"Nous avons donc bien un Premier ministre !"... C'est le bilan que tire Francis Laffon dans L'Alsace, après l'intervention de François Fillon hier, sur France 2... un François Fillon qui "en a fait des tonnes, presque trop, pour dissiper les rumeurs de mésentente entre l'Elysée et Matignon", constate l'éditorialiste... Chantal Didier, dans L'Est Républicain, a vu elle aussi une "scène de l'unanimité touchante"... une scène rassemblant "sarkozystes, chiraquiens, juppéistes, représentants de la diversité et de l'ouverture... Tous étaient sur le plateau pour entourer le soldat Fillon... au point que l'on s'attendait à voir arriver le Président de la République pour certifier que tout va très bien entre Matignon et l'Elysée"... Oui, "même Xavier Bertrand a dû faire semblant de passer un très bon moment", ironise Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... En même temps... "le tandem Sarkozy-Fillon a-t-il un jour réellement existé ?", s'interroge Philippe Palat, dans Le Midi Libre... Peu importe, lui répond Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro... "Peu importe, en vérité, que Nicolas Sarkozy et François Fillon s'aiment encore ou ne s'aiment plus... L'important est qu'ils fassent ce qu'ils ont à faire... L'amitié ne nuit pas, certes, mais elle passe après"... Alors dans les journaux, vous lirez aussi, sur le fond, que François Fillon a largement évoqué les sujets économiques hier soir... Une aide au transport pour faire face à l'augmentation du prix de l'essence... la possible construction d'un deuxième réacteur nucléaire de seconde génération... et le RSA, le revenu de solidarité active, qui devrait entrer en application le 1er janvier prochain... Mais comme c'est surtout la forme qui intéresse les commentateurs ce matin... ces deux petites nouvelles de la vie du pouvoir... Elles sont à lire dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Le Président annule la réunion de son G7"... Selon le journal, la réunion hebdomadaire des 7 ministres choisis par Nicolas Sarkozy pour constituer une sorte de conseil politique a du plomb dans l'aile... L'ambiance est devenue très pesante, au sein du gouvernement, entre les heureux élus et les recalés de ce G7... Autre confidentiel du Parisien... "La banlieue pas prioritaire"... Le journal explique que le Conseil interministériel des villes, qui devait se réunir lundi à Meaux, en Seine-et-Marne, a été repoussé... C'est la troisième fois depuis le mois d'avril... Mais il aura bien lieu, assure Matignon, et avant la fin du mois... Aide au transport donc, a annoncé hier soir le Premier ministre... Il était temps !, semble dire Le Parisien-Aujourd'hui en France... Le journal consacre son dossier de Une à cette "révolution dans le budget des Français"... "Les transports passent avant l'alimentation"... C'est un énorme changement... "Derrière le logement, ce sont désormais les transports qui pèsent le plus lourd dans le budget des familles... La nourriture arrive en troisième position... La faute au prix du pétrole devenu fou, et aux trajets domicile-travail qui ne cessent de s'allonger"... L'économiste Jacques Marseille ironise : "Avant, on disait 'tu gagneras ton pain à la sueur de ton front'... Aujourd'hui, c'est 'tu gagneras ton gazole à la sueur de ton front'"... Et cette tendance n'est pas prête de s'inverser, puisque les ménages habitent de plus en plus loin des grands centres urbains... On fait en moyenne 40 kilomètres par jour pour aller travailler... Et un sociologue explique que le problème, c'est que "plus on est pauvre, plus on paye"... puisque ce sont les ménages les plus modestes qui doivent le plus s'éloigner des centres-ville pour trouver un logement... Pour les autres, constate Le Parisien-Aujourd'hui en France, les réflexes changent... Dans la région parisienne, les recherches de logement se recentrent autour des lignes de métro, de RER... bref, autour des transports en commun... En province, dans les villes moyennes, les locataires cherchent dans le centre, et les jeunes ménages hésitent de plus en plus à faire construire loin... Et du côté des banques, de plus en plus les dossiers de prêts immobiliers intègrent le coût du transport... Revoilà l'Etat... "Revoilà l'Etat"... Avec ce titre, Ouest-France annonce le retour de l'Etat dans le capital des Chantiers de l'Atlantique... "L'opération engagée à l'automne a été menée dans le plus