(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : "Tiens, les revoilà !"

(Bruno Duvic) Revoilà le baril, d’abord…

Si la conquête du pétrole est bel et bien au cœur des relations internationales depuis des décennies, une information capitale est publiée ce matin à la Une des Echos et du Wall Street Journal .

En 2020, autrement dit demain matin, les Etats Unis seront le premier producteur de pétrole au monde. Ils dépasseront l'Arabie Saoudite. Et ils pourraient quasiment atteindre l'indépendance énergétique en 2035.

Les dates sont dans le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie. Et la clé est dans une expression : pétrole de schiste.

La production américaine de gaz et pétrole de schiste, 8 millions de barils aujourd'hui, pourrait passer à 11 millions en 2020.

Pour David Barroux dans Les Echos , c'est bien une rupture historique majeure. « Si l'Amérique de demain n'a plus besoin d'importer d'or noir, aura-t-elle encore vocation à sécuriser les routes maritimes ou favoriser des régimes pro-Etats-Unis dans les monarchies pétrolières ? (…)

Dans les décennies qui nous font face, c'est a priori Pékin qui, pour faire tourner ses usines, aura besoin de pétrole. Pas sûr que l'actuel gendarme du monde accepte sans contrepartie d'agir sur terre et sur mer pour sécuriser les besoins d'un rival. Pas sûr non plus qu'il intervienne aux côtés des Européens si demain des troubles naissent dans les pays arabes.

(…) Si l'Europe ne veut pas être l'otage de ce nouvel environnement, elle doit mettre l'accent sur les économies d'énergie et s'interroger sans tabou sur le nucléaire et le gaz ou le pétrole de schiste. »

Nous y voilà : le débat autour du gaz de schiste, à la fois tabou et diviseur en France.

« Il est possible d'exploiter proprement les gaz de schiste » assure dans Le Monde l'économiste en chef de l'Agence internationale de l'énergie. A condition, précise-t-il, de fixer un cadre très strict. Le jeu en vaut la chandelle. »

« Pour ou contre les gaz de schiste », c’est la Une de La Croix . Dossier avec tous les arguments, notamment ceux des opposants, selon lesquels il faut beaucoup d'eau pour exploiter cette ressource. Et on ne mesure pas les impacts de long terme sur le sous sol.

Tiens le revoilà : le plombier polonais !

Ou son cousin... Dossier de Une du Parisien Aujourd'hui en France . « Le business florissant des plombiers polonais ». Plus de 300.000 salariés étrangers low cost en France. Ils viennent de Pologne, de Bulgarie… ou d’Espagne, crise aidant.

Car si la directive Bolkestein a bien été enterrée, une autre lui a succédé. Elle autorise les entreprises françaises à faire appel à un prestataire de service n’importe où dans l'Union européenne.

En principe, c'est le droit français qui s'applique en matière de salaire, de temps de travail et de surveillance médicale.

Mais il y a deux bémols. D'abord les cotisations sociales sont acquittées auprès du pays d'origine.

Ensuite, du principe à la réalité, il y a la place pour beaucoup d'abus.

"Je ne prends plus la peine de répondre aux appels d'offres des collectivités locales, dit le chef d'une entreprise de peinture de Lyon dans Le Parisien . En moyenne, je propose des devis à 18-20 Euros le mètre carré. Des concurrents arrivent à descendre à 5 ou 6 Euros. »

Le Premier Ministre devrait dire comment mieux contrôler ces prestataires aujourd'hui.

Dans la série « l'Europe va mal », le sort de cette femme espagnole de 53 ans menacée d'être expulsée de chez elle et qui s'est jetée par la fenêtre suscite beaucoup d'émotion.

Le Huffingtonpost publie un billet de blog de Pedro Almodovar. Billet qui a la forme d'un scénario de film.

Il montrerait parallèlement cette femme préparant son suicide, les huissiers qui montent les escaliers de son immeubl, et la maire de Madrid, un peu plus loin dans la ville, célébrant une fête religieuse.

La voix off de l'élue se confiant à la vierge Marie s'éteindrait au moment où les médecins constatent le décès de la femme expulsée.

Un autre retour : celui de Patrick Buisson

Une page d'interview au Figaro . Défense et illustration de Nicolas Sarkozy et de la ligne politique qu'il lui a conseillé d'adopter pendant la campagne : conquérir ces électeurs populaires souvent tentés par l'extrême droite.

"Que cela plaise ou non, dit Patrick Buisson, la demande sociale et la question identitaire s'emboitent désormais dans une même problématique. La droite a vocation à redevenir majoritaire pour peu qu'elle ait le courage de franchir ce que Leon Bloy appelait la porte des humbles. »

A propos de l'affaire des sondages de l'Elysée dans laquelle il est visé, Patrick Buisson accuse l'association Anticor, partie civile, d'être une officine de gauche. Et il accuse la ministre de la Justice Christiane Taubira d'être au centre d'un conflit d'intérêts « gravissime ». Elle est selon Patrick Buisson membre du comité de parrainage d'Anticor. « C'est la première fois qu'une partie civile peut se vanter d'avoir comme marraine quelqu'un qui donne des ordres au Parquet. »

L'actualité politique c'est aussi, évidemment la conférence de presse de François Hollande aujourd'hui. On en parle jusqu'à 9 heures sur France Inter. Je vous donne tout de même quelques titres.

Libératio n : « La fin de la période d'essai»

L'Humanité : « Austérité, Hollande attendu au tournant »

Le Monde : « Monsieur Hollande contraint de justifier son virage »

Le Figaro : « Hollande peut-il dissiper les doutes ? »

Quoi d'autre dans la presse ?

Les chiffres de la délinquance repartent à la hausse selon Le Figaro . +9% pour les violences contre les personnes entre octobre 2011 et 2012. +8 pour les atteintes aux biens. +18 pour les infractions économiques et financières.

« Je ne sais plus quoi faire... » Dans Ouest France , la détresse de Loick Secher, blanchi l'année dernière après 16 ans en prison pour un viol qu'il n'a pas commis. L'indemnisation de 670.000 Euros vient d'arriver sur son compte, mais c'est un homme perdu qu'a rencontré Ouest France .

« Cet argent ne vaut pas tous les jours de prison ». « On le quitte en sanglots, écrit Maël Fabre, sur le trottoir d'un bistrot, la casquette serrée entre les mains. »

La cité des Papes en 3D. Avignon est la première ville de France que l'on peut visiter en trois dimensions sur Google Earth. Et Vaucluse matin en fait sa Une.

Du sucre pour finir. "Un court magistral" à la Une de L'Equipe. « Court » comme « court de tennis ». Djokovic bat Federer en finale du Masters après un match de légende.

Les comptes rendus de grandes parties de sport, pleins d'adjectifs et de superlatifs, c'est comme la chantilly : un peu lourd, mais tellement bon qu'on en reprend une cuiller.

C'est Franck Ramella qui fournit la crème dans L'Equipe .

« Novak Djokovic a commencé 2012 en Titan et fini en Hercule. Il a broyé Nadal en janvier à Melbourne dans une fantastique finale à rallonge et dompté hier Federer dans un somptueux dernier gala (…) Un passing de revers énorme a scellé le sort d'un match dantesque remporté par un joueur indestructible. »

Voilà ça va mieux… A demain.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.