(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : mauvaises ondes

(Bruno Duvic) C'est une référence mondiale, 3ème maison de maison de négoce en Bourgogne, elle est installée depuis près de 2 siècles à Nuit St Georges.

Mais l'histoire tourne vinaigre ce matin pour la maison Labouré Roi à la Une de la presse. "Enorme fraude en Côte d'or", titre Le Bien public à Dijon. Et les détails sont notamment sur le site Internet du Journal de Saône et Loire .

Entre 2005 et 2009, plus de 2 millions de bouteilles de vin auraient été vendues avec des étiquettes ne correspondant pas au contenu. Cela vaut pour des appellations villages aussi bien que pour des grands crus. Tricherie sur les étiquettes, mélanges de vins, fausses médailles… Les tromperies sur lesquelles enquêtent la gendarmerie de Dijon et la direction des fraudes sont très variées.

4 dirigeants de la maison de négoce sont en garde à vue. L'avocat de Labouré-Roi assure que la situation était en train de s'assainir au moment où les contrôles ont été effectués.

Et c'est l'ivresse depuis hier sur Twitter et dans le monde politique

Et dans la presse ! Le message de Valérie Trierweiler est de loin classé top-tweet à la Une ce matin. « Drôle de drame à La Rochelle » titre La Charente libre , La Voix du Nord parle de « crise diplomatwitte », le journal L'Echo de « guerre en dentelles ».

C'est la couverture du Nouvel Observateur à paraître demain : « L'affaire Trierweiler ».

Pour Libération, c'est « La première gaffe de France »

Que dire ce matin qui n'ait pas circulé sur les réseaux sociaux depuis hier ? D'abord que François Hollande était très énervé, selon un proche cité par Le Parisien-Aujourd’hui en France : "C'est un homme pudique, elle a dépassé les bornes, cela risque d'écorner son image". Au même journal, la première dame assure via des proches qu'elle n'a pas agi par jalousie.

Dans les éditoriaux, les commentaires oscillent entre la colère, l'ironie et la méchanceté. "Il serait dommage que la boulette de notre consœur ne conduise à la considérer comme un boulet" écrit Hubert Coudurier dans Le Télégramme . Ca pourrait être un tweet... Elle se « Céciliaïse », pour Didier Pobel sur son blog. Jean Marie Colombani parle de « faute » sur slate.fr

On peut trouver cela exagéré pour un petit message. Mais la promesse de rupture avec le style de la précédente présidence a tellement été rabâché que l'effet boomerang était inévitable.

« Ce tweet a ceci de déprimant qu'il nous ramène à certains errements du sarkozysme. Et au mélange, via un réseau social entre vie publique et vie privée" écrit Paul Quinio dans Libération . "Tel est pris qui croyait prendre" ajoute Yves Thréard dans Le Figaro , qui fait sa Une avec ce titre : « La candidature Royal, une affaire politique et privée ».

Pour Sophie de Menthon sur atlantico.fr , il faut maintenant un statut juridique de la première Dame.

Puisque Valérie Trierweiler veut rester journaliste, pour clarifier les choses, Daniel Shneidermann dans Libération et Michel Abescat dans Télérama l'appellent à abandonner son cabinet et ses bureaux à l'Elysée. "Ces fonctions officielles sont incompatibles avec celles de journaliste, écrit Schneidermann"

Encore un tweet ?

Oui... Il a surpris beaucoup de monde hier matin. Il émane d'une personnalité qui ne veut pas être une potiche au milieu de tous ces chefs d'Etat. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a appelé hier sur le réseau social à une plus grande intégration bancaire, budgétaire et économique en Europe. C’est relevé dans Les Echos .

L'Europe est en quête de sursaut fédéral. Il n'ya pas d'alternative face à la crise, écrit Jean Quatremer dans Libération .

On verra si ce saut fédéral est entrepris lors du sommet à la fin du mois. En tout cas la crise continue de se propager. Voyez la Une des Echos . "Après l'Espagne, l'Italie dans la tourmente des marchés".

