L'Etat doit-il ou pas se mobiliser pour Alstom ? Oui, dit L'Huma ? Ringard comme une Trabant, rétorque la presse libérale et puis des coups de chaud en série.

L’engagement de François Hollande dans le dossier Alstom à la Une de la presse ce matin

Le cas Alstom, ça se discute ou pas de savoir si l’Etat peut/doit faire quelque chose ? On est dans la thématique de cette matinale, et la presse en discute !

L’Humanité ce matin défend l’objectif pris hier par le président de conserver les emplois dans l’usine de Belfort, un peu circonspecte quand même. « Pour une fois, Hollande tiendra t il ses promesses ? » se demande le quotidien communiste, arguant qu’ invoquer la baisse des commandes dans l’hexagone a bon dos. Car si cette baisse est une réalité, dit il, elle est le fruit conjugué de l’austérité imposé au plan national et de celle des exécutifs de certaines collectivités enclins à serrer la vis de l’investissement public ».

Dans la presse régionale ; Dominique Garraud dans la Charente Libre, dénonce « l’incapacité récurrente de l’Etat à impulser des stratégies industrielles cohérentes dans la durée, et une absence criante d’anticipation », Bertrand Meinnel dans le Courrier picard parle «de l’incompétence de l’Etat actionnaire d’entreprise », mais c’est pour s’en désoler. Cette velléité politique est totalement has been condamne en revanche sans détour la presse libérale. C’est dit, sans pincette par Nicolas Beytout à la Une de l’Opinion, qui fait le parallèle entre Alstom et la Trabant « chaque fois qu’un homme politique propose d’obliger à acheter français, il devrait se demander combien de gens préfèreraient aujourd’hui circuler en Trabant, cette fragile guimbarde ériger en icône de l’automobile est allemande ». Plus explicatif, l’article qui suit pointe méthodiquement toute l’hypocrisie de l’état dans ce dossier, qui n’a pas favorisé Alstom quand la SNCF a passé commande cet été de 44 nouvelles locomotives, qui ne fait rien pour soutenir le ferroviaire en France, préférant même lancer un appel d’offre pour les nouveaux trains régionaux quitte à ouvrir la boite de pandore et la route à d’éventuels concurrent asiatiques. Bref, un peu tard pour découvrir le protectionnisme à la Française…les cris d’orfraie à gauche et à droite, relèvent de réactions purement démagogiques accuse le journal, qui relève cruellement que le transfert de 500 personnes à Belfort a provoqué plus de remous que l’annonce de la suppression de 5000 emplois sur 15 000 par SFR …. Une hystérisation du débat public mise sur le compte d’une nostalgie, du souvenir de la France des 30 glorieuses quand l’état stratège voulait dire quelque chose nous dit encore Bertille Bayart dans le Figaro

Coup de chaud en Corse Hélène après un référé de la Cour des comptes rendu public hier

« La cour étrille l’impôt corse et son trou de 78 millions d’euros » titre Corse matin…qui parle de réquisitoire sévère pour ce document qui explique que« L’impôt rentre moins bien en corse que sur le continent » , du fait d’une collecte défaillante mais aussi de systèmes dérogatoires pour la plupart « obsolètes ». Vin, métaux précieux, tabac, exonération de la taxe à l’essieu, toutes les dérogations dont certaines remontent à 2 siècles, sont passées à la moulinette de la cour de comptes, qui rappelle quand même à toutes fins utiles, que c’est bien l’Etat qui a laissé perduré cette inégalité devant l’impôt en s’abstenant de toute réforme. Corse matin s’empresse d’essayer de rassurer ses lecteurs, en rappelant d’abord que ce référé n’a rien de contraignant, donc on ne s’affole pas, et puis « il n’y a pas moins de civisme en corse écrit la journaliste en charge du dossier, plutôt une réduction des capacités de trésorerie et une moindre connaissance des obligations fiscales ». pardi, c’est parce qu’ils ne savent pas qu’ils doivent payer des impôts, les corses qu’ils les paient moins! En tout cas, réactions unanimement outragée des élus insulaires : « tout ça est prétexte à une nouvelle campagne de dénigrement » s’offusque jean guy talamoni, « coups bas contre la corse renchérit le président de l’exécutif Gilles Simeoni; On fait des gorges chaudes sur les métaux précieux mais rien sur les lois douanières coloniales qui pendant 1 siècle ont anéanti le tissu économique de l’ile». Rien en effet dans le référé de la cour des comptes sur les lois « coloniales »…

Autre coup de chaud peut être à prévoir, mais la Corse sera cette fois épargnée, la Corse et l’Ile de France qui ne sont donc pas concernées par le plan Cazeneuve pour répartir les migrants. Un plan révélé ce matin par le Figaro. 12 000 places à créer d’ici la fin de l’année pour vider Calais. 1400 places par exemple à créer en Auvergne Rhône Alpes, près de 1000 en Nouvelle Aquitaine. Et une consigne aux préfets: « la liste sera remontée sans que soit au préalable recherché l’accord avec des élus locaux » est il recommandé. Une méthode qui pourrait susciter l’ire de certains élus de régions, dont il n’est pas inutile de rappeler qu’ils sont aujourd’hui pour la plupart dans l’opposition.

Et puis autre coup de chaud, météorologique cette fois à la Une notamment de la presse régionale, du nord au sud : « 30° au soleil » à la Une de la Voix du Nord, « de l’eau vite » réclame Sud Ouest, « Printemps arrosé, et puis 3 mois de sècheresse, 26 millimètres de pluie seulement depuis le 19 juin, des records de chaleur hier encore, et pour aujourd’hui peut-être de la grêle.11 départements du Sud ouest viennent tout juste d’être placés en vigilance orange!.Résultat, dans le vignoble bordelais, les raisins ont pris des coups de chaud, d’autres n’ont presque que la peau sur les pépins. La tension est telle que le sujet de l’irrigation en viticulture, interdite chez nous sauf dérogation refait surface.

Et puis il n’y a pas que le raisin qui souffre. Aujourd’hui en France/ le Parisien nous dresse un tableau complet de toutes les récoltes en berne : blé, betterave, colza, pommes, pas de champignons évidemment dans les forêts les jours derniers, et maintenant dans le Gard, on s’inquiète pour la truffe.

2016 restera une annus horribilis pour les agriculteurs. Coup de chaud donc à prévoir dans les semaines à venir sur les aides aux agriculteurs, et sur les prix pour les consommateurs

On termine avec une promesse pour vous Patrick, celle de pouvoir ce soir vous déchaîner sur ça…

Ca c’est Go West, version pet shop boys…ce soir au Parc des Princes, l’hymne sera entonné conjointement par le PSG et par Arsenal. L’Equipe nous raconte ce matin comment ce tube sémillant des Village People, qui célèbre l’émancipation de la communauté gay américaine est passé de l’univers des boules à facettes à celui du ballon rond, pourtant pas franchement ouvert question homosexualité. Magie de la musique, tous ensemble chantons Go West !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.