohen assure que le cas de Florange est très différent. Pas de crise majeure, pas d'intérêt national mais des raisons locales, selon lui. « Les dirigeants de General Motors, les actionnaires, les banquiers, les salariés, les concessionnaires, tout le monde demandait à l'Etat d'intervenir. »

Des dossiers sociaux, sur la table et dans la presse, il y en a un beaucoup ce matin

« Petroplus, arrêt de la production », c'est la Une de Paris Normandie , le malaise social à la Poste sur rue89 et le cas Rio Tinto (ce n'est plus de l'acier mais de l'aluminium) dans Libération .

Dans L'Humanité , Jérôme Fourquet, de l'institut de sondage Ifop, estime que l'impopularité du couple exécutif est renforcée après Florange.

Est-ce la raison pour laquelle depuis quelques jours, la gauche insiste sur les sujets non plus sociaux mais sociétaux - le mariage et l'adoption pour tous, le droit de vote aux étrangers ?

« Le sociétal pour oublier le social ». Les titres de l'éditorial du Figaro et de la chronique de Guillaume Tabard dans Les Echos sont quasiment les mêmes. « Cette méthode, conclut Guillaume Tabard, n'est pas sans risque au moment où l'opinion, et d'abord celle de gauche, affiche des préoccupations quotidiennes d'abord économiques et sociales. »

Du social, du sociétal... et des mandales ! Ca ne s'arrange pas entre Jean-François Copé et François Fillon. Ils se balancent Le Figaro à la figure. Hier, l’ancien Premier Ministre parlait d'une « élection bafouée » dans une tribune au journal. Réponse de Jean François Copé ce matin : en disant cela, on salit l'honneur des militants. « L'histoire que nous venons de vivre, c’est l’histoire d'un favori des sondages qui n'accepte pas sa défaite. »

Au milieu, Edouard Balladur, qu'on verrait bien en arbitre de boxe… Toujours dans Le Figaro , il se prononce pour d'autres élections à l’UMP, à brève échéance et ouvertes à d'autres candidats.

Quoi d'autre dans la presse ?

La pause pipi qui se termine devant les prud'hommes. C’est à lire dans Le Parisie n. Un cuisinier du Mac Do de Beaucaire dans le Gard a été licencié pour abandon de poste après avoir fait un détour par les toilettes. C'est sa version des faits. La direction parle de problèmes récurrents avec ce salarié.

« L'Europe congelée », c'est la Une de Libération . Sommet européen à Bruxelles aujourd'hui. Il devait entériner une véritable union économique et monétaire. Mais la France et l'Allemagne reculent. France et Allemagne que Libé décrit comme très divisée.

Les champions des champions de l'année selon L'Equipe . Deux filles et deux garçons récompensés, c'est la nouveauté de l'année. Pour les sportifs français : Camille Muffat et Teddy Riner. Pour le reste du monde : Usain Bolt et Serena Williams

C'est donc déjà le moment des bilans de fin d'année. Et à ceux des journaux il faut désormais ajouter les bilans des réseaux sociaux et des moteurs de recherche, relayés par les journaux ou les sites d'information.

Best of 2012 selon Google - les mots clés tapés frénétiquement sur le moteur de recherche - c'est à lire sur slate.fr : François Hollande (en cette année présidentielle), le foot (Euro 2012), Free Mobile, et Bref la série de Canal +

Best of 2012 sur Facebook - la liste des sujets les plus discuté - c'est à lire sur rue89 : François Hollande, le foot et Twilight. On peut pousser le vice jusqu'à connaitre, ses propres moments forts sur son propre profil. Ca ne fait pas forcément rêver, on y parle de sa vie quotidienne. Un journaliste de rue89 a constaté que le nouveau robinet dans sa cuisine faisait partie des moments forts de son année…

Best of 2012 sur Twitter, à lire sur Direct Matin . Personne n'arrive à la cheville d'Obama et ce message le soir de son élection : "Four more years", accompagné d'une photo glamourissime de Barack et Michelle Obama. 800.000 retweet, record absolu.

Mais un nouveau geek a déboulé sur Twitter. Benoit XVI : déjà 1 millions 300.000 abonnés. Ce n'est pas Lady Gaga, 32 millions d'abonnés, mais c'est déjà beaucoup. Le Pape sur Twitter c'est à la Une du Figaro . Une page pour expliquer ce nouveau mode d'évangélisation. La majorité des messages déjà reçus sont plutôt critiques, risque assumé par le St Siège. « Le Tweet se rapproche de la simplicité des versets biblique » écrit Jean Marie Guénois.

Dans L'Humanité , Maurice Ullrich ironise. « Le Pape gazouille, pourquoi pas, on sait depuis St François d'Assise que nos frères oiseaux sont des créatures de Dieu tout comme nous (…) La foi, c'est simple comme un tweet : ‘Dieu, c'est moi, t'es où ?’ »

Benoit XVI sur les réseaux sociaux : lol ou like ? En tout cas, avec le blogueur Didier Pobel, constatons qu'après l'Ipod et l'Ipad nous avons désormais… l'Ipape.

Bonne journée

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.