(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : les blocs et les pas...

(Bruno Duvic) C'est une scène d'une des dernières superproductions américaines, « Transformers IV ». Un homme est en plein désert du Texas et, soudain, il sort une carte bleue de la China Construction Bank et retire de l'argent au distributeur. Un distributeur en plein désert, une carte bancaire chinoise : pourquoi ? Parce qu'un accord a été signé entre la production du film et la banque chinoise. Et puis, il faut bien faire un clin d'œil aux spectateurs de Pékin, ils sont devenus indispensables au succès commercial d'un film de Hollywood. L'anecdote est dans Courrier International cette semaine.

Vous l'avez peut-être remarqué, avec la Chine dans la presse, c'est toujours demain. Demain qu'elle sera la première puissance mondiale, un géant de la défense, un acteur du cinéma... Mais il y a des semaines où demain se rapproche furieusement. La Chine à la Une ce matin.

En manchette du Monde , accord historique sur le climat entre Chine et Etats-Unis

A la Une des Echos : « Airbus, une nouvelle concurrence se lève à l'Est ». Alliance entre deux constructeurs russes et chinois pour fabriquer un rival de l'A350.

Et juste en-dessous, Louvre Hotels, le numéro 2 du secteur en Europe (les enseignes Campanile ou Kyriad) tombe dans les mains d'un groupe chinois.

A la Une de Courrier International : « Hollywood-Pékin, la guerre du box-office ». Seize salles de cinéma ouvrent chaque jour en Chine selon le Hollywood Reporter .

Et l'on pourrait ajouter d'autres petits ou grands pas avec la presse du jour : la présentation récente d'un avion militaire, la relance de la route de la Soie, le projet d'un TGV Pékin-Moscou, les cartons de vente du géant du commerce électronique, Alibaba…

Commentaires ?

L'accord sur le climat, d’abord. Vous trouverez dans les quotidiens de quoi relativiser sa portée. Mais cette expression revient : « signal politique fort ». La Chine sera partie prenante des négociations sur le climat en France en décembre 2015.

Le futur avion fabriqué avec la Russie, ensuite. « Un axe Pékin Moscou prend forme » analysent les Echos. Dans l'aéronautique mais aussi la finance, l'énergie. Accord sur un gazoduc, négociation pour un deuxième. Il ferait de la Chine le premier débouché du gaz russe, devant l'Allemagne.

Et encore, dans Le Monde diplomatique , la compétition pour la suprématie sur le Pacifique est lancée avec les Etats-Unis. Le mensuel décrit cette bataille des traités trans-pacifiques de libre-échange. Washington d'un côté, Pékin de l'autre, chacun compte ses alliés dans la région.

La Chine c'est toujours demain, mais son ambition mondiale c'est aujourd'hui. Conviction acquise par l'économiste Laurence Daziano, spécialiste des pays émergents dans L'Opinion . Tout dans les actes, politique, économique et diplomatique de la Chine, est orienté vers ce dessein mondial.

Les petits pas de la Chine, ceux de l'Europe aussi

Ce n'est pas souvent que les lecteurs de presse européens ont la même image au même moment sous les yeux. Ce matin, sur les sites de La Repubblica , El Pais , Die Welt , The Times , les mêmes images, les mêmes vedettes : Rosetta, Philae et la comète Tchouri.

Comme beaucoup d'entre nous, hier, devant nos écrans ou en suivant la journée spéciale Rosetta sur France Inter, la presse s'emballe. Désormais, titre l'humanité chevauche les comètes, titre le journal du même nom. Une fois n'est pas coutume, les éditorialistes ne font pas la fine bouche, quoique. Enfin, l'Europe fait rêver ! Dans le journal de la Haute Marne, Christophe Bonnefoy s'enivre de « fabuleuses sensations cosmiques » et plane un moment. Dans L'humanité Paule Masson applaudit cette épopée de Rosetta qui « ranime l'espoir d'un monde capable de dépenser sans compter pour le bien de l'humanité. Le retour sur investissement ne va pas se calculer en profits ou dividendes. Mais il offre la connaissance en partage et un bel exemple de solidarité. »

Rosetta, contrepoison à l'accélération du temps, selon Dominique Quinio dans La Croix . « C'est un hymne à la lenteur. Rosetta a été lancée il y a 12 ans, a connu des mois d'hivernation et de silence. Dans notre univers du ‘’tout tout de suite’’, de l'immédiateté, du défi permanent lancé au temps, savourons l'exploit qui aura demandé tant de préparation, d'attente et de persévérance. »

Les commentateurs ne font pas la fine bouche, quoique. Raymond Couraud dans L’Alsace souligne le contraste entre les grands pas de l'Europe de l'espace et les piétinements de l'Europe économique. « Poser un petit vaisseau sur une comète est apparemment plus facile que de régler les soucis des paysans. »

Le Figaroplace en manchette un autre sujet auquel il consacre plus de trois pages.

Les petits et grands pas de l'Europe… L'arrêt de la Cour de justice européenne sur le « tourisme social ». Il autorise les Etats à refuser de distribuer des aides aux européens qui ne changent de pays que pour bénéficier des prestations sociales, sans chercher de travail. Le Parisien-Aujourd’hui précise bien que cela ne concerne pas grand monde aujourd'hui en France. Mais pour Le Figaro une brèche est ouverte. Commentaire de Guillaume Tabard. « C'est bien une forme de priorité nationale que rend possible cet arrêt de la cour de justice européenne. Tous les grands débats sur l'immigration, la maitrise des frontières, le modèle social ou la construction européenne sont en jeu. Et cet aveu, induit par la décision de justice, que des prestations sociales peuvent avoir un effet de pompe aspirante en matière d'immigration. »

On pressent en effet les conséquences sur le débat politique. Politique française toujours engluée dans les affaires. La mort de Rémi Fraisse, « Ce que les ministres savaient », dossier de Une dans Libération ; les ministres ont menti pendant 48 heures pour Mediapart ; les enregistrements des conversations entre gendarmes publiés hier dans Le Monde relancent la controverse.

L’affaire Jouyet-Fillon continue aussi. Synthèse des deux à la Une de Marianne en kiosque demain. A propos de Rémi Fraisse, Marianne , rebaptise le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve d’ « Inspecteur la bavure ». A propos de l'affaire Jouyet-Fillon, c'est « La conjuration des crétins ».

La vie politico-médiatique en France peut-elle sortir des affaires ? A la Une du Point cette semaine : « Entendez-vous ! ». Appel à une union des « réformateurs », de droite et de gauche, qui pourraient se mettre d'accord pour adopter un programme politique en commun. Le Point rêve d'une équipe de France qui rassemblerait les joueurs Macron, Bayrou, Juppé, Royal, Védrine, Kosciusko-Morizet et Fillon.... Qu'est ce qui empêche la constitution d'une grande coalition en France ? Les institutions, répond Pascal Lamy au Point . Le comportement des politiques lui rétorque le gardien des institutions Jean-Louis Debré.

Classe politique en mal de renouvellement. « Les Français n'en peuvent plus de cette classe politique indétrônable », affirme Bruno Lemaire dans Paris Match . En-est on si sûr ? Dans Match, juste avant cette interview de Bruno Le Maire, on trouve le palmarès des personnalités politiques préférés des Français. En tête : Jack Lang, Alain Juppé et Jean-Louis Borloo. Pas précisément des perdreaux de l’année…

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.