Qui envahit la Une du Parisien, "vous n'y échapperez pas", jure le journal, et nos critiques se motivent pour commenter toujours la même histoire d'un empire galactique que défient des résistants mystiques... C'est la force du cinéma d'inspirer des mots...

Et les mots sont amers chez Thierry Gandillot dans les Echos... "Le scénario est basique, les dialogues sont creux, les combats sans inventitvité, l'humour tombe à plat"... Il en a trop vu Gabndillot...

Et les mots sont sucrés dans le Figaro, de l'écrivain hussard Eric Neuhoff ..

 Luke Skywalker boude. Il se terre dans une île perdue au milieu de l'océan. Les hommes l'ont déçu. Il a une grosse barbe de prophète. Une demoiselle aux joues roses vient le déranger dans sa tanière. L'humanité est en danger (elle a l'habitude, depuis le temps). Skywalker quitte sa retraite. Son sabre laser lui brûle les doigts. 

Mais ne vous y trompez pas, Eric Neuhoff est content, et nous donne l'information sans nous en dire trop... Skywalker-Mark Hammil revient dans un dernier tour de piste, dans un film marqué par la mort, réelle, de l'actrice Carrie Fischer... 

Et Libération en fait des tonnes, sur un film "dégagiste"... où  les légendes viennent pour trépasser et les combats comptent moins que les tourments des personnagse... Il faudrait éviter Libé qui en dit trop mais en même temps, ça se lit, du Olivier Lamm et Ddier Péron.

Les chevaliers blancs sont à ce point dévorés par le doute qu’ils préfèrent se terrer sur des planètes-océans paumées aux confins de la diagonale du vide intersidéral, dont les rares terres émergées sont couvertes de fientes et n’abritent que des nonnes-paysannes à tête de crapaud et une espèce de simili-macareux idiots, dont on n’ose imaginer le genre de produits dérivés indignes qu’en tirerait un studio de cinéma un peu trop versé dans le retour sur investissement.

Ah oui, Star Wars appartient à l'empire Disney, qui exploite le filon... 

L'empire ne gagne pas toujours à la fin? Dans le monde.fr  on vous raconte comment des passionnés ont reconstitué les versions originales des premiers Star wars, qui avaient été modifiés au fil du temps et des rééditions dvd... Et ce piratage est un acte de foi et de vérité...  Des jedis en somme...

Notre Dame des Landes fait la Une du Figaro...

Et c'est la guerre que doit mener le Président Macron, son "casse tête", son "épreuve d'autorité"... Il faut reconquérir la ZAD, la zone de construction de l'aéroport occupée par "des activistes de la contestation permanente" qui doivent être mis "hors d'état de nuire", ces opposants déjà armés racontent le journal... 

Outre des lance-pierres géants et un «trébuchet» pour catapulter de lourds objets, les opposants ont rassemblé des pics en bois, des masses d'armes de fortune, des «lance-patates», aussi appelées «patator», pour propulser des projectiles par gaz comprimé, ou encore des boules d'acier hérissées de clous...

En face, l'Etat mobiliserait 3000 hommes.

Une guerre donc.  Et un marqueur politique pour le grand quotidien de la droite, qui demande au pouvoir de dépasser le traumatisme de Sivens, où un jeune écologiste avait été tué, en 2014, par une grenade de gendarmes. 

En face, Libération redoute un "un Sivens puissance dix", et décrit des zadistes plus politiques que guerriers... Ici passe exactement la césure entre la droite et la gauche.  Reste à savoir où campe Macron et s'il fera la guerre pour rétablir l'autorité de la politique....  

Edouard Philippe se délocalise à Cahors... 

Et c'est une autre manière de rétablir la politique, auprès du peuple.... "Le gouvernement s'installe dans le Lot" titre la Dépêche. Il y organise sa conférence des territoires et restera trois jours... En feuilletant la dépêche, j'ai pensé que le premier ministre avait de la chance, qui pourra apprécier la gastronomie du chef David Blanco mais qui pourrait aussi, s'il prenait son temps, aller à Caillac vendredi écouter la pianiste Marina Di Giorno, elle donne un concert avec des danseurs hip hop; ou ce soir à Figeac assister à une représentation du Petit chaperon rouge de Joel Pommerat... 

On vit aussi dans les territoires, on y est riche de culture, mais bien sur, un Premier ministre est là pour parler économie, désertificatiion et abandon... Et pour consoler... . 

J’ai été élu d’un territoire qui allait mal dit Edouard Philippe à la Dépeche...  Quand on parlait du Havre, on parlait d’une France populaire qui souffrait (mais) les choses peuvent se transformer. Le Havre est aujourd’hui une ville plus dynamique, plus active.

J'ai lu Edouard Philippe et je suis allé regarder son journal, donc Paris Normandie.

Et là, j'ai lu autre chose qui m'a fait oublier la politique...  Et qui m'a fait oublier aussi les histoires un peu heureuses que je voulais vous raconter ce matin... Le très bon dossier de la Croix, par exemple sur ces cadeaux de Noel qui vont initier nos enfants aux secrets du code informatique... 

Mais il est des enfants à qui on n'offre pas de cadeaux. 

Donc dans Paris Normandie... j'ai vu un procès, qui s'est tenu à Rouen, d'un homme de 26 ans à l'époque des faits, en 2014... Il avait pris pour maitresse une jeune fille de douze ans, il n'était pas son premier amant, à cette gamine de Saint-Martin-aux Buneaux, qui avait été violée à l'âge de 9 ans... « Oui, coucher, je m’en foutais... J’avais déjà eu des relations. Au début, il a été gentil avec moi. Après, il m’a traité de pute.  »

L'adulte qui couchait avec l'enfant et la traitait de pute a été condamné à 12 mois de prison avec sursis... 

Et le président du tribunal, il s'appelle Adrian, a commenté ainsi sa décision. 

"Alors comme ça, ça se fait dans la campagne de coucher avec des filles de 12 ans ?"

Il y a le sordide, et il y a le mépris. Et à lire cela, on se sent coupable, mais de quoi? 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.