De justice injuste, d'abord... C'est dans Elle... "Outreau et autres erreurs judiciaires... Que deviennent les enfants ?", se demande l'hebdomadaire... A 5 ans, Anthony a été arraché à sa mère, Karine Duchochois, mise en examen dans le cadre du procès d'Outreau... Aujourd'hui, la jeune femme, innocentée, n'a toujours pas renoué avec son petit garçon... Avec Nathalie Kaas, fille d'un homme incarcéré abusivement, elle se bat pour que les enfants ne soient plus les premières victimes quand la justice se trompe... Parce que les enfants des innocentés continuent longtemps de porter les stigmates du drame qui a fait exploser leur famille... Pour la justice, s'énerve Karine, c'est sans importance : ce ne sont que des dommages collatéraux... Alors, raconte Elle, les deux jeunes femmes se battent pour faire voter une loi... une loi pour que les enfants de victimes de dysfonctionnement judiciaire soient indemnisés du préjudice subi, pour qu'on leur offre un suivi psychologique, qu'on les reconnaisse comme blessés par un drame injuste... Chaque année, 500 non-lieux et acquittements sont prononcés après une période de détention provisoire... Ce sont autant de familles disloquées et, plus encore, d'enfants meurtris... Et l'association que Karine Duchochois et Nathalie Kaas ont fondée s'appelle tout simplement "Enfants de victimes"... Ce n'est sans doute pas une excuse... peut-être un début d'explication... "La justice manque cruellement de moyens"... C'est le constat, dans La Croix... La justice n'a pas le budget de ses ambitions, et Emmanuelle Réju raconte les avocats qui attendent plus de six mois la copie d'un dossier d'instruction... tout simplement parce que le greffe est débordé... Le manque de greffiers, c'est unanimement là le problème le plus important dans le fonctionnement des tribunaux français... Alors, rapporte La Croix, pour expliquer leurs conditions de travail, les magistrats organisent demain une Journée portes ouvertes... L'occasion d'aller discuter... Pour lui... c'était la justice internationale... Slobodan Milosevic, l'ancien Président yougoslave retrouvé mort samedi dans sa cellule de prison à La Haye... "Milosevic : la mort avant la sentence", titre L'Humanité... "La mort d'un tyran laisse la justice sur sa faim", constate Libération... "Slobodan Milosevic est mort sans être jugé, comme si les comptes du passé ne pouvaient décidément jamais être soldés", déplore Michel Kubler dans La Croix... Et les rumeurs sur la mort de l'ancien Président sont rapportées par France Soir, avec cette question, en Une : "Milosevic a-t-il été assassiné ?"... Pour le journal, le TPI, le Tribunal pénal international, est sur le banc des accusés... Mais pour les autres titres, "Milosevic est mort d'un infarctus", explique La République du Centre... Et Le Télégramme semble presque surpris : "Milosevic : c'est le coeur qui a lâché"... Dans Le Figaro, un encadré sur le casse-tête des funérailles... des funérailles en Serbie, où sa femme et son fils, exilés en Russie, font l'objet de poursuites judiciaires, poseraient de nombreux problèmes... L'hypothèse de funérailles en Russie est, du coup, avancée... Mais la fille de l'ancien Président suggère que Milosevic soit enterré au Montenegro, dans la ville natale de son père... Quant aux partisans de Milosevic, toujours nombreux en Serbie, ils voudraient le voir reposer dans l'Allée des Grands du cimetière principal de Belgrade... Bref, on n'a pas fini d'en reparler, de Milosevic... Y a-t-il une justice dans le CPE ?... Je ne me prononcerai pas... Une chose est sûre : Dominique de Villepin s'est fait avocat pour défendre, hier, son "contrat première embauche"... "CPE: Le playdoyer de Villepin", titre LE FIGARO à propos de l'intervention télévisée du Premier ministre. "A la veille d'une semaine sociale à hauts risques, le Premier ministre promet des aménagements", affirme le quotidien... "Villepin bonifie le CPE pour mieux le sauver", explique LA REPUBLIQUE DU CENTRE... "Il essaie de rendre le CPE plus présentable", constate également LE MIDI LIBRE... Et ça, eh bien, ce n'est pas gagné... "Villepin se barricade", ironise LIBéRATION, ajoutant que "les +garanties+ sur le CPE proposées hier soir par le Premier ministre sont rejetées par les syndicats et les organisations étudiantes"... Pour FRANCE SOIR, "il plie mais ne cède pas"... "Villepin se cramponne", selon LE TELEGRAMME... "Quitte ou double", en Une d'AUJOURD'HUI EN FRANCE/LE PARISIEN, pour qui "le Premier ministre a choisi d'assumer jusqu'au bout son choix du Contrat première embauche"... "Villepin exclut de retirer le CPE", c'est aussi ce qu'ont compris LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE... Mais "CPE : le retrait et rien d'autre", lance L'HUMANITé, estimant que le gouvernement agit "entre manoeuvres et provocations". Jacques Camus, dans La République du Centre, résume assez bien l'état d'esprit des commentateurs ce matin : "Bien dans la forme, pas mal sur le