.Jean et Elisabeth s’apprêtent à recevoir à dîner leur fille Bénédicte et son mari Matthieu dans leur maison de campagne. Mais Matthieu arrive seul. Jean et Elisabeth vont devoir passer la soirée avec leur gendre et ce n’est pas ce qu’ils avaient prévu.

Voilà le point de départ de la pièce qui se joue actuellement aux Bouffes Parisiens. « Ramsès II » : c’est le titre. Une pièce de Sébastien Thierry, avec notamment Evelyne Buyle et François Berléand

L’auteur livre ses intentions sur le site internet du théâtre : avec sa pièce, il veut faire rire. « Rien ne m’amuse tant que de voir des bourgeois apeurés par une situation qui les dépasse. Par moments, les spectateurs, comme les personnages, se sentiront peut-être un peu perdus dans cette histoire, mais si tout le monde rit du début à fin de la représentation, alors j’aurai atteint mon objectif ! » Le spectacle se joue du mercredi au samedi à 21 heures. Hier soir, aux Bouffes Parisiens, on s’esclaffait donc dans la salle. Mais à l’extérieur, au même moment, dans la rue Montsigny où est situé le théâtre, c’est un drame qui se jouait : une nouvelle attaque terroriste

Le sujet, ce matin, fait évidemment la Une d’une partie des journaux. « Terreur en plein Paris » titre ainsi LA PROVENCE. « Une attaque au couteau en plein Paris », titre LE PARISIEN DIMANCHE, tandis que LE JDD précise que le groupe Etat Islamique a revendiqué l’agression. LE JOURNAL DU DIMANCHE – c’est un hasard de parution, qui propose d’ailleurs ce matin un dossier consacré aux prédicateurs salafistes : comment ils tissent leur toile sur les réseaux sociaux et comment les services de renseignement les surveillent. Mais revenons à l’attaque, qui a donc eu lieu dans la rue Montsigny, comme on vous le raconte depuis hier sur France Inter. La rue Montsigny, dans le quartier de l’Opéra, quartier de théâtres, de bars et de restaurants très fréquenté le samedi soir. Un peu avant 21 heures, un homme a attaqué au couteau cinq personnes en criant « Allah Akbar ». L'un des passants est mort des suites de ses blessures. Il avait 29 ans. Une femme et un autre homme ont été grièvement blessés et deux autres passants blessés plus légèrement. Quant à l’agresseur, il a été abattu par la police. Trois policiers de police-secours qui, nous dit-on, « ont permis d’éviter un carnage encore plus grand ».

L’assaillant a été identifié : un jeune homme né en Tchétchénie en 1997. Ce matin, ces parents ont été placés en garde à vue. Quant aux blessés, ils ont été transférés à l'hôpital Georges-Pompidou, où le ministre de l'Intérieur s'est rendu dans la nuit. Gérard Collomb a indiqué qu’ils étaient maintenant hors de danger. Il présidera à 10 heures une réunion d’état-major. La section antiterroriste du parquet du Paris a été saisie, avant même que le groupe Etat Islamique ne revendique l'attaque. Et le chef de l’Etat a réagi sur Twitter. « La France paye une nouvelle fois le prix du sang, mais ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté », a écrit Emmanuel Macron

Dans la presse, on lit par ailleurs le récit des témoins de l’attaque. Celles et ceux qui se trouvaient dans la rue Montsigny. Ils décrivent des scènes de panique. Des récits rassemblés ce matin sur le HUFFINGTON POST. « J'étais en terrasse, raconte ainsi Gloria. J'ai entendu trois, quatre coups de feu puis les barmen nous ont dit de rentrer nous cacher dans le café... Quand j'en suis ressortie, j'ai vu un homme à terre... » Autre terrasse, autres témoins : Alexis et sa mère se sont réfugiés avec d'autres pendant près d’une heure dans les toilettes de l'établissement. « On était dans un restaurant et on a vu un mouvement de foule, raconte de son côté Kiomi. Quelqu'un courait et criait au secours. Un autre homme le poursuivait. On pensait que c'était juste une baston, mais on s'est quand même tous mis sous les tables. » Milan, lui, sortait du métro. Il raconte qu'il a vu une femme à terre, poignardée.« Il y avait du sang partout », dit-il. Un autre raconte que l'agresseur a foncé sur les policiers pour essayer de leur mettre des coups de couteau. C’est à ce moment-là que l’un des trois policiers aurait fait feu. 

