En attendant Sarko et la déclaration imminente du candidat président, c'est l'actualité qui va dominer la semaine .Cette semaine comme dit Francois Martin dans le Midi Libre on change de tempo dans la campagne...Bonjour la Blitzkrieg, fini le long fleuve tranquille du président qui taquine son adversaire à fleurets mouchetés.On passe à la guerre éclair..Cette semaine qui s'ouvre sera déterminante pour le candidat Sarkozy qui va se déclarer,reste à savoir où et quand? Car c'est vrai qu'une entrée en campagne c'est toujours un moment déterminant: ce qu'exprime le titre en une du Parisien Aujourd'hui en france : Sarkozy joue son va tout! Le politologue Gael Slimane le dit au journal: même si cette candidature n'est pas une surprise, d'un point de vue symbolique la façon de se déclarer est primordiale(en plus c'est la Saint Valentin demain ,c'est le bon moment pour déclarer sa flamme aux français...).La déclaration de candidature poursuit Gael Slimane c'est le moment où on rassemble sa famille politique pour créer une dynamique. Mais c'est un fusil à un coup.Faut pas se rater!C'est bien pour ça qu'on y réfléchit très sérieusement à l'Elysée: on lira dans Le Figaro les différentes options: le 20H de TF1, la visite dans une usine de panneaux photovoltaiques demain en isère,un autre déplacement en province jeudi.Le seul jour qui ne soit pas envisageable explique Charles Jaigu c'est vendredi, le jour du sommet franco britannique. La seule certitude c'est le meeting de dimanche à marseille.Il aurait pu faire durer ce faux suspense jusqu'en mars le président ,c'est en tout cas ce qu'il pensait faire, rappelle Francis Brochet dans Le progrès de Lyon mais il n'a pas tenu le coup, trop impatient d'en découdreA moins qu'il n'ait plus le choix comme explique Henri Vernet dans Le Parisien: la posture du capitaine à la barre jusqu'au bout manifestement ne paie pas et l'écart avec François Hollande est toujours aussi grand, et donc il n'était plus possible de temporiser.Lui qui voulait attendre le dernier moment comme l'avait fait François Mitterrand en 1988, il sera plutot plus près de Jacques Chirac qui s'était déclaré le 11 février 2002Quant à définir une stratégie: on a compris depuis ce week end et l'interview au Figaro magazine qu'il avait choisi de cliver. C'est sans ambiguité pour l'Hunamité qui fait de Sarkozy en Une, un candidat jusqu'à l'extrème!Sauf intervient Guillaume Tabard dans Les Echos,sauf qu'il a choiside cliver dans le sens inverse de 2007.En 2007 le candidat Sarkozy s'était engagé en citant Jaurès avant de proposer un Ministère de l'immigration et de l'identité nationale.Cette fois il veut d'abord séduire à droite avant sans doute de s'ouvrir au centre, à la mi mars par exemple pour négocier le ralliement d'un Jean-Louis Borloo notamment...C'est un point de vue ...

En attendant c'est l'actualité européenne qui se rappelle à nous en Grèce... On lira sur les sites essentiellement les compte rendus de la nuit dont les journaux n'ont pas eu le dénouement...Des dizaines de milliers de manifestants, une quarantaine de batiments en feu à Athènes et ailleurs ,à Salonique notamment.Tout juste Le Parisien et Les Echos pressentent-ils une révolte ,un chaos...Mais Libération en fait son dossier du jour: la Grèce à l'os titre Libé, allusion bien sur au nouveau plan d'austérité que la rue justement rejette...Le sort fait aux grecs nous concerne, nous citoyens européens explique François Sergentcar ce qui est imposé à ce pays aujourd'hui annonce peut etre ce qui sera un jour prescrit à l'Italie au Portugal et pourquoi pas à la France...Certes la Grèce a peut être vécu comme une cigale mais découvre-t-on vraiment la situation? Pourquoi la commission européenne, les marchés, les banques qui lui ont tant prêté n'ont-ils rien fait, rien dit?Aujourd'hui explique le sociologue Constantin Tsoukalas c'est le manque de perspective qui rend le sauvetage d'une société grecque en déshérence totalement invraisemblable.Je crains dit-il que les réactions de la population soient de plus en plus violentes, illégales et incontrolables.Et c'est en cela que cette révolte qui gronde nous concerne tous : dans la Journal de la Haute-Marne c'est Patrice Chabanet qui conclut: si la révolte devait se propager, c'est toute la construction européenne qui serait menacée.Qu'on le veuille ou non seule une mutualisation de la dette permettra à la grèce de sortir de l'eau et donc à l'Europe d'éviter le pire.

Quoi d'autre dans la presse ce matin... La folie Free symbole d'une schizophrénie françaiseDans Les Echos cette charge de Jean-Francis Pécresse contre les nouveaux abonnés de Free , qui n'ont pas tout compris contrairement à ce que dit la pub.Un million de français ont déjà souscrit en un mois aux offres alléchantes du nouvel opérateur de la téléphonie mobile: savent-ils demande Jean-François Pécresse qu'ils favorisent la délocalisation des emplois et des investissements que par ailleurs ils déplorent...C'est comme les Renault qui sortiront de l'usine de Tanger : nous serons des milliers à les acheter après avoir été heurtés par cette délocalisation marocaine...C'est l'éternel hiatus enhtre le consommateur et le citoyen: et vous savez quoi ,dans ce débat entre moi et moi, c'est toujours le moi consommateur qui gagne.Sur la pelouse du Stade de France samedi en revanche les relations clients n'ont pas été top. On a vu et entendu la colère compréhensible du public et la comédie continue comme dit L'équipe ce matin. Faut bien trouver un responsable : un peu d'arbitre ,un peu de télévision même ,et beaucoup de fédération française de rugby (pour les lecteurs du Parisien y a pas photo)sauf que la fédération renvoie la balle au Stade de France et pour cause : elle entend bien faire construire son propre stade de rugby et cette déconvenue de samedi soir lui rend plutot service. C'est bas ,mais c'est la vie...En attendant la presse irlandaise se moque évidemment ce matin comme L'équipe le relève : elle se moque de ce que L'indépendant appelle spectaculaire bordel (spectaculaire cock-up en irlandais), hard to believe, difficile à croire pour le Irish Times quand le Telegraph préfère évoquer la french farce : on a de la chance que ce ne soit pas tombé sur les anglais....Un dernier mot pour évoquer celle dont on trouvera la photo sur de nombreuses unes : Whitney Houston retrouvée morte samedi dans une chambre d'hotel de Los Angeles. On lira sa vie son oeuvre dans Le Figaro, Libé et Le Parisien, star mondiale aux 170 millions d'albums vendus dans le monde.Ce qui ne veut pas dire précise très honnètement Gilles Renault dans Libération qu'elle laisse un grand héritage artistique. A force de se fourvoyer dans une variété invariablement piteuse, l'héritage serait même plutot insignifiant... C'est dit.N'empèche, à la veille de la Saint Valentin, de Whitney Houston il nous reste ça...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.