La bavure raciste qui ne passe pas aux Etats Unis. C'est à lire page 8 de L'HUMA. Dans le Missouri, la banlieue de Saint Louis explose après la mort d'un jeune noir samedi dernier, tué par un policier blanc. Et la situation est particulièrement tendue. Hier soir encore, la police a tiré des gaz lacrymogène en direction des manifestants. Deux journalistes ont d'ailleurs été interpellés. L'un d'eux, Wesley Lowery du WASHINGTON POST raconte la scène. Depuis une semaine, les journalistes ont établi leur QG dans un Mc Donald's. Il y a le Wi-Fi, c'est plus simple pour envoyer les reportages et pour twitter. Un soldat armé est entré. Il voulait qu'on parte. Wesley Lowery a enregistré la scène avec son téléphone portable.

Arrêtez d'enregistrer, sortez! J'ai fini par sortir. Et c'est là que j'ai été interpellé. Arrêtez de résister. Mes mains sont derrière mon dos, je ne résiste pas. J'espère que vous êtes content de vous m'a dit un officier. J'ai répondu que cette histoire serait en première page du POST demain. En attendant, vous allez passer la nuit dans ma cellule. Wesley Lowery du POST a été relâché. Et son témoignage est effectivement en première ligne sur le site du WASHINGTON POST ce matin.A lire également dans la presse ce matin, la visite du Pape en Corée du Sud. Le Pape François est donc arrivé à Séoul. L'enjeu de ce déplacement est majeur pour lui selon LE FIGARO. L'Asie pourrait en effet, être la grande priorité pastorale de tout son pontificat. L'église catholique de Corée connaît un taux de développement spectaculaire. Les catholiques là bas, sont en train de passer du statut de minorité à celui de communauté religieuse. Depuis 2000, leur nombre a augmenté de 30%. Soit 10% de la population. Le nombre de prêtre lui a progressé de 54%. Pour le Pape François, la Corée du Sud représente donc un laboratoire d'évangélisation.Le journal LA CROIX confirme. Ce voyage aura une tonalité résolument missionnaire.Et pendant ce temps, juste à côté se trouve la Corée du Nord rappelle LE FIGARO. Officiellement, là bas, les religions sont tolérées. Pyongyang compte 4 églises. Mais les vrais chrétiens n'ont pas le droit de pratiquer. S'il fallait s'en convaincre. La Corée du Nord a d'ailleurs accueilli la venue du Pape ce matin, à Séoul, par des tirs de roquettes.

En Irak non plus, les catholiques n'ont pas le droit de cité. Et pourtant. S'il avait pu, François y serait bien allé cet été assure Jean-Marie Guénois du FIGARO. Ne serait-ce que quelques heures pour appeler, comme il l'a fait dans une lettre à Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'ONU, à tout faire pour mettre fin aux violences contre les minorités religieuses. Mais le risque semble pour l'heure, trop élevé.D'où la colère ce matin, de l'économiste Jean Matouk sur RUE89. Je suis un chrétien maronite, bien piètre pratiquant.Aujourd’hui, je ne m’exprime pas en tant que chrétien, mais en faveur des chrétiens d’Irak. Et je m'étonne. Hormis des messes et des prières collectives, une homélie en arabe à Lourdes, les « cathos » ne se remuent guère. Ils étaient pourtant très dynamiques à manifester, il y a dix-huit mois contre le « mariage pour tous » ! Où sont donc passés les Frigide Barjot, Béatrice Bourges et Ludivine de la Rochère ?Boutin, t’es où ? Faut-il le rappeler ? Chrétiens comme juifs étaient présents au Proche-Orient avant que Mahomet ne fonde la troisième religion du Livre.

Et c'est de cela dont il s'agit ce matin, à propos du conflit irakien : la destruction de la mémoire en Irak. Tuer les hommes est un travail quotidien écrit Martine Gozlan de MARIANNE. Mais la destruction des hommes va aussi avec celle de leur mémoire. Depuis le 19ème siècle, des archéologues fouillent avec passion ce sol d'orient qui détient les clés de notre occident avec ces tablettes qui racontaient les premiers appels des hommes au ciel. Ils ont découvert des palais, des mausolés funéraires, des bibliothèques et ces tablettes qui recopiaient les mythes majeurs de la région. Le site de Mossoul-Ninive regorge de fantastiques mystères. La guerre américaine, puis la guerre civile inter-confessionnelle ont gravement compromis leur pérénité. Ninive a été pillé. Les sites de fouilles, dévatés. Les tablettes cunéiformes sont revendues sur les marchés internationaux. Les djihadistes de l'Etat Islamique ont constitué avec, une partie de leur trésor de guerre. Mais le pseudo-califat Abou Bakr Al-Baghdadi ne fut pas le premier détrousseur. En 2003, le fief de Nabuchodonosor a été dévasté par l'armée américaine. Sans complexe, sans limites, avec ignorance et arrogance. Les GI's y ont installé leur camp de base, creusé des tranchés, installé un héliport. Quand les Irakiens ont demandé réparation écrit MARIANNE. On leur a donné 2 millions de dollars. Aujourd'hui, le désespoir des Irakiens est grand. Déjà amputés de leur présent, ils sont mutilés dans leur passé.

Dans la presse également, les petites phrases du jours côté sports. Mots de fouteux qui arrêtent./ "J'arrête le moment est venu." Franck Ribery à propos de l'équipe de France de football. La secousse est forte selon LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. Pourquoi maintenant se demande L'EQUIPE. Après Nasri, le nettoyage de l'image des bleus va bon train conclut LIBéRATION./ "Je prendrai ma retraite à la fin de mon contrat avec le PSG. Encore deux ans et je regarderais les matchs devant ma télévision." Zlatan Ibrahimovic à un média américain... relayé ce matin, par LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. Bon ben voilà.Mots d'athlètes français aux championnats d'Europe à Zurich.***/ "Cette course, je l'ai foirée techniquement."Christophe Lemaître, dans L'EQUIPE après sa médaille d'argent sur 100m.

Mots de politiques enfin, ou plutôt tics de langage. Les chiffres de la croissance pour le deuxième trimestres sont tombés ce matin. Que vont en dire les politiques ?Nicolas Beytout de L'OPINION pense déjà savoir. François Hollande invoquera une excuse. Il n'aura qu'à piocher. Il en une besace pleine, prête à l'emploi. Un euro trop fort, la déflation, l'égoïsme allemand.Mais comment va t'il le dire, avec quels mots ? Ludovic Vigogne et Béatrice Houchard toujours dans L'OPINION se sont amusés à recenser les phrases creuses qui nous gouvernent. A l'étranger, Angela Merkel dit souvent : Zusamen, ensemble. Barack Obama a ses tics aussi.

Let me be clear, soyons clairs. Et les politiques français ?Ils n'échappent pas à la règle. Jean-Marc Ayrault disait souvent : j'assume. Il y a aussi la mère des batailles, formule censée donner de la solennité à un combat. Manuel Valls le disait à propos de la réforme territoriale. J'irai jusqu'au bout. Qu'on se le dise, un homme politique est un monstre de volonté. Dans les yeux : vise à convaincre de sa sincérité. Il faut tout changer. Formule un peu passe partout qui permet de laisser à chaque citoyen ce qu'il veut derrière. Ou encore, La France est un grand pays. Phrase creuse, mais indispensable pour que les citoyens gardent le moral.Alors Stéphane Le Foll, je vous ai bien écouté ce matin. Lors de votre intervention tout à l'heure, vous avez été pris la main dans le sac avec les mots assumer et mobilisation. Et puis il y a la formule que je préfère.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.