La dernière attaque meurtrière en France, c’était à Carcassonne et à Trèbes au mois de mars. Elle avait porté à 245 le nombre de victimes tuées dans des attentats sur le sol français depuis trois ans. Il faut donc, ce matin, en ajouter une 246ème. 

246 morts du terrorisme en France depuis les attentats de 2015 à CHARLIE HEBDO. 

CHARLIE qui, cette semaine, célèbre à sa manière l’anniversaire de l’élection du président de la République. « Macron, le président des gagnants », écrit ainsi Guillaume Erner. « Nicolas Sarkozy aimait les riches… Emmanuel Macron aime les premiers, les leaders. » Et l’hebdo propose, du coup, un questionnaire réjouissant : « Seriez-vous accepté à l’académie des winners ? » 

1ère question. Pour vous rendre à l’usine, vous enfilez plutôt : un bleu de travail Christian Dior, un tee-shirt Gucci, un marcel Dolce & Gabbana ou un costume de chez Versace ? 

2ème question. Vous devez investir vos 2.300 euros d’économie. Vous les placez sur : un livret A, un compte off shore, des actions CHARLIE HEBDO ou au casino du Touquet ?

3ème question. Vous devez écrire un discours sur la laïcité. Vous consultez l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, le Coran ou bien  « Le Lambeau » de Philippe Lançon ? A titre personnel, je plaide pour « Le Lambeau » de Philippe Lançon… 

Evidemment, tout cela vise à montrer que le président de la République est bien le président des riches. Ou, du moins, « un président de droite », ainsi que le titre à sa Une LE PARISIEN… Elu il y a un an avec un programme centriste, Emmanuel Macron conduit une politique clairement à droite, estime le quotidien, en précisant qu’à l’Elysée, on jure que qu’il n’est pas question de rééquilibrer le quinquennat vers la gauche. Le seul impératif, explique-t-on, c’est de faire, je cite, « efficace et utile »… 

Politique toujours – plus léger. C’est à lire dans le JDD, qui nous raconte une histoire d’animaux. Tous les soirs, les employés du ministère des Relations avec le Parlement sont obligés de lettre à l’abri Doudou, le coq de Christophe Castaner, que lui a offert le Premier ministre. Ils mettent également à l’abri la poule qui lui tient compagnie… Et tout cela pour quelle raison ? Pour les protéger de Lucrèce, la chienne de Jacques Mézard, le ministre voisin… Il se passe quand même des choses terribles au gouvernement.

Enfin, dans la presse régionale, vous lirez des invitations à sortir et vous distraire. Une course cycliste dans NORD LITTORAL : la course démarre de Coulogne ce dimanche, et la ville se prépare à une grande journée de fête… Dans L’INDEPENDANT CATALAN, on nous dit que c’est le dernier jour pour profiter de la Foire exposition de Perpignan… Dans PRESSE OCEAN, on nous conseille de la danse, un marché de potiers et un festival de théâtre... Et puis sur le site SLATE, on apprend que les gens qui regardent le Concours de l’Eurovision de la chanson en ressortent plus heureux ! C’est le résultat d’une étude scientifique évidemment très sérieuse. Je ne sais pas si vous avez regardé jusqu’au bout. Moi, je me suis endormi. Tout cela pour dire que malgré le terrorisme, il faut continuer à vivre et d’être heureux. 

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.