Et le manque d'argent abîme l'Europe un peu partout. L'opéra de poche de Varsovie est menacé de fermeture. Pour les mélomanes, c'est un des lieux les plus magiques qui soient. Florence Beaugé le décrit dans Le Monde .

« Petite église évangélique du XVIIIème transformée en temple de la musique. (...) 7 rangées de fauteuil en bois, recouvert d'un velours rouge. Il y a du parquet. Des lustres en cuivre. Un balcon. Une petite scène surmontée d'une fresque avec angelot. »

C'est un paradis de poche voué au culte de Mozart. Chaque été on y joue l'intégralité de son ouvre. Dans ce lieu minuscule, rien n'est aseptisé, il est impossible d'échapper à l'émotion.

L'opéra de poche a vu son budget amputé d'un quart. A partir de l'été, il n'aura plus de quoi payer ses artistes ni entretenir ses locaux.

Autre manifestation de la crise, dans Le Figaro et aux Etats Unis. Voici une nouvelle bulle : les prêts étudiants. De plus en plus d'étudiants aux Etats Unis, des frais de scolarité toujours plus chers et, après l’université, de moins en moins de travail. Résultat : des milliers de jeunes actifs ont toutes les peines du monde à rembourser. Le montant total dépasse le milliard de dollars. Les banques ne savent pas si elles le récupèreront un jour.

A propos de finance, détail sur 2 affaires dans la presse

Demain, un témoin important est attendu au procès Kerviel. Il est censé alléger le trader d'une partie des charges qui pèsent sur lui. Libération a pu parler à ce témoin. Philippe Houbé travaille dans la société de courtage filiale de la Société générale.

C'est la courroie de transmission entre la banque et les bourses. Il affirme que cette société était forcément au courant des excès de Jérome Kerviel et qu'elle a fermé les yeux parce qu'il a gagné beaucoup d'argent pendant un temps.

Il affirme également que la banque aurait alourdi les pertes du trader pour masquer ses propres errements.

Dans Le Monde , on lira le papier de Raphaëlle Bacqué sur les auditions de Liliane Bettencourt devant la juge des tutelles. Alors que son ex mandataire et l'homme d'affaire Stéphane Courbit sont soupçonnés d'avoir abusé de sa confiance, ce qui apparait dans ces auditions, c'est une dame complètement perdue qui ne se souvient à peu de rien.

Quoi d'autre dans la presse ?

Paris ville la plus chère d'Europe pour le logement (location, service, réparations...) Etude du cabinet Deloitte détaillée sur lepoint.fr

Le coût de l'immobilier, L'Humanité connait. Le journal va devoir déménager. « Votre journal est face à une nouvelle épreuve », écrit le directeur Patrick Le Hyaric ce matin dans les colonnes de L'Huma .

Trop de monde dans les prisons, le contrôleur général des prisons propose d'amnistier les peines inférieures à 6 mois. C'est à lire dans 20 minutes .

Ce sont d'autres types de cellules. Les cellules souches. La recherche progresse encore. Une équipe de l'institut pasteur vient de montrer qu'il est possible de récupérer des cellules viables au moins 17 jours après la mort d’une personne. C'est à lire dans Le Figaro .

Et puis dans Les Inrockuptibles , hommage à une de ces actrices dont on se dit : "je l'ai déjà vue quelque part". Kathryn Joosten vient de mourir à 72 ans. Elle était abonnée aux second rôles dans les bonnes séries, ‘Seinfeld’, ‘Urgences’, ‘Desperate Housewives’... Dans ‘A la maison Blanche’, c'était la secrétaire du président des Etats-Unis, Mrs Landigham.

"Sa présence à la fois douce et bizarre restera comme l'un des emblèmes les plus forts d'une époque bénie des séries", écrit Oliver Joyart.

Les cellules souches de Mrs Landigham recèlent des heures passées devant l'écran pour oublier les mauvaises ondes...

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.