grand secret", rapporte Le Figaro Economie... qui applaudit : "Le pavillon français flotte à nouveau sur les Chantiers de l'Atlantique"... Il y a quelques années, expliquent vos journaux, on avait cédé cette entreprise au privé... Mais aujourd'hui, le gouvernement veut "sécuriser les intérêts français"... "Diable ! Rien que ça !", ironise Pascal Aubert, dans La Tribune... "Certes, on fabrique de beaux navires à Saint-Nazaire... Mais nous ne nous doutions pas que le monde entier était à ce point envieux de ces réalisations qu'il faille que notre Président et notre Premier ministre se mobilisent"... L'éditorialiste qui poursuit son analyse en expliquant... "En langage technocratique hexagonal, on appelle cela 'une politique industrielle active'... Le reste du monde y verra plus probablement une de ces résurgences protectionnistes dont la France est coutumière"... Paul Burel, dans Ouest-France, va plus loin... "Au-delà du débat sans fin sur l'ambivalence présidentielle... libéral déclaré, étatiste engagé... le cas d'espèce de la construction navale permet à Nicolas Sarkozy de se refaire une santé sur un terrain industriel où il a plus brillé par le verbe que par l'action"... Et l'éditorialiste de citer, par exemple, Gandrange... Mais "gare aux effets boomerang !", met en garde Burel... "Bien des secteurs industriels traditionnels en difficulté pourraient réclamer les mêmes égards... Une modeste prise de participation publique ne fait pas une politique"... Le commentaire de Philippe Escande, dans Les Echos, n'est pas très éloigné... "Après avoir avalé les couleuvres Péchiney puis Arcelor, l'Etat français joue les fonds souverains pour protéger des appétits internationaux les derniers savoir-faire industriels hexagonaux... Mais faute des instruments financiers adéquats, il ne peut que jouer les pompiers, avec bien peu d'eau dans le réservoir"... Et sinon dans les journaux, ce matin... L'éolien en dossier dans Libération... "Pollution visuelle, bruit, coûts... Accusées de toutes parts, les éoliennes se défendent et gagnent du terrain en France", explique Libé... La tournée d'adieux européenne de George Bush passe aujourd'hui et demain par Paris... L'Humanité en profite pour dénoncer, dans un cahier spécial, le bilan des années Bush... Et Patrick Le Hyaric apostrophe le Président américain dans son éditorial avec ces mots : "Parce que nous tenons à l'amitié entre le peuple français et le peuple américain, vous n'êtes pas, Monsieur Bush, le bienvenu à Paris"... Dans La Croix... un sondage TNS-SOFRES, où 70% des Français sont favorables au maintien du Bac actuel par filières... "Les Français défendent leur Bac", affirme donc La Croix en Une... avec, entre autres, une interview de Luc Ferry, philosophe, ancien ministre de l'Education Nationale... "La philosophie est très mal enseignée dans nos classes, dit-il... C'est devenu une variante de l'instruction civique, qui aurait fait hurler de rire Aristote, Spinoza, Kant ou Nietzsche"... Et puis, pour finir... évidement, il y a du football, ce matin... avec L'Equipe qui lance un avertissement aux Bleus : "Il va falloir vous bouger"... "L"équipe de France joue ce soir à Berne, contre les Pays-Bas, une bonne partie de son avenir à l'Euro... Il lui faudra montrer un tout autre visage que face à la Roumanie lundi pour espérer bousculer ces Néerlandais impressionnants contre l'Italie", résume L'Equipe... "Gare aux Bleus", lance pour sa part France-Soir... Ils sont "au pied du mur", pour Le Midi Libre... "Au pied du mur orange", selon L'Indépendant du Midi... "Ils n'ont pas le droit à l'erreur", souligne Le Dauphiné Libéré... Eh oui : "La France condamnée à gagner", confirme La Provence... Et en même temps, aujourd'hui c'est "Jour de gagne", affirme La Dépêche du Midi... puisque c'est le vendredi 13... et "vendredi 13, on y croit", se rassure Paris-Normandie... Sans compter qu'aujourd'hui, les astres sont bons... C'est Le Parisien-Aujourd'hui en France qui croit savoir que Raymond Domenech, le sélectionneur des Bleus, est sensible à la question... et qui est donc allé voir une astrologue... Et que dit-elle, cette astrologue ?... Eh bien, que les planètes sont en Gémeaux, la lune en Balance... Et ça, vu le Neptune natal de Domenech, c'est le présage d'une bonne inspiration... d'une idée tactique payante... A vérifier ce soir...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.