Manifestation contre la réforme des classes préparatoires
Manifestation contre la réforme des classes préparatoires © Maxppp / Alexander Roth-Grisard

Ces mille lignes Maginot qui bloquent la France. C'est le monde qui fait cette comparaison, en regardant simplement l'actualité : les opticiens, les taxis, les profs des classes prépas, les cheminots...

La France est-elle irréformable demande la monde dans son éditorial ? Est-elle paralysée par ses castes, ses corporations, ses privilèges ?

Sans entrer dans le détail, voyez les opticiens : un marché peu concurrentiel et opaque dénoncé par la cour des comptes, des lunettes deux fois plus chères en France que chez nos voisins, à peine remboursées par la sécu !

Et à peine, les parlementaires ouvrent, ils le secteur à la concurrence, notamment sur Internet , qu'aussitôt les professionnels poussent des cris d'orfraie, invoquant la sécurité sanitaire des français et l'emploi !

On lira dans le Figaro ce qu'en disent les commerçants et le gouvernement, que l'emploi serait au contraire favorisé par une libéralisation du secteur, qui obligerait les enseignes à baisser leurs prix de 15 à 20%, sans dommages pour elles. Le taux de marge est tellement élevé explique aussi le Figaro qu'actuellement les boutiques d'optique sont rentables avec seulement trois paires de lunettes vendues chaque jour !

On peut multiplier les exemples : sur les classes prépas, Libération rappelle les projets du ministre qui voudrait un peu plus de justice et de transparence, imposer 1Oh de cours par semaine aux profs, qui parfois s'offrent d'eux mêmes jusqu'à 8h d'heures sup, ça pourrait permettre de décharger un peu les profs de ZEP, qui en ont bien besoin mais aussitôt : levée de boucliers, manifs et grèves !

Le mouvement remarque Véronique Soulé a trouvé un écho sans rapport avec le nombre de ces profs qui sont 7500 !

Sans doute pour les raisons qu'explique aussi Aude Sérès dans le figaro, que les anciens des classes prépas, aujourd'hui hauts fonctionnaires ont fait entendre leurs voix dans les allées du pouvoir : les élites viennent au secours des élites ! Et voilà Vincent Peillon titre le figaro encore un peu plus fragilisé !

A sa décharge reprend Libé, entre vouloir aller vite pour que les choses se fassent et prendre le temps de la concertation au risque qu'elles ne se fassent pas la voie est étroite... Il faut savoir contourner une ligne Maginot...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.