Une femme enceinte à la frontière franco-italienne, un héros de la résistance à Mossoul, des mercenaires russes en Syrie, et un boulanger de Côte d'Or...

Un bébé sauvé des neiges dans les Alpes...

Un enfant qui a failli naître sur le sol enneigé à la frontière franco-italienne, on peut lire l'histoire sur le Dauphiné et dans l'Humanité. C'est arrivé samedi soir tout près de l'obélisque Napoléon de Montgenèvre, quand deux secouristes ont croisé une famille nigériane. "Il y avait une maman, portée par deux autres migrants parce qu’elle ne pouvait plus marcher, et le papa qui portait deux enfants", raconte Benoit Ducos, l'un des deux secouristes au Dauphiné... La maman est enceinte de 8 mois et demi.  Ducos embarque la famille dans sa voiture, la maman se tort de douleur, les contractions ont commencé... Mais avant l'hôpital de Briançon, la voiture est bloquée par des douaniers... Contrôle, tension, une heure de supplice, lis-je dans l'Humanité avant que la maman soit emmenée à l'hôpital pour accoucher d'un petit Daniel, né par césarienne... Le papa et les deux enfants avaient eux été conduits au commissariat pour être renvoyés en Italie, "mais l'hôpital  a fait pression sur la police pour qu'ils puissent rejoindre la maman"... 

Fin de l'histoire, provisoirement, Benoit Ducos est convoqué demain par la police de l'air et des frontières et son histoire devient un ralliement... Il l'a d'abord racontée sur Facebook, dans une page militante qui s'appelle "tous migrants"...  

Un bébé change t il l'opinion? 

On lit dans le Figaro que le pape François perd en popularité en France -sondage BVA- et c'est entre autres parce qu'il défend les migrants... 49 % des sondés ne sont pas d'accord quand François prône un accueil "large et généreux et légalement organisé" des migrants...  L'obélisque napoléon de Montgenèvre n'est pas la statue de la liberté... 

Un résistant est à l'honneur dans Le Figaro...

Un résistant d'une occupation déjà oubliée, celle de Mossoul en Irak par l'état islamique, mais à lire le Figaro, on pense à nos résistants qui cachaient les émetteurs et les radios ou à ces historiens des ghettos juifs, qui documentaient l'extermination... Omar Mohamed avait un ordinateur, et sur internet s'appelait Mossul Eye, l'oeil de Mossoul, et il racontait le califat, en rusant avec les fanatiques...  «Je me suis fait pousser la barbe obligatoire. J'ai retroussé mon pantalon jusqu'à la cheville pour me faire passer pour l'un d'eux... J'ai vu des voleurs se faire couper la main des homosexuels présumés se faire jeter du haut des immeubles, des épouses accusées d'adultère se faire lapider." Il a écrit du 18 juin 2014 Jusqu'à sa fuite de Mossoul en décembre 2015. il vit en Europe depuis un an... Il suppplie le Figaro: "S'il vous plait dit il ne mentionnez ni le nom de la ville où j'habite n celui de mon université... "

La guerre n'est donc pas finie...

Elle est, cette guerre, au proche orient, le quotidien de mercenaires russes et la jouissance de leurs employeurs, des sociétés militaires privées qui alimentent en chair à canon, la guerre de Vladimir Poutine aux côtés de Assad, c'est la une et le dossier d'ouverture de Libération qui a rencontré le responsable d'une de ces sociétés qui organisent le sale boulot...  extrait.

"Si tu t’es enrôlé dans une société militaire privée, alors tu t’es vendu elle peut t’utiliser comme bon lui semble. Après ta mort ? Tu seras réduit à l’état de viande hachée. Si tu n’as pas signé la clause comme quoi on ne doit rien dire à ta famille, on enverra de l’argent à tes proches avec un papier disant que tu es mort et enterré là ou là. Ou pas enterré du tout. Juste, «il est mort». Tenez votre pognon."

Voilà la guerre, dont nous recueillons quelques secousses... 

Et en France, on se dispute sur la cagnotte...

Les rentrées fiscales supplémentaires que la croissance amène et qu'il faudrait redistribuer! Jamais de la vie, insiste l'Opinion, orthodoxe gardien de la baisse des déficits... Voilà nos débats, quelle douceur est la nôtre! Que d'habitudes... 

Alain Juppé fait la une de Sud Ouest, il replâtre ses équipes et renonce à faire payer le stationnements au delà des boulevards…  

Jean Claude Gaudin fait la Une de la Provence, tous les prétendants à sa succession à la mairie de Marseille lui font la cour... 

Mais dans sa bonne ville, c'est encore dans dans la Provence, on découvre la rue Gilbert Brossy devenue décharge publique, tout le monde s'en moque et aussi la fragilité d'un quartier populaire voué à la modernisation pour que s'étende le grand projet Euromed, vitrine du nouveau Marseille... 

Voilà nos enjeux? 

Je lis dans les pages Essonne du Parisien que des adolescents ont agressé un lycéen à coups de marteau, à Draveil, et l'on vient de juger des jeunes gens qui pour des histoires de bandes,  avaient attaqué un bus au  sabre japonais, à Crosne...

Et vu d'ici, c'est évidemment insupportable... 

Mais pourtant à feuilleter la presse, nous semblons un pays tendre et presque désuet... 

Le Parisien, belle enquête, raconte comment des restaurateurs loustics et un cigarettier impatient s'entendent pour promouvoir une imitation des vapoteuses au tabac chauffé...  

La République du centre raconte les radio-crochets qui font la gloire de l'orléanais et Ouest France découvre un homme dont on voudrait devenir l'ami... Il s'appelle Damien Poisblaud et vit dans la forêt du Gâvres en Loire-Atlantique, mais il est surtout un maître du chant grégorien, un enchanteur qui voit dans cette musique d'église l'héritage de nos musiques traditionnelles et même du patois poitevin de son enfance, quand il criait pour appeler ses boeufs... 

Voilà la France. 

J'ai lu dans le journal de Saône et Loire la plus jolie des aventures de la mondialisation. Celle de Yannick, un boulanger de Cte d'or, en vacances au sénégal, qui a découvert dans une échoppe locale  sa vieille façonneuse à pain, qu'il avait revendu il y a longtemps...  De Maxili-sur-Saône à Toubacouta... Nous sommes au monde. 

  �תo

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.