fond, mais... trop tard !... Oui, poursuit l'éditorialiste, c'est comme il l'a fait hier soir que devrait toujours s'exprimer un responsable politique, en soulignant que l'intérêt général du pays compte bien plus qu'une aventure personnelle... Oui, c'est comme cela qu'il aurait fallu présenter et expliquer le CPE, avant d'enclencher la procédure d'urgence au Parlement"... Pour Francis Brochet, dans Le Progrès : "Monsieur de Villepin devrait relire un poète qu'il dit apprécier, à savoir René Char... La parole dépourvue de sens annonce toujours un bouleversement prochain"... Dans Le Figaro, Nicolas Barré aimerait bien que l'on regarde les choses en face... "Le statut-quo, on le sait bien, écrit-il, ne profite qu'à une génération égoïste bien installée dans la vie active... Il exclut les jeunes et les plus de 50 ans qui ont le malheur de perdre leur emploi... On peut regretter un déficit de pédagogie sur le CPE... Cela se corrige... Renoncer aux réformes, en revanche, serait fatal à notre modèle social... Ce serait une incorrigible erreur"... Alors, réformer, peut-être... Mais pas comme ça... Le Parisien-Aujourd'hui en France a suivi l'intervention du Premier ministre, aux côtés de Louise, Mila, Tristan et Damien... des étudiants de la région parisienne... Pour eux, à 20 heures hier soir, c'est le moment de vérité... Mais au final, la déception, et un seul constat dans leur bouche : "Il ne nous comprend pas"... Eux, ils avaient un CDI... Oui, mais chez Doux... le numéro 1 européen de la volaille... Et L'Humanité a comme des doutes, ce matin... "La grippe aviaire a bon dos", titre le journal... En fait, le quotidien communiste reprend les propos des salariés d'une des usines du groupe, à Quimper... Là, 40 postes seront supprimés d'ici fin juin... Et dans les discussions, après le travail, les propos sont clairs... "La grippe aviaire, c'est l'arbre qui cache la forêt... La direction prend ce prétexte pour délocaliser en masse et en douceur... C'est simplement une opportunité de nous virer... Ca tombe bien pour le groupe"... Quant aux aides promises par le gouvernement... 25 millions pour les éleveurs, 30 millions pour les entreprises... un salarié s'énerve : "Ce n'est pas logique que ce soit simplement les entreprises qui récupèrent l'argent... Les salariés, ils n'y sont pour rien dans cette histoire de grippe aviaire"... Du coq à l'âne... Plus exactement : des volailles aux plantigrades... "Le plan secret pour sauver l'ours"... C'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... un plan plus si secret que ça, et qui devrait être annoncé aujourd'hui par la ministre de l'Ecologie... Le journal s'est rendu dans les quatre communes des Pyrénées qui vont accueillir cinq nouveaux ours... Les réintroductions débuteront en avril, pour se terminer début juillet... Alors les ours : il y a les "pro" et les "anti"... Parmi ces derniers, le président du Conseil général d'Ariège... Il prévient : "Ces réintroductions, ça ne sera pas sans casse... On fera tout pour les compliquer"... Autre "anti" : Hélène... Elle aussi habite l'Ariège, à Larcat... Et elle milite dans l'Association pour la sauvegarde du patrimoine, une association qui dit "non" à l'introduction de nouveaux prédateurs... L'été, Hélène loue des ânes aux campeurs en quête de randonnées insolites... Alors l'ours, ça lui fait peur, parce que cet animal-là est dangereux, "et le risque d'attaque est énorme", dit-elle... Du côté des pro-ours, on tente de calmer les peurs... L'ours existe déjà, explique-t-on ainsi du côté du ministère de l'Ecologie... On ne fait que renforcer sa population sans créer de problèmes... Ce n'est pas comme si on faisait venir le tigre du Bengale... Et puis Le Parisien est allé à Arbas, en Haute-Garonne... Arbas, le village qui attend les ours avec impatience... "Bienvenue au pays de l'ours !", informe d'ailleurs un écriteau, à l'entrée... Alors bien sûr, c'est à Arbas que, dans quelques semaines, le premier ours sera lâché... Le village était candidat depuis 2004 et la mort de l'ourse Canelle... Un pull en poils d'ours... C'est peut-être pas pour demain... Mais en tout cas, elle, elle vous le tricoterait sans problème... Dans Libération, retour sur une première, qui a eu lieu ce week-end : les Championnats de France de Tricot... C'est une jeune mère de famille parisienne qui a remporté le titre... Et le journaliste de Libération a été plus que séduit, lui, par le speaker, qui encourageait les candidates avec des phrases du genre "C'est maille après maille que l'on construit sa victoire"... Redoutables également, les spécialistes, dans les coulisses... Parce qu'il y a l'école soviétique du tricot... et l'école portugaise... Cette dernière permet de gagner, paraît-il, beaucoup de temps... "sauf pour les chaussettes, confie Babette, parce que la chaussette, c'est chiant à tricoter"... Allez... Ce sera la pensée du jour... Bonne journée !...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.