La Grenouille à grande bouche nous dit tout du cochon, devenu invisible en Bretagne, mais que l’on dépèce encore entre amis à la ferme. L’Est républicain nous dit que le boulanger de Besançon poursuit son combat. Sud-Ouest nous parle d’un homme asthmatique venu du Bangladesh, premier réfugié de la pollution.

On parle d'une tomate... 

Et avec cette tomate on parle des merveilles que promet la science et  on parle d'un cocktail célèbre, le Bloody Mary, qui désormais pourra se passer du Tabasco nous assure le UN, car un biologiste brésilien a inventé une tomate épicée comme un piment; simplement en activant des gênes

Voilà une nouvelle potentialité ludique de la technologie CRISPR Cas 9, conçue par deux chercheuses devenus prix Nobel, l'américaine Jennifer Doudna et la Française Emmanuelle Charpentier qui a grandi à Juvisy Essonne... Leurs ciseaux génétiques pourront un jour qui sait nous aider contre l'acné, le cancer, le sida, les maladies du sang, les maladies génétiques...  

Le Un a donc choisi de défier la morosité ambiante pour nous dire à quel point nous vivons un moment incroyable, la science a mis le turbo, elle s'est affranchi des limites anciennes et l'on s'approche du moment où nous allons réparer des vivants et peut-être des vivants à venir...  Le CRISPR-Cas 9 coupe supprime copie colle, tel un traitement de texte des séquences génétiques et le Un raconte son invention fruit du hasard et du génie..

En 2003, une française, Christine Pourcel, étudie pour l'armée à Orsay l'ADN du virus de la peste, elle découvre des séquences génétiques qui se répètent et sont comme des palindromes on les lit à l'envers à l'endroit...

Au même moment, un doctorant espagnol Francisco Mojica, trouve d'autres palindromes dans l'ADN d'une bactérie qu'il étudie dans les marais salants, et cette bactérie, elle est vieille de milliards d'années, a intégré entre les séquences palindrome des morceau d'ADN de virus, elle se protège ainsi... 

Aux Etats-Unis, un chercheur français nommé Rodolphe Barrangou qui travaille pour l'industrie agro-alimentaire découvre qu'une bactérie qui donne au yaourt son bon gout acidulé, utilise pour se défendre et organiser son génome, une protéine tranchante...

Je vous laisse lire la suite jusqu'aux nobélisées Charpentier et Doudna, et vous lirez aussi les doutes , il ne faut aborder l'homme que d'un CRISPR tremblant? Le Un nous rappelle ce vieux texte de Goethe, l'élève sorcier, que Mickey interpréta dans Fantasia "Hélas mon dieu mon dieu j'ai oublié les paroles magiques..." Le Un nous rappelle aussi un rêve que fit la prix Nobel Jennifer Doudna: Adolf Hitler voulait la rencontrer pour utiliser son ciseau génétique, il avait, dans ce rêve un visage de cochon... Il est amusant de voir l'archaïsme des songes chez les plus grands cerveaux.

A propos de cochon, vient de paraitre une revue gouteuse, faites vous du bien avec la Grenouille à la grande bouche, roborative et intelligente, consacrée à la nourriture et qui cette livraison ne parle que de cochons. La Grenouille est publiée en Bretagne où jadis le cochon était l'animal familier des fermes et des paysages, une vieille photo montre une grand mère, une mam goz qui a installé sa petite fille sur le dos d'une truie, mais les cochons se sont dérobés à notre vue tout en se multipliant dans les élevages industriels. On lira aussi un reportage sur une tradition maintenue une fois l'an dans les campagnes, le tue-cochon, où l'on invite les voisins les amis,  "tiens bois un coup met les pieds sous la table  et repars avec un morceau de boudin", mais la modernité est implacable: à la ferme de Pascal Jamet, vigneron ardéchois, c'est le boucher du Auchan du coin qui officie à la découpe, on fixe la date des agapes après Noel, car en décembre il est aussi père Noel, c'est son petit boulot...

On parle aussi de bonheur en ville...

A Saint-Ouen, près de Paris, cité populaire mais dont la population augmente et  se boboïse, et là-bas nous dit le Parisien, on espère l'arrivée d'un Picard, commerce de bouche surgelée, qui porterait une marque de civilité... Le journal réfléchit ensuite, quels sont les commerces qui disent l'entrée en bourgeoisie?  

A chacun ses bonheurs. Dans le Parisien encore j'apprends que le calendrier traditionnels des pompiers de Paris est concurrencé par une version dénudée,  un calendrier de soldats du feu musclés et nus, le photographe Fred Goujon c'est fait plaisir, il dit que les femmes forment 90% de ses lectrices. 

Dans le Télégramme, en Bretagne à nouveau une jeune femme de 27 ans, Marie Comacle, a inventé, elle est ingénieur, un sex-toy qu'elle a nommé « coco », qui sait à la fois lis-je « aspirer et pénétrer », ce que fait la science… Mais Marie n'est pas seulement une anecdote complice, je lis qu'elle a du faire fabriquer son prototype en Chine car en France elle n'arrivait pas acheter du silicone en petite quantité. 

A chacun ses péchés. On lit dans le Canard enchainé qu'il ya quelques 20 ans, Cécilia Sarkozy, épouse alors de Nicolas, ministre de l'Intérieur, touchait quelques 3000 euros par mois comme assistante parlementaire de la suppléante de son mari dont on l'avait cru jusque-là collaboratrice bénévole... 

Je lis dans le Figaro que le comédien Francis Huster organise une campagne pour que Molière s'en aille au Panthéon, en aurait-il fait Poquelin de belles pièces de nous. 

On parle enfin d'un enfant.... 

Qui a quinze ans et qui, nous disent Presse-Océan et Ouest-France, est tout près de la mort à Nantes, il a été pris  lundi dans une fusillade autour d'un spot de drogue, et je lis aussi qu'à peine séché le sang, les trafiquants reviennent prendre leur place, et les clients aussi, c'est comme une malédiction... 

Dans Libération qui a son tour dit les espérances perdues des printemps arabes, je lis qu'en Egypte la répression est plus forte encore qu’au temps de Nasser et Moubarak. Malédiction vous dis-je mais parfois on la vainc.

Dans l'Est Républicain nous contemple un homme brave dont l'heure de gloire doit se poursuivre: Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon qui fait une grève de la faim pour que son apprenti Laye Fodé Traoré ne soit pas expulsé. Hier Stéphane Ravacley a fait un malaise, aux urgences on lui a donné des vitamines, il veut poursuivre sa grève de la faim pour Laye et tous les autres... 

Je lis dans Sud-Ouest que la Cour administrative d'appel de Bordeaux a ordonné au Préfet de Haute-Garonne de délivrer un permis de séjour à un migrant expulsable, Hahi Nur, employé dans un restaurant toulousain. Motif de la décision. Nur a des problèmes respiratoires, asthme chronique et apnée du sommeil, et il risquerait la mort s'il retournait dans son pays, le Bengladesh, qui est un des plus pollués de la planète... Le voilà donc réfugié de la pollution, cette décision est peut-être une révolution. 

Contact
Thèmes associés